Extension Factory Builder
09/06/2010 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Pas de voyage pour Atta-Mills

John Evans Atta-Mills n’a pas fait le déplacement de Nice. Officiellement, le président ghanéen a été retenu à Accra en raison de la visite d’une délégation zimbabwéenne conduite par le vice-Premier ministre, Arthur Mutambara… À en croire des membres de la délégation ghanéenne, Atta-Mills aurait en réalité sacrifié le sommet Afrique-France à d’autres obligations : l’ouverture de la Coupe du monde de football (à laquelle participent les Black Stars ghanéens) et le sommet de l’Union africaine, fin juillet à Kampala. À l’époque où il était opposant, Atta-Mills n’avait pas de mots assez durs pour critiquer les multiples voyages à l’étranger de John Kufuor. Aujourd’hui, il demande aux ministres dont la présence à la Coupe du monde n’est pas indispensable de s’abstenir de se rendre en Afrique du Sud.

Fâché, Thambwe Mwamna

Alexis Thambwe Mwamba, le chef de la diplomatie de la RD Congo, qui représentait Joseph Kabila, a, le 30 mai, instamment prié Bernard Kouchner, son homologue français, de faire en sorte que la traditionnelle réunion des ministres des Affaires étrangères ne débouche pas, comme c’est trop souvent le cas, sur des généralités. Prière exaucée, au vu des débats houleux auxquels la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU a donné lieu : plus de six heures de discussions !

Dans la soirée, un incident survient. Il est 22 heures, le ministre a faim et tout le monde a déjà gagné le Palais de la Méditerranée, où Kouchner reçoit ses collègues pour dîner. Resté seul sur les marches du centre Acropolis, Thambwe Mwamba attend désespérément son véhicule. Une dame du protocole français intervient : « Excusez-nous, il est probable qu’une autre délégation ait emprunté votre véhicule par mégarde…

– Vous savez, je peux aussi bien louer une voiture, ce n’est pas un problème », lui répond Thambwe Mwamba, glacial.

Au bout de trente minutes, une voiture, enfin ! Comble de maladresse : elle n’a pas le fanion de la RD Congo. C’est une voiture de secours ! Pour manifester son agacement, le Congolais décidera de boycotter le dîner de Kouchner.

Salou Djibo surbooké

Infréquentables, les fauteurs de coups d’État ? Allons donc. Installé dans une suite de l’hôtel Exedra, le commandant Salou Djibo, chef de la junte au pouvoir à Niamey depuis le 18 février, a reçu la visite de Claude Guéant, le secrétaire général de l’Élysée, avec lequel il a parlé de l’évolution de la situation politique au Niger. Par la suite, il s’est également entretenu avec le Malien Amadou Toumani Touré et le Béninois Yayi Boni, ainsi qu’avec Anne Lauvergeon, la PDG du groupe nucléaire français Areva.

Porte-à-porte

Si Christophe de Margerie, le PDG de Total, s’est rendu à Nice, ce n’est pas pour participer à quelque « atelier », mais pour rencontrer plusieurs « pétroprésidents », comme Goodluck Jonathan ou Abdelaziz Bouteflika. Le 31 mai, il s’est entretenu avec Denis Sassou Nguesso. Trois jours plus tôt, son principal concurrent au Congo-Brazza, Paolo­ Scaroni, président du groupe pétrolier italien ENI, avait été reçu dans un grand hôtel de Milan par ce même Sassou. Commentaire amusé de Margerie : « Ça ne me dérange pas, l’important est que je sois passé derrière. »

Anne Lauvergeon aussi a vu Denis Sassou Nguesso. Elle a également rencontré Ali Bongo Ondimba, Salou Djibo et François Bozizé, avec qui elle a évoqué des « sujets d’intérêts mutuels ». Son confrère Jean-Philippe Gouyet, vice-­président Afrique d’EADS, n’a pas été en reste : il a pour sa part déjeuné avec Karim Wade, le fils du président sénégalais.

Les uns courent, les autres non

Sur la promenade des Anglais, on a longtemps attendu Nicolas Sarkozy pour son jogging quotidien. Manqué, c’est Éric Besson, son ministre de l’Immigration, descendu à l’hôtel Méridien, qui est apparu en petites foulées, flanqué de deux agents de sécurité. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz n’a, lui, pas fait de sport. Mais c’est un couche-tard : il n’est rentré qu’un peu après minuit d’une « balade digestive » avec son épouse. La veille, c’est Issayas Afewerki, le chef de l’État érythréen, qu’on a vu prendre l’air dans les rues de Nice. Avec deux gardes du corps pour toute escorte.

Les derniers seront les premiers

« C’est bien d’être jeune, mais qu’est-ce que c’est fatigant ! » plaisantait Ali Bongo Ondimba, 51 ans, en rentrant à l’hôtel du Palais de la Méditerranée, après la première journée de travail. Il avait quelques excuses. Les chefs d’État avaient en effet été priés d’arriver au dîner offert au Palais des rois sardes dans l’ordre protocolaire inversé. Ce qui fait souvent arriver les doyens en dernier. Et les nouveaux venus au pouvoir, en premier. Ali Bongo n’a donc eu que vingt-cinq minutes pour prendre une douche et se changer.

Le shopping des premières dames

Oui, bien sûr, Carla n’était pas là. Contrairement à Bernadette Chirac, qui, en 2007, avait accompagné son mari lors du sommet de Cannes. « Les temps changent, les premières dames aussi », ironise-t-on à l’Élysée. Rien de prévu officiellement pour les épouses, donc. Un bus leur était néanmoins réservé, qui a promené, entre autres, Viviane Wade, Sylvia­ Bongo Ondimba et Chantal Biya. Sylvia en aurait profité pour proposer à Chantal d’adhérer à Synergies­ africaines, la fondation de lutte contre le sida qu’anime l’épouse du président camerounais. On ne sait si elle a formulé sa demande alors que toutes deux faisaient quelques emplettes dans une parfumerie niçoise.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

L'institut Choiseul classe ses '100 leaders économiques africains de demain'

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains choi[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers