Extension Factory Builder
25/05/2009 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Quatre décennies d’indépendance, quatre présidents. La République démocratique du Congo a tout vécu, tout connu, sauf une valse de présidents. L’on pourrait même dire, avec une pointe de malice, que dans ce pays la fonction présidentielle est stable. Ou difficilement accessible. Seules trois provinces ont eu le privilège de donner un chef d’État à la nation : le Bas-Congo avec Joseph Kasa-Vubu (1960-1965) ; l’Équateur avec Mobutu Sese Seko – né Joseph-Désiré – (1965-1997) ; le Katanga avec Laurent-Désiré Kabila (1997-2001) et Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001. Il y a eu une élection au suffrage indirect (Kasa-Vubu) ; deux coups d’État (Mobutu et Kabila père) ; une désignation par une main invisible normalisée ensuite à l’occasion d’une élection au suffrage direct pour ce qui concerne Joseph Kabila. Deux Désiré et trois Joseph. Étrange coïncidence de l’Histoire !

Un président, une méthode. Ceux qui ont connu Kasa-Vubu ou vécu sous sa présidence le considèrent comme la vertu incarnée. Il n’aurait jamais « volé », jamais « tué », jamais… En réalité, cet homme qui est passé sans transition du statut de bourgmestre dans la capitale congolaise à celui de chef de l’État reste une énigme. Celui qui enflammait ses partisans à la fin des années 1950 n’a été que silences durant ses cinq années de règne. Des silences confinant à l’effacement total, à l’absence même d’autorité. C’est à peine si l’on se souvient de l’attitude débonnaire de l’ancien séminariste et de sa voix fluette sans énergie.

Mobutu Sese Seko était d’un autre calibre. Avec lui, il s’agissait d’affirmer l’autorité de l’État et la sienne dans toute sa plénitude, de montrer qu’il était le seul chef, l’unique, auquel tout le monde devait allégeance. Il se voulait le guide de son peuple et souhaitait le voir jouer un rôle phare au-delà des frontières du Zaïre. Tribun hors pair, il adorait s’adresser directement à la population au cours de longs rassemblements populaires. Et aucun sujet touchant à la vie nationale n’était oublié. Il sillonnait sans cesse le pays. Cette présence et les prises de parole permanentes rassuraient.

Laurent-Désiré Kabila, pour sa part, avait misé sur la roublardise pour accéder au pouvoir et le conserver. Au cours de sa vie de maquisard, il avait appris à se méfier de tout le monde et à se conduire souvent de façon imprévisible. D’aucuns ont attribué certaines de ses réactions, jugées brutales ou excessives, à l’ivresse du pouvoir.

Par son manque de visibilité et ses longs silences à des moments critiques de la vie nationale, Joseph Kabila rappelle quelque peu Joseph Kasa-Vubu. Durant ses premières années d’exercice du pouvoir, on a souvent dit qu’il apprenait le métier. En réalité, il y a longtemps que son apprentissage est terminé, même s’il n’est pas encore totalement sorti de sa coquille. Mais certains signes, comme sa récente tournée, en mars, dans les provinces de l’Est, montrent qu’il commence à se faire au contact de la foule. Il a choisi d’avancer à pas feutrés et de brouiller les pistes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
En attendant le combat des chefs

Article précédent :
Le premier cercle

AUTRES

La Tunisie à la veille d'élections cruciales

La Tunisie à la veille d'élections cruciales

La Tunisie était engagée samedi dans les derniers préparatifs pour ses premières législatives depuis la révolution de 2011, un scrutin crucial pour lequel un vaste dispositif de[...]

RDC : trois immeubles de Diomi Ndongala "confisqués", son avocat dénonce "l'instrumentalisation de la justice"

Dans une affaire qui l'oppose à la Banque internationale pour l'Afrique au Congo (Biac), Diomi Ndongala a vu vendredi trois de ses immeubles de Kinshasa être saisis par la justice. Une "expropriation" qui vi[...]

Ebola : des vaccins seront testés dans les pays d'Afrique les plus touchés

Des vaccins contre la fièvre Ebola seront testés, si possible en décembre, dans les trois principaux pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie selon l'OMS, alors qu'au Mali, la fill[...]

Ebola : quarantaine obligatoire pour certaines personnes à New York

Les gouverneurs de New York et du New Jersey ont ordonné vendredi une quarantaine obligatoire pour les personnes ayant eu des contacts avec des malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Un premier cas d'infection au virus a &e[...]

Égypte : état d'urgence dans le Sinaï après l'attentat qui a tué 30 soldats

L’Égypte a décrété vendredi un état d'urgence de trois mois sur une partie de la péninsule du Sinaï, quelques heures après qu'un kamikaze a tué 30 soldats en pr&ea[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Nigeria : la soeur de la ministre du Pétrole enlevée par des hommes armés

La sœur de la ministre du pétrole du Nigeria a été enlevée par des hommes armés dans la plaque tournante pétrolière de Port-Harcourt, dans le Delta du Niger, au sud du pays.[...]

Qui est vraiment Filipe Nyusi, le prochain président du Mozambique ?

D'après les décomptes finaux des votes publiés hier, jeudi 23 octobre, Filipe Jacinto Nyusi, le candidat du Frelimo, remporterait dès le premier tour la présidentielle du 15 octobre au Mozambi[...]

Ebola - Football : que faire de la CAN 2015 ? Les professionnels répondent

Alors que le sort de la CAN 2015 se jouera début novembre, "Jeune Afrique" a demandé aux internautes s’ils souhaitaient que la compétition se dispute au Maroc aux dates prévues, qu&rs[...]

France : les ressortissants tunisiens de France votent pour les législatives

Les ressortissants tunisiens de France se sont présentés aux urnes vendredi afin d’élire dix députés de l’Assemblée du peuple à l’occasion des élections l[...]

Égypte : dans le Sinaï, un attentat fait de nombreuses victimes parmi les militaires

Un attentat à la voiture piégée a tué au moins 25 soldats égyptiens et blessé une vingtaine de personnes vendredi. Il visait un barrage de l'armée dans le nord de la péninsul[...]

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers