Extension Factory Builder
08/03/2010 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La présidente de la FIDH Souhayr Belhassen La présidente de la FIDH Souhayr Belhassen © Vincent Fournier/J.A.

Présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH)

Il y a un an, la FIDH lançait la campagne « L’Afrique pour le droit des femmes – Ratifier et respecter ! » Depuis, un travail inédit d’enquête a été accompli. Il est publié ce 8 mars sous la forme d’un « Cahier d’exigences » adressé aux gouvernements.

Jeune Afrique : Quels sont les premiers résultats de la campagne ?

Souhayr Belhassen : Nous avons mobilisé les ligues nationales et plusieurs ONG. Parallèlement aux actions de sensibilisation, nous avons choisi d’élaborer un cahier où, pour chaque pays, une fiche rappelle l’état du droit, recense les avancées et répertorie les violations précises des droits des femmes. C’est une manière de faire honte à certains États, de les mettre face à leurs responsabilités. La plupart ont ratifié la convention de l’ONU et le protocole de l’UA sur les droits des femmes. Aujourd’hui, notre combat est de faire en sorte que les textes soient appliqués.

Quelles sont les urgences ?

La lutte contre les violences faites aux femmes, le continent détenant de tristes records. L’Afrique du Sud occupe la première place mondiale en ce domaine. En RD Congo, notre mobilisation est très forte. J’ai le souvenir d’une fillette de 8 ans, en petite robe rose et sandales, venue raconter que, pendant deux jours, elle avait été violée sans discontinuer. Il faut que ces violences soient criminalisées et, surtout, ne soient pas banalisées.

Comment réagissez-vous à l’échec de la promulgation du premier Code de la famille au Mali ?

Alors qu’un texte avait été adopté par le Parlement, des milliers d’hommes et de femmes sont descendus dans la rue, estimant qu’il contrevenait aux principes de l’islam. Dès qu’on touche au droit des femmes, on touche au cœur de la société. Les hommes perçoivent cela comme une perte de pouvoir.

Il est trop facile de se référer aux préceptes coraniques pour dire qu’on ne peut pas transgresser le religieux. En Tunisie, les textes n’ont pas été transgressés, ils ont été interprétés, ce qui a permis d’abroger la répudiation, de permettre à la femme d’accéder à la propriété, etc.

La discrimination positive est-elle le seul moyen d’augmenter la représentation des femmes en politique ?

Nous sommes évidemment favorables à l’instauration de quotas, comme cela a été fait l’an dernier au Maroc ou au Burkina. Mais l’outil essentiel reste l’alphabétisation et le niveau d’éducation des femmes. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers