Extension Factory Builder
28/04/2009 à 14:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Au cours des dernières années, plusieurs écrivains sénégalais contemporains ont fait leur entrée dans les salles de classe, du primaire à l’université. Les poètes Amadou Lamine Sall et Nafissatou Dia Diouf, le dramaturge Marouba Fall, le romancier Abasse Dione ou encore le nouvelliste Louis Camara. 
Mais ils n’ont pas pour autant ravi la vedette aux « classiques africains » que sont devenus la Sénégalaise Mariama Bâ (Une si longue lettre, 1979), le Guinéen Camara Laye (L’Enfant noir, 1953), l’Ivoirien Ahmadou Kourouma (Les Soleils des indépendances, 1968) ou le Malien Amadou Hampâté Bâ (L’Étrange Destin de Wangrin, 1973) pour ne citer que ceux-là. 
« Ils sont incontournables, mais depuis les années 1990, nous avons introduit dans les programmes plusieurs nouveaux auteurs qui se sont illustrés dans différents genres littéraires », explique Andrée-Marie Diagne, la présidente de la Commission nationale de français, chargée des réformes. « C’est pour accompagner le développement d’une nouvelle approche pédagogique basée sur le genre et non plus sur la thématique », ajoute-t-elle non sans rappeler que l’introduction des auteurs africains au Sénégal remonte aux années 1970. 
« En 1972, il y a eu à Antananarivo (Madagascar), à l’initiative d’organisations régionales, une réunion des professionnels de l’éducation pour discuter de la création de programmes scolaires interafricains, rappelle-t-elle. Puis, en 1974, le président Léopold Sédar Senghor, estimant que la littérature africaine n’occupait pas la place qu’elle méritait, a créé la Commission nationale de français, qui a introduit un plus grand nombre d’ouvrages littéraires du continent et soutenu l’élaboration de supports pédagogiques comme les livres de lecture comprenant des textes africains, mais aussi européens. »
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Président symbolique

Article précédent :
Haro sur la corruption !

AUTRES

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

RDC : des militaires se livrent au commerce de minerais, selon Global Witness

En marge de la conférence internationale sur les minerais de conflit qui s'ouvre le 3 novembre à Kinshasa, Global Witness a accusé vendredi des militaires congolais de continuer à se livrer au commerce[...]

Total : Christophe de Margerie, l'hommage et la relève

Après la mort de Christophe de Margerie, dont les obsèques ont eu lieu le 27 octobre à Paris, c'est Patrick Pouyanné qui prend les rênes de la major pétrolière française. [...]

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les m&[...]

UE-Zimbabwe : après 12 ans de sanctions, 234 millions d'euros d'aide ?

Dans le cadre du processus de normalisation de ses relations avec le Zimbabwe, l'Union européenne (UE) a annoncé vendredi qu'elle était disposée à s'engager dans un "programme d'aide plurian[...]

Burkina Faso : une révolution 2.0, vraiment ?

Le Burkina Faso vit-il une révolution 2.0 ? Sur Twitter, le hashtag #lwili a été la star de la journée du 30 octobre. Il ne faut cependant pas surestimer l'influence des réseaux sociaux.[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte in[...]

Algérie : lundi 1er novembre 1954, "Toussaint rouge" dans les Aurès

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme [...]

Blaise Compaoré annonce sa démission et la vacance du pouvoir

Dans un communiqué signé par la présidence et dont "Jeune Afrique" s'est procuré le contenu, Blaise Compaoré annonce sa démission, la vacance du pouvoir, et l'organisation d'&eac[...]

RDC : à Beni, Kabila promet de "vaincre" les ADF

Lors de son adresse à la population de Beni, Joseph Kabila a déclaré vendredi que la RDC allait vaincre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables de récents mas[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers