Extension Factory Builder
21/07/2009 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca © Renault

Grâce au succès de la Logan et au lancement de la Sandero, la marque roumaine du groupe français connaît une forte hausse de ses ventes.

Alors que le marché automobile marocain marque un net recul au premier semestre 2009, enregistrant une baisse de 9 % des ventes totales de véhicules par rapport à la même période en 2008, la firme au losange et surtout sa marque roumaine Dacia affichent une santé presque insolente. « Depuis le début 2009, nos ventes de véhicules Renault augmentent de 0,74 %. Celles de Dacia ont bondi de 20 %. Au total, nos ventes globales ont augmenté de 9 % », indique Patrice Ratti, PDG de Renault Maroc.

À l’actif de ce succès, la berline familiale Dacia Logan, déclinée également en modèle break (MCV) et en pick-up, lancé récemment. Produite sur place mais aussi importée, elle fait un tabac auprès des consommateurs marocains. La Logan reste la voiture la plus vendue dans le pays depuis le lancement de la gamme en 2004. Quelque 51 000 unités ont été écoulées sur le marché national. Et, sur la seule année 2008, près de 15 000 exemplaires ont été vendus. Aujourd’hui, la marque Dacia s’enrichit de la berline Sandero, produite à l’usine de la Somaca de Casablanca du groupe Renault et commercialisée depuis le 18 juin. Modèle « fiable, robuste et bon marché », destiné à un public « jeune et éventuellement féminin », la Sandero devrait rencontrer au moins le même succès que la Logan, espère Renault. « Lors des portes ouvertes, nous avons écoulé le premier mois de production (juin) dès le premier week-end de commercialisation. Sur la base de cet excellent démarrage, nous prévoyons d’en vendre plus de 2 000 exemplaires dans le pays cette année », souligne Patrice Ratti. Avec des tarifs entre 78 500 DH et 121 900 DH (7 000 à 10 000 euros), soit environ 500 euros de plus que la Logan, « la Sandero est dans une fourchette de prix coréens, voire chinois », déclarait récemment Frédéric Posé, directeur du marketing de Renault au Maroc.

 

54 points de ventes

« Dacia devient une véritable marque complète, d’autant que nous lancerons en 2010 le modèle 4x4 importé de Roumanie. Elle a donc le potentiel pour dépasser Renault, les deux marques étant désormais au coude à coude avec 17 % de parts de marché chacune », renchérit Patrice Ratti. Du coup, dans la perspective de réaliser, rien qu’avec Dacia, 20 % des ventes de voitures de tourisme du royaume chérifien, la firme au losange a repensé sa stratégie commerciale et de service après-vente en séparant ses deux marques. Renault a déjà segmenté ses showrooms et ses ateliers entre les deux marques de sa succursale de Casablanca. « Nous allons mener de front Dacia et Renault, qui sont complémentaires avec des cibles de clientèles différentes », confirme le PDG du groupe au Maroc. Le réseau de Renault, qui couvre 28 villes marocaines, avec pas moins de 54 points de vente, devrait progressivement se plier à cette nouvelle stratégie. Tous les concessionnaires disposeront à terme d’espaces séparés et dédiés à Renault et à Dacia. En attendant, pour répondre à une demande toujours très forte, le groupe envisage « d’accroître la production de Logan dans son usine de la Somaca ». Un centre qui produit également la Kangoo, « un autre modèle à succès représentant les deux tiers des ventes de véhicules du groupe assemblés sur place ». De quoi conforter le leadership de Renault au Maroc, devant le coréen KIA et le français Peugeot. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Valéry N'Dongo fait son cinéma

Article pr�c�dent :
Un projet né en 1973

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2532p087.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2532p087.xml0 from 172.16.0.100