Extension Factory Builder
20/05/2009 à 10:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Besoin d’évasion aidant, le cinéma est l’un des rares secteurs à n’avoir guère souffert de la crise. Dans tous les pays, le nombre des entrées et les recettes sont restés à peu près stables. Du moins pour le moment.

Car, à Cannes, plusieurs signes semblent annoncer des jours plus difficiles : panneaux promotionnels moins nombreux sur la Croisette, taux inhabituel d’annulations des réservations hôtelières, moindre affluence dans les allées du Marché du film, cette gigantesque foire commerciale qui se tient en même temps que la compétition.

Les organisateurs du festival ont donc fait un choix habile en sélectionnant, pour l’ouverture de la manifestation, Up, un film des studios Disney-Pixar, dont la sortie marque le véritable lancement mondial du cinéma en relief. Les professionnels comptent désormais sur les films en trois dimensions pour soutenir la croissance de leur activité. La nécessité de chausser des lunettes spéciales pour les visionner et l’attrait des spectateurs pour cette nouveauté technologique justifient en effet une substantielle augmentation du prix des billets. Les exploitants de salles désireux d’augmenter leur chiffre d’affaires seront, eux, incités à s’équiper en matériel de projection numérique, ce qui ne peut que contribuer à moderniser le parc des salles et à favoriser leur fréquentation.

Malgré cet accueil enthousiaste des professionnels et sa qualité technique, Up ne fera pas date sur le plan artistique. Ce dessin animé qui raconte l’étonnant voyage en Amérique latine – avec sa maison suspendue à des milliers de ballons ! – d’un vieillard new-yorkais flanqué d’un jeune passager clandestin ne se distingue pas des films de sa catégorie par son originalité, et sa projection en relief ne rend que quelques scènes réellement spectaculaires.

Pour voir, pendant les premiers jours du festival, des films pleins de (vrai) relief, mieux valait assister à la projection des longs-métrages technologiquement « classiques ». Comme l’excellent Fish Tank, d’Andrea Arnold, un film britannique qui retrace l’existence difficile d’une adolescente dans une famille monoparentale défavorisée. Ou Les Chats persans, de Bahman Ghobadi – évocation du Téhéran underground à travers l’histoire d’un couple qui anime un groupe de rock –, film qui annonce peut-être le retour de l’Iran sur le devant de la scène après une parenthèse de plusieurs années. Ou encore Tetro, récit d’un duel psychologique au sein d’une famille italienne immigrée en Argentine, avec lequel l’inusable Francis Ford Coppola démontre qu’à 70 ans passés il a retrouvé le goût de signer en toute liberté une œuvre très originale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Le mystère Biya

Article pr�c�dent :
Ces chiffres qui parlent

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2523p018.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2523p018.xml1 from 172.16.0.100