Extension Factory Builder
26/05/2010 à 16:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Extrait du film 'Des hommes et des dieux' du Français Xavier Beauvois. Extrait du film "Des hommes et des dieux" du Français Xavier Beauvois. © Mars distribution

L’Algérie aura été au centre des passions de deux des événements les plus médiatiques du moment : la Coupe du monde de football, avec sa qualification mouvementée face à l’Égypte, et le Festival de Cannes, à travers deux films qui abordent ses relations historiques avec la France, ex-puissance coloniale. Après la polémique suscitée par Hors-la-Loi, de Rachid Bouchareb, c’est du film Des hommes et des dieux, du Français Xavier Beauvois, qu’on attendait un nouveau scandale.

Le film relate l’enlèvement des moines français de Tibéhirine, que l’on retrouva décapités, en mai 1996. D’abord attribué au Groupe islamique armé (GIA), ce massacre serait, pour certains, une « bavure » de l’armée algérienne, qui aurait tué accidentellement les moines en même temps que leurs ravisseurs. Elle aurait ensuite attribué ces mutilations au GIA pour le rendre encore plus impopulaire auprès d’une population très attachée à ces religieux qui la soignaient bénévolement.

Le bruit courait que le film soutiendrait cette seconde thèse. Une polémique vite éventée : Des hommes et des dieux ne prend pas parti sur l’identité des ravisseurs (que l’on voit agir dans le noir) et se focalise sur le débat moral qui agite les prêtres : menacés depuis longtemps, ils avaient fait le choix de rester, « par amour pour ce pays et cette population, à qui ils [avaient] voué leur vie ».

Or – c’est là que le bât blesse – ce film ne montre guère ce pays et ce peuple pour lesquels ils étaient prêts à aller jusqu’au martyre. Certes, on voit brièvement le père supérieur parler l’arabe et étudier le Coran. Mais, hormis les inévitables confrontations assez schématiques des moines avec les terroristes (dont ils soignent les blessés !) et avec des responsables algériens, leurs relations avec les villageois ne sont quasi pas évoquées. Trois courtes scènes – un vieil Algérien qui rappelle que les crimes des extrémistes sont réprouvés par le Coran et prie les moines de rester, une fête villageoise, des patients devant le dispensaire – et voilà tout !

Le film, qui a toutefois le mérite de ne jamais verser dans la bondieuserie ou la charge politique, a fait un autre choix : en se concentrant sur les messes, les chants liturgiques et les activités quotidiennes des moines, il cherche à symboliser une passion « christique ». Hélas, le frisson mystique qui a traversé plusieurs grands films chrétiens de l’histoire du cinéma ne parcourt guère ce film, et le spectateur reste à distance. À force de représenter une Algérie désincarnée, ne servant que de simple décor à une quête spirituelle dont elle était pourtant la raison d’être, les dieux comme les hommes semblent étrangement absents de ce territoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

L'avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté au 19 avril

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi 25 mars, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest au 19 avril. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2576p014-016.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2576p014-016.xml1 from 172.16.0.100