Extension Factory Builder
14/12/2009 à 09:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michael Joseph : « Nous ne resterons pas un simple opérateur dans le mobile » Michael Joseph : « Nous ne resterons pas un simple opérateur dans le mobile » © Safaricom

À 63 ans, le directeur général symbolise la réussite de l’opérateur kényan qu’il dirige depuis 2000. Pionnier du m-banking en Afrique avec M-Pesa, le groupe se lance dans l’Internet haut débit, étend son réseau 3G et contribue au déploiement du câble.

JEUNE AFRIQUE : Dans ce contexte de crise, quel bilan faites-vous de l’année 2009 ?

Michael Joseph : L’année a été plutôt bonne pour Safaricom, malgré des problèmes de ­sécheresse au Kenya, l’inflation des produits alimentaires et le reste. Notre situation financière s’est améliorée et notre chiffre d’affaires a augmenté de 18 %. Nous avons plus d’abonnés et gagné plus de parts de marché en termes de recettes, même si nous constatons un léger recul en termes quantitatifs. 

Comment avez-vous surmonté la récession  ?

Nous avons su rester concentrés et garder nos abonnés. Grâce à nos services et à nos produits, ils continuent de dépenser de l’argent chez nous. Nous sommes vus comme une entreprise kényane très offensive et sommes très présents dans les zones rurales. Il y a deux semaines, nous avons lancé un système de tarification dynamique, dont le prix change toutes les heures en fonction du lieu où vous vous trouvez. Nous avons su garder un élan. 

Ce succès est-il lié à M-Pesa, votre service de m-banking ?

M-Pesa y est pour beaucoup. Le service compte 7,9 millions d’abonnés, et 10 millions de dollars sont transférés chaque jour, à raison de 40 dollars en moyenne par transaction. Nous faisons une marge de 20 %. M-Pesa est rentable. Mais son succès passera toujours par le volume de transactions réalisées. Pour nous, c’est surtout un produit de fidélisation, qui conforte notre image de marque et apporte une valeur ajoutée autre que celle du profit à court terme. 

M-Pesa est-il protégé par un brevet ?

Non. Au départ, c’est un appel à projet qui a été lancé en Grande-Bretagne par le Département de développement international britannique (DFID), qui offrait une subvention de 1 million de livres pour renforcer les services financiers auprès des non-bancarisés. Nick Hughes, un ancien de chez Vodafone, a convaincu le groupe de soumissionner et d’inventer un produit adapté à la microfinance qui utilise le téléphone mobile. Vodafone a remporté le concours et engagé à son tour 1 million de livres. Les 2 millions de livres ont été investis pour développer le logiciel. Lorsqu’il a fallu le tester, seul Safaricom a accepté. C’était en 2006. Nous l’avons testé au Kenya comme un produit de microfinance. Et l’on s’est vite rendu compte que limiter M-Pesa à la microfinance était une erreur et qu’on pouvait faire beaucoup plus. J’ai donc décidé de nous lancer à l’échelle nationale, en mars 2007. Nous avons atteint 1,2 million de clients dès la première année, et ça a décollé à partir de là. Vodafone détient donc les droits de propriété intellectuelle sur M-Pesa, et Safaricom lui paie une sorte de redevance. 

Au Kenya, les banques ont-elles été hostiles ?

Très hostiles, au départ, surtout les banques traditionnelles. Il y a un an, elles ont même tenté de nous faire fermer en faisant pression sur le ministre des Finances. Mais fermer un service de 6 millions de clients devenait difficile. Maintenant, beaucoup de banques nous courtisent, en particulier les ­petites. Aujourd’hui, vous pouvez transférer de l’argent de votre compte M-Pesa vers votre compte bancaire et vice versa très facilement. Les banques se joignent à nous parce qu’elles ne peuvent pas nous évincer. Nous voulons fournir des services aux Kényans exclus du système financier. 

Peut-on verser des salaires avec M-Pesa ?

Oui, de façon ponctuelle, comme dans les plantations de café ou de thé. Nous travaillons aussi avec le gouvernement pour le versement d’allocations et autres prestations sociales. C’est un service parfait pour les petites sommes. Pendant la crise qu’a vécue le Kenya en 2008, les organisations caritatives ont envoyé beaucoup d’argent aux camps de réfugiés via M-Pesa. L’Unicef et la Croix-Rouge kényane font appel à nous pour leurs dons. Prendre en charge les salaires des fonctionnaires serait un défi. Mais on y viendra, au paiement des salaires, à l’achat de biens et de services… Dans l’ouest du Kenya, il y a même des bars où vous ne pouvez plus commander une bière si vous ne réglez pas avec M-Pesa. À force de se faire braquer, ils n’encaissent plus d’argent liquide. 

Le marché des transferts d’argent à l’international vous intéresse-t-il ?

Oui. Nous sommes partis du Royaume-Uni, d’où l’on peut désormais envoyer de l’argent vers le Kenya. M-Pesa y est disponible dans les agences Western Union. Deux de nos distributeurs ont aussi ouvert une boutique à Londres et à Glasgow. Les transferts de fonds à l’international contribueront à imposer M-Pesa dans le monde. Les Kényans de l’étranger transfèrent 150 millions de dollars par an vers leur pays. Nous ciblons le marché informel, les Kényans qui vivent à la marge, sans doute en situation irrégulière. Ils évitent les agences Western Union et préfèrent passer par M-Pesa. Surtout que nous sommes nettement moins chers : 7 livres de commission pour 300 livres transférées. Mais comme les transactions à l’international sont plafonnées, on ne peut utiliser M-Pesa au-delà d’un certain montant. 

Avez-vous connu des problèmes régle­mentaires ?

Nous avons toujours travaillé en étroite collaboration avec les autorités de régulation, c’est l’une des clés du succès de M-Pesa. Au Kenya, le régulateur a mis du temps avant de se satisfaire de ce que nous faisions. La tenue de registres est au cœur de ses préoccupations, comme l’identification des clients et la lutte contre le blanchiment. Au Royaume-Uni, il faut être homologué pour effectuer des transferts de devises, et disposer d’une autorisation de la Banque d’Angleterre pour convertir des livres en shillings. 

Visez-vous d’autres pays où lancer les transferts à l’international ?

Logiquement, dans ceux où il y a des Kényans. L’Ouganda sera sans doute la prochaine cible, puis les pays voisins, le Rwanda et la Tanzanie. Si l’on pouvait se lancer aux États-Unis, ce serait bien, beaucoup de Kényans y vivent. Comme au Moyen-Orient, à Dubaï notamment. 

Quel impact a eu l’arrivée de Seacom et des câbles cette année ?

Le principal avantage est lié à l’optimisation de la bande passante. La navigation a gagné en rapidité. L’utilisation de notre réseau de données par les entreprises s’est beaucoup améliorée. Lorsque nous nous sommes raccordés au câble Seacom, notre activité data a doublé du jour au lendemain. En nous connectant au réseau Teams, dont nous détenons 22,5 % du capital, la capacité a de nouveau doublé. Le prix n’a pas baissé de 90 %, comme tout le monde le prédisait. Mais il va certainement baisser de 70 % pour les entreprises qui se fournissent en gros auprès de nous et de 20 % à 25 % pour les particuliers. 

Ces câbles signent-ils la fin du satellite ?

Il y aura toujours besoin de communication par satellite en Afrique, surtout dans les pays enclavés. C’est aussi une question de redondance, le temps de vérifier que ces câbles sont bien fiables et sécurisés. Puis réduire au fur et à mesure notre réseau par satellite. Et diminuer nos coûts, puisque pour l’heure nous payons pour deux choses. 

Comment voyez-vous 2010 ?

Nous n’allons pas rester un simple opérateur mobile, mais devenir une vraie société de télécommunications. Acquérir deux sociétés wimax, participer à Teams, étendre notre réseau 3G… Tout ce que nous avons fait en 2009 nous a préparés à être un acteur de poids sur le marché du transfert de données par mobiles l’an prochain. Notre stratégie de développement sera nettement axée là-dessus en 2010. Nous voulons porter l’activité data, 17 % des recettes aujourd’hui, à 25 % dans les deux ans. Safaricom a encore beaucoup à faire au Kenya, et je ne veux pas dévier mon regard de la cible. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Kenya

#Tumechoka ou quand les Kényans sont 'fatigués' des attaques des Shebab

#Tumechoka ou quand les Kényans sont "fatigués" des attaques des Shebab

Des centaines de manifestants kényans ont occupé mardi l'avenue Harambee, à Nairobi, où se trouve le principal complexe gouvernemental. Une mobilisation relayée sur les réseaux sociaux pou[...]

Kenya : 28 passagers d'un bus exécutés par des Shebab présumés

Vingt-huit passagers d'un bus ont été exécutés tôt samedi matin dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie, a annoncé le chef de la police du[...]

L'Afrique, cible prioritaire de l'industrie des biens de consommation européenne

L'Afrique sera d'ici à 2017 le deuxième marché prioritaire pour l'industrie des biens de consommation européenne, selon une étude du cabinet Deloitte. Le continent devrait enregistrer une hausse[...]

Kenya : nouvelle descente de la police dans une mosquée de Mombasa

L'opération contre l'islam radical menée à Mombasa depuis 48 heures par la police nigériane risque d'exacerber les tensions dans la ville portuaire, craint la société civile.[...]

Kenya : les femmes, martyrs ou nudistes ?

Les droits des femmes régressent-ils au Kenya ? Alors que la justice lutte contre l’excision, des agressions sexistes visent des jeunes filles jugées "trop légèrement[...]

Kenya : 1 mort et plus 250 suspects arrêtés dans une mosquée de Mombasa

La police kényane a effectué lundi une descente musclée dans des mosquées de Mombasa soupçonnées d'abriter des sympathisants des Shebab somaliens. Une personne a été[...]

Et si Barack Obama convoitait la présidence... du Kenya ?

Le président des États-Unis vit, le 4 novembre, ses dernières élections. Il lui reste deux ans pour préparer ses bagages et penser à son avenir. Voici cinq hypothèses sur une[...]

Kenya : Ban Ki-Moon appelle à mettre fin à l'excision

Dans le cadre d'une campagne mondiale contre l'excision lancée avec le quotidien britannique "The Guardian", Ban Ki-moon a appelé jeudi à Nairobi à mettre fin à la mutilation[...]

Kenya - CPI : Uhuru Kenyatta dans le rôle du martyr

Accusé de crimes contre l'humanité, le président kényan a comparu devant la Cour pénale internationale. En s'y rendant de son plein gré, il a montré sa bonne volonté.[...]

Kenya : Kenyatta à la CPI pour une audience "cruciale"

En acceptant de se présenter mercredi à La Haye, le président kényan, Uhuru Kenyatta, devient le premier chef d'État en exercice à comparaître devant la Cour pénale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces