Extension Factory Builder
25/01/2010 à 15:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Selon la nouvelle loi fondamentale, le chef de l'Etat angolais sera élu pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.

Le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) est passé maître dans l’art de neutraliser son adversaire. Depuis la fin de la guerre civile, en 2002, le parti du président José Eduardo dos Santos parvient en effet, par voie légale, à maintenir éloignée du pouvoir l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita) de feu Jonas Savimbi, qui l’avait pourtant forcé à accepter le multipartisme en 1991.

« Coup d’État constitutionnel »

Dernier épisode en date : l’adoption, le 21 janvier, de la première Constitution du pays par l’Assemblée nationale, en l’absence des députés du « Galo negro » (« Coq noir », symbole de l’Unita) qui accusent le MPLA (majoritaire, avec plus de 80 % des sièges) de « coup d’État constitutionnel ».

« Lors des dernières sessions de la commission constitutionnelle, tous les partis ont voté contre les propositions du MPLA. Celui-ci a donc adopté tout seul un système qui donne au président des pouvoirs de dictateur », fulmine Alcides Sakala, porte-parole de l’Unita.

En cause : l’élection indirecte du chef de l’État pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Comme en Afrique du Sud, le leader du parti ayant remporté les législatives devient de facto président. Dos Santos, au pouvoir depuis trente ans, devrait donc rester au moins jusqu’aux prochaines élections, en 2012.

Nation « indivisible »

Autre changement : le Premier ministre est remplacé par un vice-président nommé, parmi les députés, par le chef de l’État, qui voit ses pouvoirs encore renforcés. Enfin, la nouvelle Loi fondamentale consacre – ressources minières et agricoles obligent – la propriété de l’État sur l’ensemble des terres. Et réaffirme le caractère « indivisible » de la nation, en référence notamment à la rébellion sécessionniste du Front de libération de l’enclave du Cabinda (Flec). Lequel a tué deux membres de la délégation togolaise de football à la Coupe d’Afrique des nations, le 8 janvier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Angola

Angola : le président dos Santos en visite en RDC pour signer des accords de coopération

Angola : le président dos Santos en visite en RDC pour signer des accords de coopération

Le président angolais José Eduardo dos Santos va rencontrer lundi à Kinshasa son homologue congolais Joseph Kabila pour signer des accords de coopération, notamment dans le domaine des transports, a-t-o[...]

Angola : Isabel dos Santos, femme d'affaires et "fille de"

Lancée en novembre, son offre publique d'achat de 1,2 milliard d'euros sur le holding Portugal Telecom n'a pas abouti. Mais peu importe : cette initiative continue de forger le mythe. Deux ans seulement se sont[...]

Angola : Titica, chanteuse et icône des transgenres

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Football : tous les records de l'histoire de la CAN en un coup d'oeil

À l'occasion de la 30e édition de la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2015), qui se déroule du 17 janvier au 8 février en Guinée équatoriale, "Jeune Afrique" vous propose de[...]

Jean-Pierre Versini-Campinchi : l'héritier

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Isabel dos Santos retire son offre de rachat de Portugal Telecom

La femme d'affaires angolaise Isabel dos Santos a retiré son offre de rachat de Portugal Telecom SGPS. La proposition, d'une valeur de 1,2 milliard d'euros, avait été jugé trop basse par[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Total inaugure le mégaprojet Clov en Angola

 Après quatre années de conception et de fabrication, des investissements de 8 milliards de dollars et 33 millions d'heures de travail, le groupe Total inaugure son projet angolais Clov, ce jeudi 4[...]

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2559p014.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2559p014.xml1 from 172.16.0.100