Extension Factory Builder
21/07/2009 à 16:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca Montage de la Sandero dans l'usine Renault de Casablanca © Renault

Grâce au succès de la Logan et au lancement de la Sandero, la marque roumaine du groupe français connaît une forte hausse de ses ventes.

Alors que le marché automobile marocain marque un net recul au premier semestre 2009, enregistrant une baisse de 9 % des ventes totales de véhicules par rapport à la même période en 2008, la firme au losange et surtout sa marque roumaine Dacia affichent une santé presque insolente. « Depuis le début 2009, nos ventes de véhicules Renault augmentent de 0,74 %. Celles de Dacia ont bondi de 20 %. Au total, nos ventes globales ont augmenté de 9 % », indique Patrice Ratti, PDG de Renault Maroc.

À l’actif de ce succès, la berline familiale Dacia Logan, déclinée également en modèle break (MCV) et en pick-up, lancé récemment. Produite sur place mais aussi importée, elle fait un tabac auprès des consommateurs marocains. La Logan reste la voiture la plus vendue dans le pays depuis le lancement de la gamme en 2004. Quelque 51 000 unités ont été écoulées sur le marché national. Et, sur la seule année 2008, près de 15 000 exemplaires ont été vendus. Aujourd’hui, la marque Dacia s’enrichit de la berline Sandero, produite à l’usine de la Somaca de Casablanca du groupe Renault et commercialisée depuis le 18 juin. Modèle « fiable, robuste et bon marché », destiné à un public « jeune et éventuellement féminin », la Sandero devrait rencontrer au moins le même succès que la Logan, espère Renault. « Lors des portes ouvertes, nous avons écoulé le premier mois de production (juin) dès le premier week-end de commercialisation. Sur la base de cet excellent démarrage, nous prévoyons d’en vendre plus de 2 000 exemplaires dans le pays cette année », souligne Patrice Ratti. Avec des tarifs entre 78 500 DH et 121 900 DH (7 000 à 10 000 euros), soit environ 500 euros de plus que la Logan, « la Sandero est dans une fourchette de prix coréens, voire chinois », déclarait récemment Frédéric Posé, directeur du marketing de Renault au Maroc.

 

54 points de ventes

« Dacia devient une véritable marque complète, d’autant que nous lancerons en 2010 le modèle 4x4 importé de Roumanie. Elle a donc le potentiel pour dépasser Renault, les deux marques étant désormais au coude à coude avec 17 % de parts de marché chacune », renchérit Patrice Ratti. Du coup, dans la perspective de réaliser, rien qu’avec Dacia, 20 % des ventes de voitures de tourisme du royaume chérifien, la firme au losange a repensé sa stratégie commerciale et de service après-vente en séparant ses deux marques. Renault a déjà segmenté ses showrooms et ses ateliers entre les deux marques de sa succursale de Casablanca. « Nous allons mener de front Dacia et Renault, qui sont complémentaires avec des cibles de clientèles différentes », confirme le PDG du groupe au Maroc. Le réseau de Renault, qui couvre 28 villes marocaines, avec pas moins de 54 points de vente, devrait progressivement se plier à cette nouvelle stratégie. Tous les concessionnaires disposeront à terme d’espaces séparés et dédiés à Renault et à Dacia. En attendant, pour répondre à une demande toujours très forte, le groupe envisage « d’accroître la production de Logan dans son usine de la Somaca ». Un centre qui produit également la Kangoo, « un autre modèle à succès représentant les deux tiers des ventes de véhicules du groupe assemblés sur place ». De quoi conforter le leadership de Renault au Maroc, devant le coréen KIA et le français Peugeot. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Valéry N'Dongo fait son cinéma

Article pr�c�dent :
Un projet né en 1973

Maroc

Israël : Shimon Peres annule sa visite au Maroc

Israël : Shimon Peres annule sa visite au Maroc

L'ancien président israélien, Simon Peres, était attendu à Marrakech dans le cadre du forum Clinton Global Initiative du 5 au 8 mai. Son invitation a finalement été annulée en r&eac[...]

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleines dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil Dirar[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2532p087.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2532p087.xml0 from 172.16.0.100