Extension Factory Builder
17/03/2009 à 12:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le marché africain comme facteur de croissance Le marché africain comme facteur de croissance

Les entreprises marocaines ont presque fini de réaliser l’électrification du pays. Pour pérenniser leur activité, elles doivent désormais exporter leur savoir-faire. Ce qu’elles font, sur le continent, avec un certain succès.

En Afrique subsaharienne, outre le problème de la production – avec une capacité de 495 kWh/habitant, équivalente à celle de la seule Espagne, contre 1 330 kWh/habitant au Maghreb –, la question de l’électrification est un enjeu central de développement. Seuls 24 % des Subsahariens ont accès à un réseau électrique, les 76 % restants, soit 500 millions de personnes, vivant sans électricité ou contraints de produire localement leur propre énergie. Les dirigeants subsahariens veulent remédier à cette contre-performance en faisant passer le taux d’accès à l’électricité à 35 % de la population d’ici à 2015… Ce qui représente un investissement de 47 milliards de dollars par an, soit entre 6 % et 7 % du produit intérieur brut (PIB) total de la région.

Un objectif dont les opérateurs publics et privés marocains du secteur de l’électricité espèrent tirer profit. Le Programme d’électrification rurale global (PERG) engagé en 1996 est désormais quasiment achevé (avec un taux de couverture de 98 %) et, si elles veulent pérenniser leur activité et assurer leur croissance, il est désormais temps pour les entreprises du secteur d’exporter leur savoir-faire sur de nouveaux marchés. Malgré une rude concurrence internationale, le PERG a en effet été entièrement mené par des entreprises marocaines, ce qui a permis à ces dernières de développer et de prouver leurs compétences dans l’ingénierie, la gestion et la réalisation des travaux d’électrification. « Nous n’étions pas habitués à une telle compétition, mais nous en sommes sortis plus forts et plus compétitifs », explique Ahmed Rahmani, directeur général de Cegelec-Maroc. « Pour ce qui nous concerne, précise-t-il, nous avions atteint en 2008 une cadence d’électrification de quatre villages par jour. Et nous travaillions parfois dans des zones très difficiles, à 2 000 mètres d’altitude, en transportant notre matériel à dos de mulets. »

 

Des industriels devenus crédibles

C’est l’Office national de l’électricité (ONE), l’opérateur public et principal acteur du secteur, qui s’est, le premier, exporté sur le marché africain. Il intervient depuis dix ans en Afrique de l’Ouest, dans le cadre de la coopération Sud-Sud, pour des actions ponctuelles, des services de consulting ou la mise en place de programmes d’assistance technique. Depuis deux ans, la coopération est passée à une phase d’investissements directs dans la réalisation et la conduite de projets d’infrastructures. En décembre 2007, l’ONE s’est ainsi vu attribuer un contrat de concession au Sénégal pour électrifier 550 villages (représentant 360 000 habitants) des villes de Saint-Louis, Dagana et Podor, où il assurera la distribution et la gestion de l’électricité pendant vingt-cinq ans.

Plus de la moitié des entreprises privées du secteur se sont également tournées vers l’exportation de matériels et de services. Elles décrochent des contrats sur tout le continent, en particulier dans les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), où les normes de systèmes électriques sont compatibles.

« Les Africains savent que le PERG a été un succès : c’est la vitrine du Maroc. Grâce à lui, nous sommes devenus crédibles », explique Salaheddine Kadmiri, président de la Fédération nationale de l’électricité et de l’électronique (Fenelec). D’autant que le plan d’électrification n’a pas seulement été une réussite technique. « Il fallait produire rapidement et à moindre coût. Nous avons donc développé des concepts innovants en termes de financements. Et c’est précisément le financement qui pose des problèmes en Afrique », ajoute Salaheddine Kadmiri. Les opérateurs privés proposent donc à leurs clients africains, outre une offre industrielle complète, des solutions de financement originales qui s’inspirent de l’exemple marocain, où l’ONE finançait à 50 %, les collectivités territoriales à 25 %, et les citoyens les 25 % restants.

Le bon accueil que reçoivent les opérateurs du secteur en Afrique tient aussi « à l’engagement diplomatique de Sa Majesté, qui nous facilite les choses et a fait beaucoup pour la promotion du “produit” marocain », explique un chef d’entreprise. Les entrepreneurs souhaiteraient cependant que les attachés commerciaux des ambassades et le gouvernement les soutiennent plus fermement sur le plan de la garantie, de l’accompagnement et de la promotion.

 

Une tactique d’approche à peaufiner

« Au Maroc, la culture de l’exportation est très récente. Nous sommes habitués à un export de produits finis, comme dans l’agriculture ou le textile, mais quand on exporte une technologie, il faut changer d’approche et suivre l’exemple des pays asiatiques », ajoute Ahmed Squalli, président du fabricant NRJ international. Les entreprises de la filière comptent donc aussi sur la nouvelle stratégie développée par le ministère du Commerce extérieur et par le Centre marocain de promotion des exportations (CMPE), en caressant l’espoir de connaître la même réussite que leurs compatriotes du secteur des BTP, qui sont un exemple à suivre en Afrique.

Toutefois, si les entrepreneurs se réjouissent de la présence en Afrique de banques marocaines comme Attijariwafa Bank et BMCE, ils se heurtent encore à de nombreuses contraintes sur le terrain. « Il peut arriver que l’absence de tissu industriel ou le manque d’infrastructures, notamment routières, rendent le travail plus difficile, explique Ahmed Squalli. Par ailleurs, il serait souhaitable que des conventions fiscales soient signées avec nos partenaires africains, pour faciliter les échanges. » En tout cas, les opérateurs du secteur de l’électricité ne manquent pas d’idées pour développer la coopération sur le continent. La Fenelec réfléchit même à la possibilité de mettre en place des conventions pour accorder des bourses à des étudiants ou des ingénieurs subsahariens qui souhaiteraient parfaire leur formation au Maroc… Et qui, de retour dans leur pays, deviendraient les meilleurs promoteurs du savoir-faire marocain.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2514p072-073.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2514p072-073.xml0 from 172.16.0.100