Extension Factory Builder
30/03/2009 à 11:44
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un deuil africain Un deuil africain

La mort africaine n’est pas une affaire privée. Surtout lorsque, à l’instar d’Édith Lucie Bongo Ondimba, décédée le 14 mars à Rabat à l’âge de 45 ans, la défunte était à la fois fille et épouse de chef d’État.

Très proche de son père Denis Sassou Nguesso et mariée depuis 1990 à Omar Bongo Ondimba, dont elle avait deux enfants, ce médecin pédiatre très investi dans l’humanitaire mais aussi la politique – elle était présidente d’honneur du parti au pouvoir au Gabon et elle apporta à son père un soutien décisif lors de sa traversée du désert – savait mieux que nul autre la gravité du mal dont elle souffrait depuis trois ans et contre lequel elle se sera battue jusqu’à l’ultime seconde. 

Rite de passage

Signe d’une culture où l’on appartient à sa propre famille plus qu’à son conjoint, c’est à Edou, en terre mbochie, dans le nord du Congo, que « Maman Édith » a été inhumée le 21 mars après qu’un hommage solennel lui a été rendu la veille à Libreville en présence de neuf chefs d’État*. Le roi Mohammed VI avait mis à la disposition des deux présidents un Boeing 747 pour transporter la dépouille de la défunte. C’est toute une partie de l’Afrique centrale qui, aujourd’hui, porte le deuil.

En Afrique, on ne meurt pas seul. Contrairement à l’Occident, où l’on décède dans la déréliction de l’anonymat et le déni de la mort, cette dernière est ici un moment du cycle vital. Certes, on souffre, on pleure – il suffisait d’observer le visage inondé de larmes de Denis Sassou Nguesso et le masque figé de douleur d’Omar Bongo Ondimba pour s’en rendre compte –, mais les affres du deuil sont à ce point codifiées et soutenues par la croyance qu’elles finissent par apporter au groupe les moyens de se régénérer. Le rite funéraire est un rite de passage, un changement de lieu. Et l’inacceptable annonce un surplus de vie.

L’entourage d’Édith Lucie aura vécu dans sa chair cet extraordinaire processus, sur fond d’angoisse et de familiarité avec l’invisible. D’abord, le refus d’une mort « anormale » perçue comme une défaite, une agression insupportable qui aurait dû être évitée, d’autant qu’elle battait le tam-tam depuis longtemps. D’où l’incontournable rituel de conjuration et d’interrogation qui a imprégné les conclaves entre les deux familles. Puis l’abattement, les deuilleurs disparaissant, symboliquement, du monde des vivants. Enfin, le nouveau départ, qui suit les obsèques. La mort n’est pas une fin, elle est la continuité de la vie. Comme un oiseau échappé de sa cage, la défunte plane au-dessus de ses proches, qu’elle aide à se recomposer en les obligeant à transcender leur douleur. Et à qui elle apporte un surcroît de cohésion et de détermination. 

La douleur transcendée

Cette progression, qui fait de la mort une source de vie et explique en quoi l’Africain est mieux armé que l’Européen pour l’affronter – « les Blancs connaissent toutes choses, seule la mort leur échappe », dit un proverbe – n’exclut évidemment pas la souffrance. Surtout quand la dimension affective était aussi intense que celle qui unissait Édith Lucie à son père. Mais elle devrait donner à réfléchir à ceux qui estiment déjà que, à la veille de l’élection présidentielle de juillet, Denis Sassou Nguesso sort durablement affaibli du malheur qui le frappe. C’est exactement le contraire qui risque de se produire. 

 

* Idriss Déby Itno, François Bozizé, Teodoro Obiang Nguema, Yayi Boni, Faure Gnassingbé, Laurent Gbagbo, Amadou Toumani Touré, Raimundo Pereira, Fradique de Menezes, mais aussi Claude Guéant, Alassane Ouattara, Mesdames Kabila et Diouf, les veuves Bokassa, Houphouët et Mobutu...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2515p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2515p018.xml0 from 172.16.0.100