Extension Factory Builder
07/12/2009 à 14:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Umaru Yar'Adua avec le président de la Fifa, à Abuja, le 15 novembre Umaru Yar'Adua avec le président de la Fifa, à Abuja, le 15 novembre © Emmanuel Wole/AFP

Un pays malade dirigé par un président malade. Le 4 décembre, Umaru Yar’Adua, le chef de l’État nigérian, n’était toujours pas rentré d’Arabie saoudite. Il ne s’y était pas rendu pour le pèlerinage (hadj). Depuis le 23 novembre, il est soigné à l’hôpital Roi-Fayçal, à Djeddah, pour une péricardite aiguë, une inflammation de la membrane qui entoure le cœur.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique (près de 150 millions d’habitants) et premier producteur d’or noir du continent, souffre déjà de mille maux : affrontements entre chrétiens et musulmans, rébellions dans la région pétrolifère du delta du Niger (Sud), pauvreté et corruption généralisées.

Quant à la santé de Yar’Adua, 58 ans, elle a toujours été vacillante. En mars 2007, en pleine campagne électorale, cet ancien gouverneur de l’État de Katsina (Nord) avait été évacué par avion médicalisé en Allemagne. En août 2008, il avait annulé un voyage au Brésil pour se rendre à Djeddah. Officiellement pour un pèlerinage, alibi qui n’avait abusé personne.

Mais si, jusqu’à présent, le mystère qui entourait son état de santé donnait libre cours à toutes les spéculations, depuis l’annonce de son médecin personnel, le 26 novembre, le doute n’est plus permis : le président est bel et bien malade. On ignore si sa péricardite est d’origine virale, si elle est liée à une tuberculose ou à une insuffisance rénale. Dans certains cas, elle peut être mortelle.

Dès l’annonce de sa maladie, plusieurs partis de l’opposition ont demandé la démission du chef de l’État. Atiku Abubakar, l’ancien vice-président, a au contraire exhorté ses concitoyens à prier pour son salut. Le 2 décembre, le Conseil des ministres a provisoirement tranché : Yar’Adua n’est pas inapte, il ne doit pas quitter le pouvoir (ce que prévoit l’article 144 de la Constitution en cas d’incapacité).

Cette prise de position n’a cependant pas calmé les ambitions. En cas de décès ou de démission du chef de l’État, Jonathan Goodluck, le vice-président, assurerait l’intérim jusqu’à l’élection de 2011. Un tel scénario rendrait le pouvoir au Sud, d’où Goodluck est originaire. Au Nigeria, ce n’est pas anodin : le Nord et le Sud prétendent à la magistrature suprême, et la répartition des pouvoirs entre les deux régions est l’objet d’un subtil équilibre. En 2007, le « Sudiste » Olusegun Obasanjo avait eu bien du mal à lâcher la présidence. C’est d’ailleurs lui qui avait choisi Yar’Adua pour dauphin. Avait-il sciemment jeté son dévolu sur un homme fragile ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

Boko Haram : selon Amnesty, Abuja savait que Baga et Monguno étaient visées

L'armée nigériane aurait été avertie à plusieurs reprises de l'imminence des attaques de Boko Haram contre Baga et Monguno, qui ont fait des centaines de morts début janvier. les autorit[...]

Boko Haram : des survivants du massacre de Baga racontent

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Une percée qui n'est pas sans conséquence sur les populations civiles, principales victimes des exactions du groupe islamiste. Témoignages[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Les élections de février, un test décisif pour l'unité du Nigeria

Comfort Ero dirige le programme Afrique à Nairobi depuis janvier 2011 au sein de Crisis Group. À moins d’un mois d’élections qui sont déjà l’objet de vives controverses, le[...]

Nigeria : la ville de Maiduguri doit-elle craindre une nouvelle attaque de Boko Haram ?

Boko Haram s'approche dangereusement de Maiduguri. Après la prise d'une nouvelle localité dimanche dans le nord-est du Nigeria par le groupe islamiste, l'étau se resserre autour de la capitale de l'État[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Nigeria : Boko Haram s'empare de Monguno, dernier verrou militaire avant Maiduguri

Boko Haram poursuit son avancée dans le nord-est du Nigeria. Dimanche, le groupe terroriste a pris le contrôle de Monguno, une ville stratégique où se trouvait la dernière base militaire de[...]

Nigeria: Boko Haram s'empare de Monguno et attaque Maiduguri

De violents combats opposaient dimanche l'armée nigériane à des combattants de Boko Haram dans la ville de Maiduguri, fief historique des islamistes dans le nord-est du Nigeria, ainsi qu'à Monguno,[...]

Nigeria : Boko Haram tue 15 villageois dans le nord-est

Des combattants du groupe islamiste armé Boko Haram ont abattu vendredi 15 personnes dans un village proche de leur fief historique de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, a-t-on appris samedi auprès d'un [...]

Nigeria : les élections maintenues au 14 février

La Commission électorale du Nigeria a réaffirmé vendredi que les élections présidentielle et législatives prévues le 14 février auraient bien lieu à la date[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2552p020.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2552p020.xml1 from 172.16.0.100