Extension Factory Builder
25/05/2009 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Quatre décennies d’indépendance, quatre présidents. La République démocratique du Congo a tout vécu, tout connu, sauf une valse de présidents. L’on pourrait même dire, avec une pointe de malice, que dans ce pays la fonction présidentielle est stable. Ou difficilement accessible. Seules trois provinces ont eu le privilège de donner un chef d’État à la nation : le Bas-Congo avec Joseph Kasa-Vubu (1960-1965) ; l’Équateur avec Mobutu Sese Seko – né Joseph-Désiré – (1965-1997) ; le Katanga avec Laurent-Désiré Kabila (1997-2001) et Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001. Il y a eu une élection au suffrage indirect (Kasa-Vubu) ; deux coups d’État (Mobutu et Kabila père) ; une désignation par une main invisible normalisée ensuite à l’occasion d’une élection au suffrage direct pour ce qui concerne Joseph Kabila. Deux Désiré et trois Joseph. Étrange coïncidence de l’Histoire !

Un président, une méthode. Ceux qui ont connu Kasa-Vubu ou vécu sous sa présidence le considèrent comme la vertu incarnée. Il n’aurait jamais « volé », jamais « tué », jamais… En réalité, cet homme qui est passé sans transition du statut de bourgmestre dans la capitale congolaise à celui de chef de l’État reste une énigme. Celui qui enflammait ses partisans à la fin des années 1950 n’a été que silences durant ses cinq années de règne. Des silences confinant à l’effacement total, à l’absence même d’autorité. C’est à peine si l’on se souvient de l’attitude débonnaire de l’ancien séminariste et de sa voix fluette sans énergie.

Mobutu Sese Seko était d’un autre calibre. Avec lui, il s’agissait d’affirmer l’autorité de l’État et la sienne dans toute sa plénitude, de montrer qu’il était le seul chef, l’unique, auquel tout le monde devait allégeance. Il se voulait le guide de son peuple et souhaitait le voir jouer un rôle phare au-delà des frontières du Zaïre. Tribun hors pair, il adorait s’adresser directement à la population au cours de longs rassemblements populaires. Et aucun sujet touchant à la vie nationale n’était oublié. Il sillonnait sans cesse le pays. Cette présence et les prises de parole permanentes rassuraient.

Laurent-Désiré Kabila, pour sa part, avait misé sur la roublardise pour accéder au pouvoir et le conserver. Au cours de sa vie de maquisard, il avait appris à se méfier de tout le monde et à se conduire souvent de façon imprévisible. D’aucuns ont attribué certaines de ses réactions, jugées brutales ou excessives, à l’ivresse du pouvoir.

Par son manque de visibilité et ses longs silences à des moments critiques de la vie nationale, Joseph Kabila rappelle quelque peu Joseph Kasa-Vubu. Durant ses premières années d’exercice du pouvoir, on a souvent dit qu’il apprenait le métier. En réalité, il y a longtemps que son apprentissage est terminé, même s’il n’est pas encore totalement sorti de sa coquille. Mais certains signes, comme sa récente tournée, en mars, dans les provinces de l’Est, montrent qu’il commence à se faire au contact de la foule. Il a choisi d’avancer à pas feutrés et de brouiller les pistes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
En attendant le combat des chefs

Article pr�c�dent :
Le premier cercle

AUTRES

Israël mène un raid aérien sur Gaza, le 1er depuis la trêve fin août

Israël mène un raid aérien sur Gaza, le 1er depuis la trêve fin août

L'aviation israélienne a mené tôt samedi un raid sur le sud de la bande de Gaza, le premier depuis la guerre de juillet-août, quelques heures après un tir de roquette venu de l'enclave[...]

L'ONU lève ses sanctions contre un ancien chef de guerre somalien

Les Nations unies ont levé leurs sanctions contre l'ancien chef de guerre somalien Mohamed Said Atom, qui s'était allié aux insurgés islamistes shebab avant de s'en éloigner il y a six mois.[...]

Le Liberia élit ses sénateurs malgré Ebola

Les Libériens votaient samedi, sans incidents, pour renouveler la moitié des sièges du Sénat, un scrutin reporté plusieurs fois en raison de l'épidémie d'Ebola qui frappe le pays [...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Gaza : raid aérien d'Israël après un tir de roquette

Les avions israéliens ont lancé des frappes contre des cibles dans le sud de la bande de Gaza, ont expliqué des témoins aux premières heures de samedi, quelques heures après un tir de ro[...]

Ebola : en tournée en Afrique, Ban ki-moon promet le soutien de l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU Ban ki-moon, en tournée dans les pays touchés par Ebola en Afrique de l'Ouest, les a assurés vendredi de l'appui de la communauté internationale pou[...]

Côte d'Ivoire : arrestation d'un chef de guerre, un de ses hommes tués

Un important chef de guerre ivoirien a été arrêté par les forces de sécurité vendredi au petit matin à son domicile d'un quartier bourgeois d'Abidjan, où l'un de ses hommes [...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki [...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force internationa[...]

Côte d'Ivoire : les Éléphants n'auront pas de prime de participation pour la CAN 2015

À quelques jours des phases finales de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN 2015), le budget que l’État ivoirien mettra à la disposition de la Fédération ivoirienne de f[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers