Extension Factory Builder
08/04/2010 à 14:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Awa Marie Coll-Seck en guerre contre le paludisme Awa Marie Coll-Seck en guerre contre le paludisme © Vincent Fournier / JA

À 59 ans, l’ancienne ministre sénégalaise de la Santé vit et travaille à Genève. Directrice exécutive du partenariat Roll Back Malaria (RBM), elle voyage aux quatre coins du monde pour faire reculer le paludisme.

Quand on l’interroge sur sa vie privée, Awa Marie Coll-Seck n’est pas très loquace. Sauf sur un point : « Je suis grand-mère depuis septembre dernier ! » Elle n’en dira pas plus sur ses deux filles et ses deux garçons, ni sur son mari, qui fait la navette entre le Sénégal et la Suisse.

Née en 1951 dans la capitale sénégalaise, diplômée de médecine à l’université de Dakar en 1978, elle se spécialise et devient, en 1989, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital universitaire de la ville. Syndicaliste, militante, après vingt ans d’exercice au Sénégal – où elle a diagnostiqué le premier cas de sida –, elle décide, en 1996, de s’engager plus avant dans l’action internationale en acceptant de diriger, depuis Genève, le département Politique, stratégie et recherche de l’Onusida.

Un an après son élection à la présidence du Sénégal, Abdoulaye Wade bat le rappel de l’élite du pays à l’étranger, et la professeure Coll-Seck revient au pays pour prendre les rênes du ministère de la Santé et de la Prévention, de 2001 à 2003. En deux ans, elle réussit à élargir la couverture vaccinale des enfants (de 30 % à 70 %), à améliorer la santé maternelle, à instaurer la gratuité de la césarienne… Sans toutefois parvenir à porter le budget de son ministère à 15 % de celui de l’État, comme elle l’aurait souhaité, mais à 10 % (contre 6 % en 2001).

Déçue par ce succès mitigé, elle dit cependant garder « un bon souvenir » de sa participation au gouvernement, avant de revenir à Genève, en mars 2004, pour diriger le partenariat Roll Back Malaria (RBM, « Faire reculer le paludisme »), créé en 1998 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), l’Unicef et la Banque mondiale. Pilotant une équipe d’une trentaine de personnes, elle coordonne le plan d’action mondial contre un parasite qui tue près de 1 million de personnes chaque année, dont 90 % en Afrique. « Je me bats pour mobiliser cette année 6 milliards de dollars, soit trois fois plus qu’en 2009 », martèle Awa Marie. Son objectif : que le fléau soit éradiqué d’ici à 2040.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Un baron dans l'arène

Article précédent :
Burqa : avis de tempête

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex