Extension Factory Builder
21/07/2009 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca © Renault

Grâce au succès de la Logan et au lancement de la Sandero, la marque roumaine du groupe français connaît une forte hausse de ses ventes.

Alors que le marché automobile marocain marque un net recul au premier semestre 2009, enregistrant une baisse de 9 % des ventes totales de véhicules par rapport à la même période en 2008, la firme au losange et surtout sa marque roumaine Dacia affichent une santé presque insolente. « Depuis le début 2009, nos ventes de véhicules Renault augmentent de 0,74 %. Celles de Dacia ont bondi de 20 %. Au total, nos ventes globales ont augmenté de 9 % », indique Patrice Ratti, PDG de Renault Maroc.

À l’actif de ce succès, la berline familiale Dacia Logan, déclinée également en modèle break (MCV) et en pick-up, lancé récemment. Produite sur place mais aussi importée, elle fait un tabac auprès des consommateurs marocains. La Logan reste la voiture la plus vendue dans le pays depuis le lancement de la gamme en 2004. Quelque 51 000 unités ont été écoulées sur le marché national. Et, sur la seule année 2008, près de 15 000 exemplaires ont été vendus. Aujourd’hui, la marque Dacia s’enrichit de la berline Sandero, produite à l’usine de la Somaca de Casablanca du groupe Renault et commercialisée depuis le 18 juin. Modèle « fiable, robuste et bon marché », destiné à un public « jeune et éventuellement féminin », la Sandero devrait rencontrer au moins le même succès que la Logan, espère Renault. « Lors des portes ouvertes, nous avons écoulé le premier mois de production (juin) dès le premier week-end de commercialisation. Sur la base de cet excellent démarrage, nous prévoyons d’en vendre plus de 2 000 exemplaires dans le pays cette année », souligne Patrice Ratti. Avec des tarifs entre 78 500 DH et 121 900 DH (7 000 à 10 000 euros), soit environ 500 euros de plus que la Logan, « la Sandero est dans une fourchette de prix coréens, voire chinois », déclarait récemment Frédéric Posé, directeur du marketing de Renault au Maroc.

 

54 points de ventes

« Dacia devient une véritable marque complète, d’autant que nous lancerons en 2010 le modèle 4x4 importé de Roumanie. Elle a donc le potentiel pour dépasser Renault, les deux marques étant désormais au coude à coude avec 17 % de parts de marché chacune », renchérit Patrice Ratti. Du coup, dans la perspective de réaliser, rien qu’avec Dacia, 20 % des ventes de voitures de tourisme du royaume chérifien, la firme au losange a repensé sa stratégie commerciale et de service après-vente en séparant ses deux marques. Renault a déjà segmenté ses showrooms et ses ateliers entre les deux marques de sa succursale de Casablanca. « Nous allons mener de front Dacia et Renault, qui sont complémentaires avec des cibles de clientèles différentes », confirme le PDG du groupe au Maroc. Le réseau de Renault, qui couvre 28 villes marocaines, avec pas moins de 54 points de vente, devrait progressivement se plier à cette nouvelle stratégie. Tous les concessionnaires disposeront à terme d’espaces séparés et dédiés à Renault et à Dacia. En attendant, pour répondre à une demande toujours très forte, le groupe envisage « d’accroître la production de Logan dans son usine de la Somaca ». Un centre qui produit également la Kangoo, « un autre modèle à succès représentant les deux tiers des ventes de véhicules du groupe assemblés sur place ». De quoi conforter le leadership de Renault au Maroc, devant le coréen KIA et le français Peugeot. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Valéry N'Dongo fait son cinéma

Article précédent :
Un projet né en 1973

Maroc

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Abdelmalek Alaoui, l'homme qui murmure à l'oreille des puissants

Sans renier l'héritage de son père, indéboulonnable ministre de Hassan II, Abdelmalek Alaoui ne doit sa réussite qu'à son talent. Fondateur de Global Intelligence Partners, il consei[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

"Les Tribulations du dernier Sijilmassi" : "burn out" sous le burnous avec Fouad Laroui

Qui n'a jamais eu envie de changer de vie ? Un ingénieur marocain, héros du dernier livre de notre collaborateur Fouad Laroui, en lice pour le Goncourt, y est bien résolu. Mais de la coupe aux[...]

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias Lhaqed, est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agent des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex