Extension Factory Builder
13/05/2010 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président français (c.) et ses homologues congolais, camerounais, tchadien et centrafricain. Le président français (c.) et ses homologues congolais, camerounais, tchadien et centrafricain. © Reuters

En coulisses, le président français Nicolas Sarkozy s'active pour réunir un maximum de chefs d'État au sommet Afrique-France de Nice qui se tiendra les 31 mai et 1er juin prochains. Fera-t-il mieux que son prédecesseur Jacques Chirac ?

Dans le derby azuréen entre Cannes et Nice, la partie est serrée. Lors du sommet Afrique-France de Cannes, en février 2007, Jacques Chirac avait réuni quarante chefs d’État et de gouvernement. Lors de celui de Nice, les 31 mai et 1er juin, Nicolas Sarkozy ambitionne de faire mieux encore. Pour l’heure, trente-deux invités de prestige sont déjà annoncés. Parmi eux, l’Égyptien Hosni Moubarak – si sa santé le lui permet –, l’Éthiopien Mélès Zenawi, le Rwandais Paul Kagamé,­ le Sud-Africain Jacob Zuma et le Nigérian Goodluck Jonathan. La plupart des chefs d’État francophones sont également attendus, à deux exceptions près : le Congolais Joseph Kabila, qui laisse planer le doute, et l’Ivoirien Laurent Gbagbo,­ qui a d’abord dit non et qui fait dire à présent que ce non n’est peut-être pas définitif.

Les putschistes Sékouba Konaté et Salou Djibo conviés

Grands absents : le Soudanais Omar el-Béchir, poursuivi par la CPI, et le Zimbabwéen Robert Mugabe, sous le coup de sanctions de l’Union européenne. Sauf surprise de dernière minute, le Malgache Andry Rajoelina ne devrait pas non plus être invité, faute de consensus dans son pays. En revanche, deux autres putschistes, le général Sékouba Konaté et le commandant Salou Djibo, sont bel et bien conviés à Nice – ou sur le point de l’être. « Normal, dit-on à Paris. La Guinée et le Niger ont rempli les deux conditions nécessaires : ils ont fixé un cadre de transition consensuel et une date pour les élections. » A priori, aucun chef d’État maghrébin ne devrait traverser la Méditerranée, mais la France ne désespère pas de voir arriver in extremis le Tunisien Zine el-Abidine Ben Ali et même l’Algérien Abdelaziz Bouteflika.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

La Confédération africaine de football (CAF) a maintenu jeudi son soutien à Sepp Blatter, qui brigue un cinquième mandat à la présidence de la Fifa. Mais de nombreuses personnalités[...]

Élection à la présidence de la BAD : les candidats du Cap-Vert, du Nigeria et du Tchad dans le trio final

Après cinq tours de vote, Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, reste en tête. Le Tchadien Bédoumra Kordjé s'est emparé du deuxième rang, devant la Capverdienne Crisitina Duarte.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Le Nigérian Akinwumi Adesina a obtenu près de 26% des voix, devançant la Cap-Verdienne Cristina Duarte, qui décroche 24,5% des voix grâce au soutien massif des électeurs non-continentaux.[...]

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer[...]

Akinwumi Adesina : "Je suis un maillon essentiel entre anglophones et francophones"

Cet agroéconomiste pragmatique a été élu, jeudi 28 mai, nouveau président de la Banque africaine de développement (BAD), succédant ainsi au Rwandais Donald Kaberuka. Voici[...]

Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

Les 80 gouverneurs de la Banque africaine de développement, réunis ce jeudi 28 mai à Abidjan, ont choisi le Nigérian Akinwumi Adesina pour succéder au Rwandais Donald Kaberuka à la[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers