Extension Factory Builder
26/05/2010 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Extrait du film 'Des hommes et des dieux' du Français Xavier Beauvois. Extrait du film "Des hommes et des dieux" du Français Xavier Beauvois. © Mars distribution

L’Algérie aura été au centre des passions de deux des événements les plus médiatiques du moment : la Coupe du monde de football, avec sa qualification mouvementée face à l’Égypte, et le Festival de Cannes, à travers deux films qui abordent ses relations historiques avec la France, ex-puissance coloniale. Après la polémique suscitée par Hors-la-Loi, de Rachid Bouchareb, c’est du film Des hommes et des dieux, du Français Xavier Beauvois, qu’on attendait un nouveau scandale.

Le film relate l’enlèvement des moines français de Tibéhirine, que l’on retrouva décapités, en mai 1996. D’abord attribué au Groupe islamique armé (GIA), ce massacre serait, pour certains, une « bavure » de l’armée algérienne, qui aurait tué accidentellement les moines en même temps que leurs ravisseurs. Elle aurait ensuite attribué ces mutilations au GIA pour le rendre encore plus impopulaire auprès d’une population très attachée à ces religieux qui la soignaient bénévolement.

Le bruit courait que le film soutiendrait cette seconde thèse. Une polémique vite éventée : Des hommes et des dieux ne prend pas parti sur l’identité des ravisseurs (que l’on voit agir dans le noir) et se focalise sur le débat moral qui agite les prêtres : menacés depuis longtemps, ils avaient fait le choix de rester, « par amour pour ce pays et cette population, à qui ils [avaient] voué leur vie ».

Or – c’est là que le bât blesse – ce film ne montre guère ce pays et ce peuple pour lesquels ils étaient prêts à aller jusqu’au martyre. Certes, on voit brièvement le père supérieur parler l’arabe et étudier le Coran. Mais, hormis les inévitables confrontations assez schématiques des moines avec les terroristes (dont ils soignent les blessés !) et avec des responsables algériens, leurs relations avec les villageois ne sont quasi pas évoquées. Trois courtes scènes – un vieil Algérien qui rappelle que les crimes des extrémistes sont réprouvés par le Coran et prie les moines de rester, une fête villageoise, des patients devant le dispensaire – et voilà tout !

Le film, qui a toutefois le mérite de ne jamais verser dans la bondieuserie ou la charge politique, a fait un autre choix : en se concentrant sur les messes, les chants liturgiques et les activités quotidiennes des moines, il cherche à symboliser une passion « christique ». Hélas, le frisson mystique qui a traversé plusieurs grands films chrétiens de l’histoire du cinéma ne parcourt guère ce film, et le spectateur reste à distance. À force de représenter une Algérie désincarnée, ne servant que de simple décor à une quête spirituelle dont elle était pourtant la raison d’être, les dieux comme les hommes semblent étrangement absents de ce territoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex