Extension Factory Builder
23/06/2009 à 16:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis trois semaines, Tsvangirai sillonne la planète pour tenter de convaincre les pays riches de lui venir en aide. États-Unis, Allemagne, Pays-Bas, Suède, Belgique et, finalement, la France, où il était attendu le 24 juin.

La tâche du Premier ministre est un peu schizophrénique. Il a besoin de quelque 6 milliards d’euros et doit convaincre que le Zimbabwe est sur la bonne voie, sans pour autant dissimuler les nombreux obstacles à la normalisation. Il sait pertinemment que ses partisans sont encore harcelés par les sbires du président Robert Mugabe, que la justice ne fait toujours pas son travail, que les quelques fermes encore en activité sont envahies par des squatters et saisies arbitrairement. Il sait aussi qu’il n’est pas encore parvenu à chasser de son poste le tout-puissant gouverneur de la Banque centrale, qu’il n’a pas non plus l’autorité nécessaire pour garantir la liberté de la presse. Il doit cependant être positif et convaincre les bailleurs de fonds.

Rien n’est donc gagné. Que ce soit à Washington, à Berlin ou à Bruxelles, aucun bailleur ne veut rétablir formellement la coopération avec Harare et pas un dollar des quelques millions promis ne transitera par les caisses de l’État. Les contributions sont en effet destinées aux organisations internationales ou aux ONG qui travaillent sur le terrain, preuve que la confiance dans le gouvernement n’est pas encore rétablie. De son passage à Paris, Tsvangirai, qui sera reçu par Nicolas Sarkozy, ne peut espérer guère plus. Si ce n’est qu’il rencontrera les patrons français. La France, qui semble décidée à faire jouer un rôle important au secteur privé, a d’ailleurs dépêché fin mai à Harare la secrétaire d’État au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac. Les Français, qui ont longtemps soutenu Mugabe ont changé leur fusil d’épaule. Tsvangirai aura droit, à n’en pas douter, au meilleur accueil. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Les réfugiés manifestent à Rabat

Article pr�c�dent :
Adieu à Moumouni Djermakoye

Zimbabwe

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Zimbabwe : Mugabe, un Castro africain

Ce sont les deux ultimes dinosaures de l'ère anti-impérialiste, les oubliés du grand dégel qui a suivi la chute du mur de Berlin. Même âge, ou presque, même personnalité[...]

Robert Mugabe fête ses 91 ans et s'en prend aux réserves animalières des Blancs

Le président zimbabwéen Robert Mugabe, dont la réforme agraire des années 2000 a été marquée par la violente éviction de milliers de fermiers blancs, a profité[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Zimbabwe : éléphant, buffle et lion au menu de l'anniversaire de Robert Mugabe

Le Zimbabwe s’apprête à vivre une longue période de festivités à partir du week-end. Le président Robert Mugabe au pouvoir depuis 27 ans, fête samedi ses 91 ans.[...]

Union européenne : une enveloppe de 234 millions d'euros pour le Zimbabwe

L’Union européenne a octroyé, lundi, au Zimbabwe une enveloppe de 234 millions d'euros sur six ans destinée à l'agriculture et la santé. Un bol d’air vital pour un pays dont[...]

Zimbabwe : Mugabe, l'homme qui voulait devenir centenaire

On le disait malade. Mais, à bientôt 91 ans, il apparaît plutôt fringant. Le secret de sa forme ? Écarter ses alliés quand ils deviennent trop encombrants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2528p049.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2528p049.xml1 from 172.16.0.100