Extension Factory Builder
22/01/2010 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La promotion d'Orange Money n'a débuté que fin 2009, après sa mise en service La promotion d'Orange Money n'a débuté que fin 2009, après sa mise en service © Falonne pour Jeune Afrique

Le service de paiement par mobile d’Orange a été lancé en décembre 2008 en Côte d’Ivoire. depuis, l’opérateur vise d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Comme pour fêter le premier anniversaire d’Orange Money, son service de m-banking, Orange Côte d’Ivoire a lancé un vaste plan de communication au cours du troisième trimestre 2009. Panneaux d’affichage par centaines, publireportages filmés avec John Jay – star locale du petit écran – en vedette, pleines pages dans la presse locale, caravane aux couleurs de l’opérateur sillonnant le pays… Orange a sorti le grand jeu. Un tapage médiatique qui tranche avec la relative discrétion avec laquelle a été lancé le service. « On a préféré prendre le temps de mettre au point une solution fiable à 100 % avant de communiquer massivement », explique Frédéric Bléhaut, responsable de la coordination du projet Orange Money en Afrique, premier service de ce type à avoir été lancé en Côte d’Ivoire. L’intention est louable. Mais, du coup, beaucoup d’Ivoiriens croient qu’Orange Money est apparu après Mobile Money, le service similaire du concurrent sud-africain MTN, qui n’a pourtant été opérationnel qu’en juin 2009. D’où la nécessité pour l’opérateur leader du mobile en Côte d’Ivoire, avec 4,4 millions de clients à la fin 2009, de s’offrir davantage de visibilité.

Plus de 150 000 utilisateurs

Une exposition qui repose sur un auto-satisfecit : « Nous avons dépassé à ce jour les 150 000 utilisateurs, qui représentaient notre objectif de départ », affirme Frédéric Bléhaut. Un bémol : ces chiffres diffèrent de ceux fournis par une source de la Bicici, filiale ivoirienne de la BNP et partenaire d’Orange, qui assure la bonne conformité d’Orange Money à la réglementation bancaire. Selon elle, les comptes créés via Orange Money avoisinent plutôt les 100 000 utilisateurs, au-delà tout de même de l’objectif initial de 80 000 comptes visés au bout d’un an d’exercice. Le montant moyen des transactions « est supérieur à 21 000 F CFA (31 euros), se réjouit Bernard Kouablan, responsable marketing d’Orange Côte d’Ivoire. Au total, 1,6 milliard de F CFA ont ainsi été échangés en 2009 ». La commission prélevée sur chaque transaction doit s’élèver – elle est actuellement offerte – à 250 F CFA jusqu’à 50 000 F CFA transférés, et à 500 F CFA au-delà. Des tractations sont à l’œuvre avec la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pour relever le plafond des montants transférés à 400 000 F CFA au lieu de 100 000 F CFA actuellement.

Pour l’heure, les services offerts via Mobile Money se limitent au dépôt et au retrait d’argent, à la recharge de crédit téléphonique et au règlement des factures de téléphone fixe, de téléphone mobile et d’Internet fournis par Orange. À quand la possibilité de régler sa facture auprès de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) ou d’autres achats ? « Nous allons bientôt développer de nouveaux services, assure Frédéric Bléhaut. Nous recherchons les partenaires. » Autre exigence, formulée par nombre d’usagers et, sous couvert d’anonymat, par des acteurs du domaine : simplifier les procédures. « Si l’on excepte le prix, sans doute (un peu) plus compétitif, quelle est l’utilité fondamentale de ce service par rapport à Western Union ou aux mandats postaux ? », questionne un blogueur ivoirien.

Retard au Mali et au Sénégal

Quid aussi du Mali et du Sénégal ? L’antienne est la même qu’en 2009 : « Orange Money sera lancé dans les mois, sinon les semaines qui viennent », dit-on chez Orange, qui a aussi le Niger dans le viseur. Des accords ont pourtant déjà été noués, comme avec la Sonatel au Sénégal en 2009. L’opérateur a tout intérêt à presser le pas. « Il y a une forte prime au premier entrant », confiait en octobre 2009 Rambert Namy, qui a piloté trois ans durant le projet Orange Money. Marc Rennard, responsable Afrique d’Orange, a bien conscience de l’urgence d’étendre la voilure… « France Télécom est une grosse machine, où tout doit être visé à chaque échelon », précise un autre responsable, pour expliquer la lenteur du déploiement. Et encore faut-il au préalable asseoir un solide réseau de distributeurs. De son côté, MTN a déjà annoncé étendre Mobile Money dans la quinzaine de pays africains où il est implanté.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Khadra en terrain vague

Article pr�c�dent :
Venezuela : une dévaluation très politique

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

Côte d'Ivoire : confirmation de l'interdiction du congrès du FPI, Affi N'Guessan renforcé

En déclarant mercredi "nul et non avenu" le congrès du Front patriotique ivoirien (FPI), la justice ivoirienne a donné raison à Pascal Affi N’Guessan, qui souhaitait d'abord voir tranch&[...]

Alassane Ouattara inaugure le troisième pont d'Abidjan

Construit en un peu plus de deux ans par les équipes de Bouygues, le pont à péage Henri Konan Bédié doit fluidifier la circulation de la capitale économique ivoirienne. Son ouverture[...]

Olam acquiert l'activité cacao d'ADM pour 1,3 milliard de dollars

Après avoir cédé plusieurs de ses activités en Afrique, Olam poursuit sa stratégie de recentrage en faisant l'acquisition de l'activité cacao d'ADM. L'opération permet au[...]

Vidéo : Yaya Touré et Benzema dans la "dream team" de Zidane

Rédacteur en chef spécial de l'émission de Canal+ "L'Équipe de dimanche" du 14 décembre, Zinédine Zidane a dévoilé le nom des 11 joueurs et des remplaçants[...]

Côte d'Ivoire : le parti de Gbagbo appelle la CPI à renoncer à ses poursuites

Le parti de Laurent Gbagbo a appelé vendredi la Cour pénale internationale (CPI) à abandonner ses poursuites contre l'ex-président ivoirien, son épouse et son ancien ministre Charles Blé[...]

Justice et réconciliation en Côte d'Ivoire : le rapport très critique de la FIDH

Dans son dernier rapport, la FIDH reste très sévère à l’égard du régime ivoirien et juge largement incomplètes les actions menées pour solder les comptes de la crise[...]

Exclusif. Blaise Compaoré est de retour à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire

Parti du Maroc il y a quelques jours, l'ex-président burkinabè Blaise Compaoré a atterri vendredi matin à Yamoussoukro, en Côte d'Ivoire.[...]

La Côte d'Ivoire refuse toujours de livrer Simone Gbagbo à la CPI

LA CPI a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, l'épouse de l'ancien président. Elle a aussi confirmé quatre charges de crimes contre l'humanité contre Charles[...]

La CPI confirme les charges de crimes contre l'humanité pesant sur Charles Blé Goudé

Le procès de Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale (CPI) aura bien lieu. La chambre préliminaire de la Cour a confirmé jeudi quatre charges de crimes contre[...]

Côte d'Ivoire : la police empêche les pro-Gbagbo d'ouvrir leur congrès du FPI

Les forces de l'ordre étaient positionnées jeudi matin à Treichville pour empêcher les militants pro-Gbagbo de tenir un congrès du FPI reporté par décision judiciaire sur demande de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers