Extension Factory Builder
10/06/2010 à 14:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Aujourd’hui, en Afrique, seuls cinq pays limitent la délivrance de visas aux porteurs du virus du sida, et deux d’entre eux sont en voie de lever ces interdictions. Un progrès important alors que, dans le monde, un quart des États discriminent les séropositifs en les empêchant d’entrer ou de s’établir sur leur territoire.

En Namibie, le déclic s’est produit à l’occasion de l’organisation d’une réunion internationale consacrée au sida en juin 2009, à Windhoek. La rencontre avait failli être annulée ou avoir lieu ailleurs. Les participants avaient été choqués de constater que le demandeur d’un visa de touriste pour la Namibie doit révéler son statut sérologique.

« Ces restrictions vont disparaître. Elles donnent aux habitants d’un pays l’impression que le sida est une maladie étrangère et qu’un contrôle aux frontières peut les protéger, ce qui n’est pas le cas », explique Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida. Il a d’ailleurs indiqué à Jeune Afrique s’être entretenu personnellement avec le président de la Namibie et avoir obtenu l’assurance que le formulaire d’immigration serait modifié rapidement.

De la même façon, un projet de loi est actuellement en cours d’élaboration aux Comores pour ne plus discriminer les séropositifs. « Les mesures restrictives ont été mises en place dans les années 1990 lorsqu’on ne connaissait pas bien le virus. Maintenant, on sait que la maladie ne se transmet pas si facilement. Les restrictions ne sont plus justifiées en 2010 », explique Moono Nyambe, directrice de programme au Réseau mondial de personnes vivant avec le VIH/sida.

Malgré cela, certains pays, comme l’Égypte et le Soudan, exigent un test de sérologie négatif avant de délivrer un visa d’une durée supérieure à un mois. Ces pays procèdent même à l’expulsion de tout étranger porteur du virus. La Guinée équatoriale exige ce test même en cas de court séjour.

« En restreignant la liberté de mouvements des personnes vivant avec le VIH, on institutionnalise la discrimination. Pour protéger la population, l’État doit briser les tabous, pas discriminer », ajoute Moono Nyambe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Les Français afro-pessimistes

Article pr�c�dent :
Ngenzi débusqué à Mayotte

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Mahmoud Abbas attendu à Addis Abeba pour le sommet de l'UA

Mahmoud Abbas attendu à Addis Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine.[...]

La fin de l'épidémie d'Ebola est-elle proche ?

Alors que le nombre de nouveaux cas d'Ebola est retombé en janvier à son plus bas niveau depuis août en Sierra Leone et en Guinée, et depuis juin pour le Liberia, l'OMS et des professionnels du[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Agroalimentaire : Supreme Group passe à l'attaque en Afrique

 Supreme Group, multinationale du soutient logistique et du transport alimentaire, diversifie ses activités et s'intéresse désormais aux PME africaines, a appris "Jeune Afrique".[...]

Ashish Thakkar, un businessman presque parfait

Partenaire du banquier Bob Diamond en Afrique, cet homme d'affaires anglo-ougandais bâtit sa légende en même temps que sa fortune. Enquête sur un réfugié autodidacte devenu grand[...]

Ebola, Boko Haram, Libye... Les thèmes qui vont dominer le 24e sommet de l'UA

En attendant l’arrivée des chefs d’État et de gouvernement, les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba, les ministres des Affaires étrangères ont commencé, lundi 26 janvier,[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2578p040-041.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2578p040-041.xml1 from 172.16.0.100