Extension Factory Builder
21/06/2010 à 11:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ces trois dernières années, tandis que Pékin se faisait plus présent, les relations de Niamey avec la France se sont largement dégradées. L’attribution de concessions d’uranium, notamment au chinois Sino-U, a mis fin au monopole du groupe français Areva, géant du nucléaire.

Tout en construisant la première raffinerie du pays, la Chine a conseillé aux dirigeants nigériens de mieux négocier avant d’autoriser Areva à construire une nouvelle mine. L’exploitation de ce gisement situé à Imouraren (Nord-Ouest) hissera le Niger au rang de second producteur mondial d’uranium, derrière le Kazakhstan.

Parmi les causes du coup d’État qui a renversé Mamadou Tandja en février 2010, ont été mis en avant, de façon inédite en Afrique, les liens de l’ex-président avec la Chine. L’un de ses fils, Ousmane, qui occupait un poste de chargé d’affaires à l’ambassade du Niger à Pékin, était notamment réputé pour négocier, pour le compte de son père et moyennant quelques commissions, les contrats et permis de recherche minière (uranium et pétrole) avec les Chinois. « C’est parce qu’il avait l’argent chinois que Tandja a cru pouvoir mépriser l’Union européenne, la Cedeao [Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, NDLR] et les États-Unis », raconte un ancien ministre.

Réexamen des contrats

Dès sa réélection en 2004, Mamadou Tandja avait voulu couper le cordon ombilical avec la France et, depuis 2007, avait octroyé 150 nouveaux permis de prospection d’uranium (minerai qui représente la moitié des revenus d’exportation du pays). Les tensions entre Niamey et le français Areva ont atteint leur paroxysme lorsque le groupe français fut accusé de financer la rébellion touarègue et que deux de ses cadres furent expulsés. Dans le même temps, le Niger achetait des armes pour combattre ces rebelles, en utilisant 38 millions des 45 millions d’euros du bonus obtenu grâce au contrat signé avec la Chine pour l’implantation d’une mine à Azelik (Nord).

C’est lors de la cérémonie de lancement de la construction de la raffinerie, en octobre 2008, que des partisans de Tandja lui ont suggéré de prolonger son mandat au-delà du terme, prévu en 2009. Et c’est ce qu’il fit, après avoir mis à mal les institutions de son pays pour rester au pouvoir.

Le président comptait sur la Chine, mais n’était visiblement pas au fait du principe de non-ingérence de cette dernière : Pékin est en effet resté silencieux lors de l’invasion du palais présidentiel, le 18 février 2010, par de jeunes officiers. Ces derniers n’ont pas remis en question les relations du Niger avec la Chine, mais ont annoncé qu’ils réexamineraient les contrats miniers.

À cette occasion, Areva a accepté d’augmenter de 50 % les versements prévus au gouvernement et, malgré une concurrence relancée, reste le premier partenaire du pays. Olivier Muller, le directeur du groupe au Niger, travaille à présent avec l’actuel chef de la junte, Salou Djibo, « un type sympa », avec qui « on parle affaires, pas politique », explique-t-il. De son côté, Xia Huang, l’ambassadeur de Chine au Niger, fait remarquer que son pays « offre des options plus rentables. Si le Niger exploite l’uranium depuis quarante ans et que cela ne lui rapporte pas plus d’argent que ses exportations d’oignons, c’est qu’il y a un problème », ironise-t-il.

Cependant, pour Ali Idrissa, coordinateur national du Réseau des organisations pour la transparence et l’analyse budgétaire (Rotab), une ONG de lutte contre la corruption, « les Chinois vont prendre nos richesses et partir ». L’industriel Ibrahim Iddi Ango, président de la Chambre de commerce, d’industrie et d’artisanat du Niger (CCIAN), rappelle toutefois que, quand les Français ont répondu « impossible ! » à la demande des Nigériens de construire une raffinerie, les Chinois, eux, ont plutôt demandé « de quelle taille la voulez-vous ? »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Niger

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : 'Boko Haram nous concerne tous'

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant qu’[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Niger : 45 églises incendiées dans les émeutes anti-"Charlie Hebdo" à Niamey

Selon la police nationale nigérienne, quarante-cinq églises ont été incendiées samedi, à Niamey, durant les manifestations contre la caricature de Mahomet publiée en une de[...]

Niger : pourquoi les manifestations anti-"Charlie Hebdo" ont été si violentes

Les violentes émeutes contre la une de "Charlie Hebdo" ont fait dix morts au Niger. À la colère contre l'hebdomadaire français, villipendé par des islamistes pour avoir[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2579p034-036.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2579p034-036.xml1 from 172.16.0.100