Extension Factory Builder
20/01/2010 à 11:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Konaté, Dadis et Compaoré après la signature d'un accord, le 15 janvier à Ouagadougou Konaté, Dadis et Compaoré après la signature d'un accord, le 15 janvier à Ouagadougou © Ahmed Ouoba

Lorsqu'il a quitté Rabat, où il était hospitalisé, le chef de l'Etat guinéen pensait atterrir à Conakry. Quelle ne fut pas sa surprise, et sa colère, quand il a compris qu'il se trouvait en fait dans la capitale burkinabè...

Quand il a débarqué sur le tarmac de l’aéroport de Ouagadougou, le 12 janvier à 22 h 30, en provenance de Rabat, Moussa Dadis Camara n’a pas tout de suite réalisé qu’il ne se trouvait pas à Conakry. Apercevant le colonel Gilbert Dienderé, le chef d’état-major particulier du président Compaoré, au bas de l’échelle de coupée, il a commencé par le remercier de s’être déplacé en Guinée pour l’accueillir, avant de comprendre qu’il avait été dupé. Très en colère, il s’en est alors pris aux pilotes marocains, lesquels l’ont convaincu d’aller parlementer dans le salon d’honneur, avant de regagner précipitamment leur avion et de décoller.

Recherche terre d'asile désespérement

De leur côté, les Burkinabè ont été pris de court par l’arrivée intempestive du chef de la junte guinéenne. Le roi Mohammed VI avait certes téléphoné, la veille, à Blaise Compaoré pour lui demander d’accueillir le capitaine Camara, mais le président burkinabè avait demandé un délai et pensait l’avoir obtenu. Le nouvel homme fort de Conakry, le général Sékouba Konaté, était en effet attendu à Ouaga le lendemain et le président burkinabè avait encore bien des détails à régler. Ce n’est qu’une heure après le décollage de Rabat que le Burkina a été prévenu.

Depuis, la France et les États-Unis, qui veulent à tout prix éviter un retour de Dadis en Guinée, s’efforcent de lui trouver une terre d’accueil. Plusieurs pays ont été approchés, parmi lesquels la Centrafrique, le Gabon, la Côte d’Ivoire, la Libye et l’Afrique du Sud. En vain, pour l’instant. D’autant que cette hypothèse s’est provisoirement éloignée depuis la signature, le 15 janvier, d’un accord entre celui qui demeure le président en titre et son remplaçant par intérim, sous la houlette de Blaise Compaoré.

Dadis très affaibli

Dadis, qui, en sus de sa blessure par balle, a été victime, fin décembre, d’une embolie pulmonaire, se déplace avec difficulté, parfois seul, parfois avec de l’aide. Il semble avoir recouvré la plupart de ses fonctions essentielles, mais son état requiert encore plusieurs mois de convalescence. Une équipe médicale marocaine est restée avec lui à Ouagadougou, ainsi que son médecin personnel, un Guinéen d’origine libanaise. Ironie de l’histoire, c’est dans une villa du quartier de Ouaga 2000, habituellement affectée à l’opposant guinéen Alpha Condé lors de ses fréquents passages dans la capitale burkinabè, que Dadis est logé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Guinée

Hollande aux Guinéens : 'Nous avons le devoir de vous soutenir' dans la lutte contre Ebola

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le présiden[...]

Ebola : chaque jour qui passe effrite l'espoir, dans quelle langue faut-il le dire ?

Une vingtaine d'artistes ouest-africains de renom se sont réunis pour interpeller les chefs d'État francophones sur la catastrophe que représente Ebola. Ils publient leur lettre ouverte dans Jeune Afrique.[...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

Ebola : vers la mise en place d'un cordon sanitaire pour contenir le virus ?

Après la confirmation des cas d'Ebola au Mali, pays voisin d'États touchés par l'épidémie, l'Union européenne et la Croix-Rouge internationale tentent de mettre en place un cordon[...]

Ebola : six souches, pas moins

Il existe actuellement six espèces différentes de virus Ebola, à la sévérité variable.[...]

CAN 2015 et Ebola : psychose et stigmatisation dans les stades

Les footballeurs originaires des pays touchés par l'épidémie sont durement stigmatisés lors des rencontres qualificatives pour la Coupe d'Afrique des nations. Témoignages.[...]

Ebola : la moitié des morts non comptabilisés ?

Jeudi, un expert de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que des milliers de victimes d'Ebola, enterrées sans être déclarées, n'étaient pas prises en compte[...]

Ebola : un arsenal thérapeutique balbutiant

S'il n'existe aucun traitement ni vaccin homologué contre le virus, la recherche scientifique progresse.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces