Extension Factory Builder
28/07/2009 à 14:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Évoqué dès 2007, puis de nouveau en juin 2008, le scénario de la privatisation de Bénin Télécoms (BT) revient sur le devant de la scène béninoise. Du moins sur la forme, entre polémiques et déclarations en cascade.

Côté gouvernement d’abord, avec Désiré Adadja, ministre de la Communication et ex-PDG de BT, qui vient de réaffirmer fermement à la mi-juillet la privatisation prochaine de l’opérateur historique. L’État veut donc vendre. Besoin de liquidités, comme en 2007, quand le prix des licences GSM était révisé à la hausse ? Sans doute. L’initiative suit surtout le mouvement en cours sur le reste du continent. « En privatisant une compagnie, celle-ci devient plus compétitive, et l’État fait une bonne affaire avec de futures rentrées fiscales plus conséquentes », précise Binta Drave, du cabinet Exotix, à Londres.

Côté syndicats ensuite, qui, réunis plusieurs fois en assemblées générales, rejettent la cession annoncée de 51 % du capital. Mais aussi dans l’opposition : le 13 juillet, trois députés ont remis une lettre ouverte à l’Assemblée nationale, déclinant toute une liste de questions restées sans réponses.

Seul point qui fasse consensus : BT ploie sous les dettes, ce qui alimente une querelle de chiffres : à combien s’élève l’ardoise, à 161 ou à 203 milliards de F CFA ? À l’évidence, personne n’est d’accord, et l’entreprise n’a pas publié de bilan financier depuis cinq ans. Qui sera le repreneur ? Pas MTN, déjà présent dans le GSM au Bénin. Zain est trop occupé à négocier la vente de ses actifs africains. France Télécom, peut-être, toujours en quête de bonnes affaires sur le continent, voire Sudatel, qui a raté le coche au Mali ? Plus probable, Maroc Télécom, spécialiste du rachat des opérateurs historiques, pourrait être intéressé. D’autant que « le poids de la dette n’est pas la seule considération à prendre en compte », souligne Binta Drave : outre sa licence d’exploitation, Bénin Télécoms peut offrir un réseau déjà en place et une clientèle. Certes, l’activité fixe peut rebuter : outre de lourdes dettes, elle exige de gros investissements. Dernier mystère : quand se fera cette privatisation ? Là encore, c’est le flou. Un consortium de cinq cabinets, chargé d’accompagner le processus, doit rendre ses conclusions le 31 décembre 2009 au plus tard. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2533p100-102.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2533p100-102.xml1 from 172.16.0.100