Extension Factory Builder
10/03/2009 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paradoxe marocain Paradoxe marocain

Depuis une dizaine d’années, le septième art occupe une place centrale dans le paysage culturel marocain. La production cinématographique nationale, qui s’élève à une quinzaine de films par an – comme la Belgique ou la Suisse – a gagné en qualité. En 2008, comme les années précédentes, les films marocains se sont classés en tête du box-office. Le pays, qui organise le Festival international de Marrakech, accueille aussi chaque année des dizaines de tournages internationaux.

Mais, dans le même temps, les salles de cinéma ferment les unes après les autres. Entre 1995 et 2007, le nombre d’entrées est passé de 15 millions à 4 millions par an et le royaume ne compte plus que 94 écrans, contre 300 dans les années 1980, selon les statistiques du Centre cinématographique marocain (CCM). Une hécatombe qui s’explique en partie par la concurrence des DVD piratés et de la télévision satellitaire, que reçoivent 10 millions de Marocains. Mais les exploitants ont aussi leur part de responsabilité : incapables de s’adapter aux nouvelles normes technologiques, ils ont laissé leurs salles se délabrer et ont manqué d’originalité dans leur programmation.

 

Programme ambitieux

Selon Noureddine Saïl, directeur du CCM, « les salles sont la condition sine qua non pour créer un marché national et faire exister le cinéma marocain ». Il a donc lancé un programme ambitieux pour créer jusqu’à deux cents écrans à l’horizon 2012. Il mise, outre sur les salles de quartier, sur les multiplexes, qui proposent une offre diversifiée et sont plus rentables pour les investisseurs. Grâce à des incitations fiscales et à des avantages, notamment dans l’obtention des crédits, le CCM espère que de nombreux investisseurs privés tenteront l’aventure. Dès octobre 2009, le Colisée de Rabat deviendra un multiplexe de cinq salles, et un autre complexe cinématographique devrait ouvrir cette année à Agadir. Noureddine Saïl compte aussi sur les exploitants pour pratiquer des prix plus attractifs, avec un billet autour de 15-20 dirhams (1,37-1,82 euro).

Mais, pour un exploitant, « cette politique est insuffisante et ne peut concerner que les grands centres urbains », alors que les petites villes sont les plus touchées par les fermetures. Beaucoup doutent par ailleurs de la rentabilité des multiplexes. En marge du 10e Festival du film marocain en décembre 2008, le patron du Megarama de Casablanca – premier multiplexe du continent – et de celui de Marrakech, Jean-Pierre Lemoine, a reconnu que les 600 000 entrées annuelles de son cinéma n’étaient pas suffisantes pour assurer sa rentabilité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A l'affiche

Article précédent :
Bollywood donne l'exemple

Maghreb & Moyen-Orient

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Algérie : Valls, Taubira et les moines de Tibhirine

Manuel Valls, le Premier ministre français, et Christiane Taubira, la garde des Sceaux, seraient attendus en visite officielle à Alger avant la fin de l'année.L'occasion pour les familles des moines [...]

Pourquoi les médias français ne comprennent rien à la Tunisie

Clichés éculés, raccourcis stupéfiants, partialité délibérée... Les internautes tunisiens n'ont pas de mots assez durs pour qualifier la couverture de leur pays par les[...]

Israël : ces femmes juives en burqa

Mues par une obsession névrotique de la chasteté, des femmes issues du milieu ultraorthodoxe revendiquent le port du voile intégral. Sous l'oeil réprobateur des instances rabbiniques.[...]

Algérie : 1er novembre 1954, retour sur la "Toussaint rouge" de l'indépendance

Il y a soixante ans éclatait officiellement la guerre d'Algérie. Restée dans les mémoires comme la "Toussaint rouge", le 1er novembre 1954 est gravé dans les mémoires comme le [...]

1er novembre 1954 : le texte intégral de la déclaration du Secrétariat général du FLN

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, le Front de libération nationale algérien diffusait une déclaration portant sur l'insurrection face à l'occupation française. En voici le texte[...]

Ebola - Report de la CAN 2015 : la CAF dément "l'accord de principe"

La Confédération africaine de football (CAF) a démenti vendredi "l'accord de principe" annoncé par un quotidien marocain à propos d'un report de la Coupe d'Afrique des nations en raison[...]

Tunisie - Nida Tounes : après les législatives, le temps des alliances

L’enthousiasme suscité par les législatives tunisiennes du 26 octobre s’estompe. Les résultats sont tellement serrés que les alliances entre partis seront déterminantes.[...]

Ebola - Report de la Can 2015 : un accord de principe" aurait été trouvé

Lors d'une rencontre à Yaoundé, mercredi, entre des responsables marocains et la Confédération africaine de football (CAF), un "accord de principe" a été trouvé pour un[...]

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de[...]

Ton divertissement, ma réalité

C'est une anecdote qu'on m'a racontée à Bruxelles la semaine dernière, qui n'est pas d'une importance planétaire, certes, mais que je tiens à partager avec vous car elle semble dire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers