Extension Factory Builder
15/02/2010 à 14:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président yéménite Ali Abdallah Saleh allie soutien saoudien et américain Le président yéménite Ali Abdallah Saleh allie soutien saoudien et américain © Reuters

Tantôt conciliant, tantôt brutal, le président yéménite suit bille en tête son propre agenda. Portrait d’un fin manœuvrier avec qui les Occidentaux devront composer.

Noël 2009. Le Nigérian Omar Farouk Abdulmutallab­ tente de faire exploser en vol un avion de la ­Northwest Airlines reliant Amsterdam à Detroit. Il s’est préparé et entraîné au Yémen, pays d’où est originaire la famille d’Oussama Ben Laden. Les États-Unis réagissent immédiatement en accentuant la pression qu’ils exercent déjà sur le président yéménite, Ali Abdallah Saleh. Ils suspendent le rapatriement des détenus yéménites de Guantánamo, réaffirment leur soutien militaire et financier : le Yémen ne doit surtout pas devenir un sanctuaire pour les extrémistes d’Al-Qaïda, à l’instar des zones tribales de la frontière afghano-pakistanaise.

Fin manœuvrier, Ali Abdallah Saleh répond présent. Le 20 janvier, il ordonne une série de raids contre des membres d' Al-Qaïda dans la province de Marib. Le 27, il accueille à Sanaa le ministre britannique des Affaires étrangères. Les 22 et 23 février, une conférence des bailleurs de fonds se tiendra à Riyad. C’est que Saleh a tout intérêt à se montrer coopératif : Washington compte demander au Congrès, pour l’année fiscale 2010, une enveloppe de 150 millions de dollars destinée au Yémen. Cela n’a pas empêché Jeffrey Feltman, secrétaire d’État adjoint pour le Moyen-Orient, de déclarer : « Nous ne sommes pas naïfs concernant notre partenaire yéménite. » Ils auraient tort de l’être. Saleh est tout sauf un bleu.

Âgé de 68 ans, militaire de ­carrière, ce moustachu aux tempes grisonnantes a pris le pouvoir au Yémen du Nord en 1978, peu de temps après l’assassinat des présidents Ibrahim al-Hamdi et Ahmad al-Ghashmi. Et il s’y est maintenu contre vents et marées. Considéré comme l’un des principaux artisans de la réunification, en 1990, entre le Yémen du Nord et le Yémen du Sud, Saleh est devenu le premier président du pays unifié. La même année, il soutient Saddam Hussein lors de l’invasion du Koweït. Au grand dam du richissime et puissant voisin saoudien. Il faudra une médiation américaine pour que les deux pays se rapprochent et résolvent leur différend frontalier quelque dix années plus tard.

Pragmatique, diplomate quand il lui sied, Saleh est aussi capable d’une cruelle détermination. Quand la découverte de larges réserves de pétrole, à Masila, dans le Sud, provoque une forte fièvre sécessionniste, la réponse ne tarde pas : trois mois de guerre (entre mai et juillet 1994) et quelque 3 000 morts. En octobre 1999, alors qu’il est au pouvoir depuis vingt ans, Saleh est réélu avec 96,2 % des voix. À peine un an plus tard, l’attentat contre le croiseur américain USS Cole dans le port d’Aden fait 17 morts. Les États-Unis envisagent de faire débarquer les marines. Saleh réagit immédiatement en menaçant d’envoyer l’armée.

 

Habile clientélisme

Face à la recrudescence des actions terroristes dans le pays ces derniers mois, certains ne manquent pas de rappeler que Sanaa a accueilli des djiha­distes de retour d’Afghanistan. « Ce n’est pas vrai, répond Saleh [dans Newsweek, avril 2009, NDLR]. Nous n’avons soutenu ni les djihadistes ni les membres d’ Al-Qaïda. Mais par le passé, en collaboration avec l’Amérique, nous avons apporté notre soutien aux volontaires qui se rendaient en Afghanistan et qui étaient alors appuyés par les États-Unis eux-mêmes durant la guerre contre l’ex-URSS. » L’administration américaine, le général David Petraeus en tête, n’en démord pas : le pays risque de devenir un nouveau havre pour les terroristes, accueillant notamment les ­extrémistes saoudiens fuyant la répression. En outre, l’actuel dirigeant d’Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA), Nasser al-Wahichi, ne s’est-il pas évadé d’une prison yéménite en 2006 ?

Sans mépriser l’aide financière et militaire, Saleh suit bille en tête son propre agenda. « Il traite avec Al-Qaïda d’une manière difficile à accepter en Occident, confie un spécialiste libanais du Yémen. Aux États-Unis, on pense qu’un membre d’Al-Qaïda est un tueur. Pour Saleh, c’est un ­membre d’une tribu et il peut être contrôlé par les siens. Bien entendu, certains ­peuvent en profiter… »

N’hésitant pas à se rendre dans une région éloignée de la capitale avec seulement dix gardes du corps, Saleh reste fidèle à une méthode de gouvernement qui lui a jusqu’à aujourd’hui plutôt réussi : un habile clientélisme lui permettant d’apaiser les très ­influentes tribus… ou de les opposer les unes aux autres. Sa sécurité, il la confie à des proches. Son fils aîné commande la garde républicaine et les forces spéciales. Ses trois neveux sont chargés de la sécurité nationale, des forces centrales de sécurité et de la garde présidentielle. Son demi-frère dirige l’armée de l’air.

 

L’ami saoudien…

S’il ne s’est manifestement pas excessivement enrichi en plus de trente ans de pouvoir, certains lui reprochent d’avoir consacré 60 millions de dollars à la construction de la mosquée Al-Saleh, à Sanaa. Réélu en septembre 2006 avec 77,2 % des voix après avoir annoncé qu’il ne se présenterait pas, Saleh n’a pas réussi à trouver un accord avec l’opposition concernant les élections législatives prévues pour 2009. Il les a donc repoussées à 2011.

Comment va-t-il réagir à la pression américaine ? « Nous ne sommes pas des soldats aux ordres des États-Unis. Nous ne disons pas “O.K.” à tout ce qu’ils nous demandent », confiait-il à Newsweek. À vrai dire, la présence d’Al-Qaïda sur le sol yéménite n’est pas son unique  souci. L’économie est menacée par la baisse des recettes ­pétrolières. Le chômage dépasse 30 %. L’eau ­manque. Les armes abondent. L’autorité de l’État ne s’exerce pas sur l’ensemble du territoire. Le gouvernement affronte une rébellion armée dans le Nord et des tensions séparatistes de plus en plus vives dans le Sud…

Ali Abdallah Saleh aura besoin de l’aide américaine, comme du soutien saoudien (il compte entrer au Conseil de coopération du Golfe, et l’Arabie saoudite accueille une importante main-d’œuvre yéménite). Mais il sait qu’une trop grande visibilité des États-Unis susciterait un fort sentiment antiaméricain. Il va donc lui falloir prouver qu’il n’a rien perdu de ses talents d’équilibriste. L’Occident devra s’en accommoder. Avec lui, ce sera difficile. Sans lui, ce serait pire. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un Éta[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Doha dans le viseur de l'Arabie saoudite

Exaspérées par l'activisme politique du Qatar, les pétromonarchies de la région, Arabie saoudite en tête, multiplient les mesures de représailles contre le petit émirat[...]

France : les jeunes candidats au jihad sont-ils les victimes d'une "dérive sectaire" ?

Le salafisme jihadiste s'apparente-t-il à une dérive sectaire, à une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? Devant la multiplication des cas de jeunes-filles en rupture sociale et[...]

Séfarade blues : Israël et la question des réparations pour les Juifs chassés du monde arabe

Instrumentalisée par certains, la question de l'indemnisation des Juifs orientaux chassés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient ravive de vieux contentieux. Pas seulement avec le monde arabe.[...]

Palestine : l'ancien du Fatah de retour à Gaza ?

Mis à la porte par Mahmoud Abbas en 2011, Mohammed Dahlan, l'ancien patron de la Sécurité, se verrait bien à la tête de l'Autorité palestinienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers