Extension Factory Builder
07/12/2009 à 14:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Umaru Yar'Adua avec le président de la Fifa, à Abuja, le 15 novembre Umaru Yar'Adua avec le président de la Fifa, à Abuja, le 15 novembre © Emmanuel Wole/AFP

Un pays malade dirigé par un président malade. Le 4 décembre, Umaru Yar’Adua, le chef de l’État nigérian, n’était toujours pas rentré d’Arabie saoudite. Il ne s’y était pas rendu pour le pèlerinage (hadj). Depuis le 23 novembre, il est soigné à l’hôpital Roi-Fayçal, à Djeddah, pour une péricardite aiguë, une inflammation de la membrane qui entoure le cœur.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique (près de 150 millions d’habitants) et premier producteur d’or noir du continent, souffre déjà de mille maux : affrontements entre chrétiens et musulmans, rébellions dans la région pétrolifère du delta du Niger (Sud), pauvreté et corruption généralisées.

Quant à la santé de Yar’Adua, 58 ans, elle a toujours été vacillante. En mars 2007, en pleine campagne électorale, cet ancien gouverneur de l’État de Katsina (Nord) avait été évacué par avion médicalisé en Allemagne. En août 2008, il avait annulé un voyage au Brésil pour se rendre à Djeddah. Officiellement pour un pèlerinage, alibi qui n’avait abusé personne.

Mais si, jusqu’à présent, le mystère qui entourait son état de santé donnait libre cours à toutes les spéculations, depuis l’annonce de son médecin personnel, le 26 novembre, le doute n’est plus permis : le président est bel et bien malade. On ignore si sa péricardite est d’origine virale, si elle est liée à une tuberculose ou à une insuffisance rénale. Dans certains cas, elle peut être mortelle.

Dès l’annonce de sa maladie, plusieurs partis de l’opposition ont demandé la démission du chef de l’État. Atiku Abubakar, l’ancien vice-président, a au contraire exhorté ses concitoyens à prier pour son salut. Le 2 décembre, le Conseil des ministres a provisoirement tranché : Yar’Adua n’est pas inapte, il ne doit pas quitter le pouvoir (ce que prévoit l’article 144 de la Constitution en cas d’incapacité).

Cette prise de position n’a cependant pas calmé les ambitions. En cas de décès ou de démission du chef de l’État, Jonathan Goodluck, le vice-président, assurerait l’intérim jusqu’à l’élection de 2011. Un tel scénario rendrait le pouvoir au Sud, d’où Goodluck est originaire. Au Nigeria, ce n’est pas anodin : le Nord et le Sud prétendent à la magistrature suprême, et la répartition des pouvoirs entre les deux régions est l’objet d’un subtil équilibre. En 2007, le « Sudiste » Olusegun Obasanjo avait eu bien du mal à lâcher la présidence. C’est d’ailleurs lui qui avait choisi Yar’Adua pour dauphin. Avait-il sciemment jeté son dévolu sur un homme fragile ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Immunité routière pour diplomates africains à New-York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New-York.[...]

Nigeria : T.B. Joshua, prophète de malheur

Sous le feu des critiques après l'effondrement d'un bâtiment abritant son Église, l'évangélique nigérian crie au complot.[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

Nigeria : le pétrole, un espoir de développement étouffé par Boko Haram

Le pétrole découvert dans le nord-est du Nigeria pourrait apporter à cette région défavorisée le développement dont elle a un besoin vital, mais la rébellion du groupe[...]

Ebola : le cap des 3 000 morts dépassé selon l'OMS

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola a franchi le cap des 3 000 morts, le virus ayant tué près de la moitié des quelque 6 500 personnes infectées, selon le dernier bilan[...]

Nigeria : les États-Unis ne croient pas à la mort de Abubakar Shekau

Un haut diplomate du département d'État américain a affirmé jeudi ne pas croire à la mort du chef du groupe islamiste Boko Haram, annoncée la veille par l'armée nigériane.[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir tué le "défunt Abubakar Shekau", chef de Boko Haram

L'armée nigériane a affirmé mercredi avoir tué le chef islamiste "qui se faisait passer dans des vidéos pour le défunt Abubakar Shekau", le chef de Boko Haram. L'information n'a[...]

Effondrement d'une église à Lagos : 5 questions sur un drame

Un nouveau bilan a porté à 115 le nombre de victimes de l’effondrement d'un immeuble appartenant à l'église évangélique Church of All Nations. La tragédie est entourée[...]

Ebola : le bilan s'alourdit à près de 2 800 morts en Afrique de l'Ouest

Selon un dernier bilan daté du 18 septembre et publié lundi par de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie d'Ebola a déjà fait 2 793 morts en Afrique de l'Ouest, sur 5[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers