Extension Factory Builder
30/03/2009 à 17:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Elle ne diffère pas des autres grandes portes percées dans les remparts pour l’accès aux ruelles animées de la médina. Sauf que, une fois qu’on l’a franchie, on se retrouve dans des salons qui ressemblent, à bien des égards, à ceux des Paradores espagnols ou des Posadas portugais, ces châteaux et autres édifices historiques transformés en établissements hôteliers de luxe. Ici, nous sommes à La Kasbah de Kairouan. La ville compte une dizaine d’hôtels, dont 5 sont classés, avec un taux d’occupation annuel moyen très bas (25 % en moyenne), sauf à La Kasbah, où il est de 55 %.

C’est que, à Kairouan, le tourisme est essentiellement passager. Les agences de voyages l’incluent dans un circuit d’une journée (englobant plusieurs étapes dans le pays), qui consacre une demi-journée pour la visite de la Grande Mosquée, dans la matinée, suivie par un tour au pas de course de la médina et des souks. Par ailleurs, le tourisme religieux est devenu quasi-inexistant : quelques centaines de visiteurs originaires du Moyen-Orient et d’Afrique, moins nombreux que les Japonais, qui, curieusement, se comptent par milliers (5 400 en 2008).

Sur plus de 7 millions de touristes par an en Tunisie, Kairouan en reçoit moins de 1 %. Elle est donc largement méconnue en tant que destination. L’administration du tourisme, nous dit son représentant, Yliès Msallem, se penche sur les moyens d’en développer le marketing. Bien entendu, les commerçants de la ville sont pour : « Le fait que la ville soit déclarée Capitale de la culture islamique pour 2009 va permettre de faire mieux connaître son patrimoine mondial et d’y développer le tourisme, s’enthousiasme l’un d’entre eux. C’est une réhabilitation pour Kairouan… et l’on aimerait même que cela dure plus d’une année. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
La grande famille du tourisme

Article précédent :
Retour vers le futur

Tunisie

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Wided Bouchamaoui, la grande patronne

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Wided Bouchamaoui, la grande patronne

Wided Bouchamaoui (42 ans), est chef d'entreprise et présidente de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : la "dream team" de Tuninvest

Aziz Mebarek, 47 ans, Karim Trad, 44 ans et Ziad Oueslati, 46 ans, forment tous les trois la dream team de Tuninvest.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : les boss au service de la croissance économique

Deux ministres, Ridha Saïdi et  Houcine Dimassi, le gouverneur de la Banque centrale et le dirigeant du syndicat UGTT. Quatre hommes dont les décisions influenceront grandement le redressement économique du[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie

Depuis la chute du régime Ben Ali, le pays traverse une période aussi délicate qu'exaltante. Bouleversements au sein de la classe politique, société civile à l'énergie foisonnante,[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Abdelwaheb Ben Ayed, symbole du capitalisme

Président-directeur général du groupe Poulina, 73 ans.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Adnène Hajji, le syndicaliste

Adnène Hajji (53 ans) est un syndicaliste tunisien[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Amel Mzabi Bougarras, de la justice aux médias

Amel Mzabi Bougarras (42 ans) est la directrice de l'hebdomadaire tunisien Ecojournal.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Olfa Khalil Arem, l'alliée des jeunes

Olfa Khalil Arem (44 ans) est la cofondatrice de l'association Engagement citoyen.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : les frères Karoui, enfants terribles

Nabil Karoui (48 ans) est le président-directeur général de Nessma TV. Son frère Ghazi Karoui (46 ans) est le président-directeur général de Karoui & Karoui.[...]

Les 50 qui font la nouvelle Tunisie : Kamel Jendoubi, le "Monsieur élections"

Kamel Jendoubi (60 ans) est l'ex-président de l'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie).[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers