Extension Factory Builder
04/02/2010 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cabinet Houn d'Abdelkader Abdi Cabinet Houn d'Abdelkader Abdi © DR

S’inspirant aussi bien du patrimoine algérien que de la création occidentale, le designer travaille pour des marques prestigieuses comme Alessi.

Abdelkader Abdi n’est pas le genre d’homme à se laisser « résumer » en quelques lignes. Designer multiprimé, il a aussi été musicien de cabaret par le passé. Et dans une vie antérieure, il a également fait partie de l’équipe algérienne de lutte gréco-romaine. Aujourd’hui, en plus de dessiner des meubles, dont plus d’une centaine ont été édités par de grandes firmes comme Alessi, Cinna ou Ligne Roset, il enseigne aux Beaux-Arts d’Orléans. Parce qu’Abdi est un généreux qui a à cœur « de transmettre » ce qu’il a reçu. Mais si l’on devait à tout prix le qualifier en un mot, Imaad Rahmouni, l’un de ses amis architectes, a la solution. « Abdi ? C’est Alger, Alger, Alger, Alger, Alger, Alger, Alger, Alger, Alger, Alger… ! », module-t-il sur tous les tons.

À l'ombre de la casbah

Tout est dit dans cet Alger à la puissance 10. Car Alger, c’est bien sûr l’enfance d’Abdi, qui a grandi à l’ombre de la casbah. « Tous mes souvenirs sont gravés dans mon disque dur », confie cet homme qui, à 55 ans, a su conserver un enthousiasme juvénile. Et ses réminiscences remontent à la surface à chaque fois qu’il imagine une nouvelle pièce. La capitale algérienne s’immisce dans les tajines et couscoussiers qu’il conçoit pour la prestigieuse maison Alessi et dont les couvercles sont rehaussés d’un croissant de lune orange. Elle s’incarne subtilement aussi dans la chaise « mouton » qu’il dessine à la demande de l’incontournable architecte et designer italien Alessandro Mendini, ou encore dans ses longs vases élancés aux allures de minarets. Pour autant, ce ne serait pas lui rendre justice que de laisser croire que sa culture d’origine nourrit à elle seule toute son imagination. Si son patrimoine algérien constitue sa matière première, il sait aussi le marier à de nombreuses influences : Abdi cite notamment les Méditerranéens Gaudí et Mendini, mais aussi Charles Rennie Mackintosh ou Joseph Hoffman.

La liberté recouvrée

Alger, ce n’est pas juste l’enfance insouciante et l’inépuisable matière de son inspiration, c’est aussi la ville dont il a dû s’arracher par deux fois. D’abord en 1979, pour étudier aux Arts déco, à Paris. Puis, dix ans plus tard, pour ne pas se laisser suffoquer, dit-il, par la « médiocrité » ambiante. C’est d’ailleurs peu de temps après son second départ qu’il créera Houn, le meuble exposé au Centre Pompidou (Paris) dans le cadre des 30 ans du VIA (Valorisation de l’innovation dans l’ameublement). Ce cabinet dont les portes évoquent les ailes d’un oiseau incarne à ses yeux la liberté recouvrée lorsqu’il se réinstalle en France. Parce qu’avec Abdi, chaque objet raconte une histoire, un fragment de sa mémoire.

Alger, il n’y vit certes plus, mais il y laissera son empreinte. En 2008, il a remporté un concours international grâce auquel il aura le privilège de signer le design du grand stade qui est en train de s’y construire, et il n’en est pas peu fier. Et Alger, encore et toujours, parce que, aujourd’hui, quand on insiste pour savoir ce qu’il rêverait de dessiner, il finit par avouer que c’est le bureau du président Bouteflika qu’il voudrait « revisiter ». Comment le voit-il ? « Ultracontemporain et à l’encontre des traditions ! »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une 'solution définitive' à la crise

Mali : réouverture des négociations d'Alger, à la recherche d'une "solution définitive" à la crise

Le gouvernement et des groupes armés maliens ont repris lundi les pourparlers d'Alger en vue de ramener la paix dans le nord du pays. Un deuxième round de discussions après la signature fin juillet d'une "[...]

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex