Extension Factory Builder
24/06/2009 à 12:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Toyota Yaris, Kia Picanto et autres Chery QQ représentent déjà 5% du marché Les Toyota Yaris, Kia Picanto et autres Chery QQ représentent déjà 5% du marché © DR

Entrées à faible vitesse sur le marché il y a quelques années, les automobiles à bas prix s’imposent dans les rues de la capitale sénégalaise.

Il y a quatre ans, lorsqu’elle est arrivée à Dakar, la minuscule Chery QQ faisait sourire. Avec ses quarante centimètres de moins qu’une Peugeot 206, elle n’inspirait pas confiance. Aujourd’hui, la très, très petite voiture chinoise aux couleurs gaies se lance sans complexes à l’assaut des routes sénégalaises. « Nous écoulons jusqu’à 15 véhicules par mois, et les ventes au cours des deux dernières années ont progressé de 300 % », indique un commercial d’Espace Auto, une concession appartenant au groupe CCBM, dirigé par l’homme d’affaires sénégalais Serigne Mboup.

Les campagnes de publicité régulières ont porté leurs fruits. Mais, surtout, la QQ, qui est la moins chère (vendue à partir de 4,5 millions de F CFA, soit 6 800 euros), est venue répondre, avec les Suzuki Alto, les Toyota Yaris ou encore les Kia Picanto, à une demande de plus en plus forte. De nos jours, tout le monde ou presque considère la voiture non plus comme un luxe, mais comme une nécessité. Au Sénégal, où il se vend environ 6 000 nouveaux véhicules par an, il était quasiment impossible d’acquérir un véhicule neuf à moins de 10 millions de F CFA il y a à peine cinq ans. Les acheteurs se ruaient sur les voitures d’occasion importées de Belgique et de France surtout, et vendues dans l’informel. Puis la décision gouvernementale de 2003 d’interdire l’importation des voitures de plus de cinq ans d’âge a commencé à produire ses effets. Les prix des « seconde main » ont grimpé.

C’est dans ce contexte favorable que les modèles à moins de 8 millions de F CFA ont fait leur apparition dans le sillage de la Chery QQ. En quatre ans, les petites low cost représentent déjà près de 5 % du marché. Elles ne devraient pas s’arrêter en si bon chemin grâce à l’essor du crédit automobile, qui permet aux faibles revenus d’acquérir un véhicule. Les acheteurs peuvent bénéficier d’un prêt sans apport et étaler le remboursement sur soixante mois à des taux d’environ 7 %. « En 2008, sur deux campagnes avec des concessionnaires, nous avons eu un volume de crédit de 1,5 milliard de F CFA et 80 % des demandes ont été acceptées », indique un cadre d’une banque préférant ne pas être cité.

 

Des berlines moins chères

Si les véhicules à faible prix ne font pas encore vivre les concessionnaires, ils soutiennent le marché et laissent espérer des marges futures plus importantes. « Les banques peuvent prendre les décisions de crédit en vingt-quatre heures, ce qui évite que le client ne se décourage. Les conditions de développement du marché automobile sont meilleures », note Hermann Kla, le responsable marketing de la Sénégalaise de l’automobile. La Chery QQ et ses consœurs contribuent ainsi à changer les mentalités. « L’émergence de l’offre de crédit bancaire habitue le consommateur à aller vers des véhicules neufs », indique Claude Sartini, le président-directeur général de CFAO Motors Sénégal.

Avec un habitacle plus grand, plus commode, un minimum d’options (climatisation, vitres électriques…), des berlines familiales à moins de 8 millions de F CFA arrivent sur le marché soutenues par d’incontournables campagnes publicitaires. Vendues au-delà de 16 millions de F CFA, les stars actuelles des routes sénégalaises, les 4x4 Toyota ou Mitsubishi, sont-elles passées de mode ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A l'heure des grandes manoeuvres

Article précédent :
Des commandes venues du sud

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex