Extension Factory Builder
08/03/2010 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La présidente de la FIDH Souhayr Belhassen La présidente de la FIDH Souhayr Belhassen © Vincent Fournier/J.A.

Présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH)

Il y a un an, la FIDH lançait la campagne « L’Afrique pour le droit des femmes – Ratifier et respecter ! » Depuis, un travail inédit d’enquête a été accompli. Il est publié ce 8 mars sous la forme d’un « Cahier d’exigences » adressé aux gouvernements.

Jeune Afrique : Quels sont les premiers résultats de la campagne ?

Souhayr Belhassen : Nous avons mobilisé les ligues nationales et plusieurs ONG. Parallèlement aux actions de sensibilisation, nous avons choisi d’élaborer un cahier où, pour chaque pays, une fiche rappelle l’état du droit, recense les avancées et répertorie les violations précises des droits des femmes. C’est une manière de faire honte à certains États, de les mettre face à leurs responsabilités. La plupart ont ratifié la convention de l’ONU et le protocole de l’UA sur les droits des femmes. Aujourd’hui, notre combat est de faire en sorte que les textes soient appliqués.

Quelles sont les urgences ?

La lutte contre les violences faites aux femmes, le continent détenant de tristes records. L’Afrique du Sud occupe la première place mondiale en ce domaine. En RD Congo, notre mobilisation est très forte. J’ai le souvenir d’une fillette de 8 ans, en petite robe rose et sandales, venue raconter que, pendant deux jours, elle avait été violée sans discontinuer. Il faut que ces violences soient criminalisées et, surtout, ne soient pas banalisées.

Comment réagissez-vous à l’échec de la promulgation du premier Code de la famille au Mali ?

Alors qu’un texte avait été adopté par le Parlement, des milliers d’hommes et de femmes sont descendus dans la rue, estimant qu’il contrevenait aux principes de l’islam. Dès qu’on touche au droit des femmes, on touche au cœur de la société. Les hommes perçoivent cela comme une perte de pouvoir.

Il est trop facile de se référer aux préceptes coraniques pour dire qu’on ne peut pas transgresser le religieux. En Tunisie, les textes n’ont pas été transgressés, ils ont été interprétés, ce qui a permis d’abroger la répudiation, de permettre à la femme d’accéder à la propriété, etc.

La discrimination positive est-elle le seul moyen d’augmenter la représentation des femmes en politique ?

Nous sommes évidemment favorables à l’instauration de quotas, comme cela a été fait l’an dernier au Maroc ou au Burkina. Mais l’outil essentiel reste l’alphabétisation et le niveau d’éducation des femmes. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart p[...]

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en[...]

Technologies : la drague 3.0 débarque en Afrique

Internet a largement modifié les comportements sociaux dans le monde. Et l’Afrique n’est pas épargnée par ce vent technologique venu du Nord. Ainsi, après l'euphorie des rencontres 2.0[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Braconnage : l'éléphant d'Afrique menacé de disparaître d'ici vingt ans

L'éléphant d'Afrique est menacé de disparition à l'état sauvage d'ici vingt ans, ont prévenu des experts réunis dans le cadre d'un sommet depuis lundi au Botswana afin de sauver[...]

Tendances : un PIB pour les coiffures

Selon de récentes estimations, les Africaines dépenseraient, chaque année, 7 milliards de dollars pour l’entretien de leur identité capillaire. Un budget qui pourrait davantage participer au[...]

En Afrique, Pernod Ricard mise sur l'alcool local

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard veut produire localement sur le continent africain. Selon nos informations, des tests ont déjà été lancés dans plusieurs pays.[...]

CAN 2015 des moins de 20 ans : le Nigeria l'emporte face au Sénégal avec un but magique

L’équipe nigériane de football des moins de 20 ans a battu dimanche, à Dakar, le Sénégal en finale du 19e Championnat d’Afrique des nations junior. Une victoire obtenue grâce[...]

Africa CEO Forum 2015 : des deals et des débats au sommet du business africain

Coorganisé par le Groupe Jeune Afrique, le Africa CEO Forum a rassemblé plus de 800 décideurs économiques les 16 et 17 mars. L'occasion de se pencher sur l'avenir du continent, mais[...]

Que cherche Jean-Louis Borloo en Afrique ?

Retiré de la politique active, l'ancien ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy lance un "plan Marshall" censé aboutir à l'électrification de tout le continent. Mais il se montre fort[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2565p020.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2565p020.xml0 from 172.16.0.100