Extension Factory Builder
10/03/2009 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paradoxe marocain Paradoxe marocain

Depuis une dizaine d’années, le septième art occupe une place centrale dans le paysage culturel marocain. La production cinématographique nationale, qui s’élève à une quinzaine de films par an – comme la Belgique ou la Suisse – a gagné en qualité. En 2008, comme les années précédentes, les films marocains se sont classés en tête du box-office. Le pays, qui organise le Festival international de Marrakech, accueille aussi chaque année des dizaines de tournages internationaux.

Mais, dans le même temps, les salles de cinéma ferment les unes après les autres. Entre 1995 et 2007, le nombre d’entrées est passé de 15 millions à 4 millions par an et le royaume ne compte plus que 94 écrans, contre 300 dans les années 1980, selon les statistiques du Centre cinématographique marocain (CCM). Une hécatombe qui s’explique en partie par la concurrence des DVD piratés et de la télévision satellitaire, que reçoivent 10 millions de Marocains. Mais les exploitants ont aussi leur part de responsabilité : incapables de s’adapter aux nouvelles normes technologiques, ils ont laissé leurs salles se délabrer et ont manqué d’originalité dans leur programmation.

 

Programme ambitieux

Selon Noureddine Saïl, directeur du CCM, « les salles sont la condition sine qua non pour créer un marché national et faire exister le cinéma marocain ». Il a donc lancé un programme ambitieux pour créer jusqu’à deux cents écrans à l’horizon 2012. Il mise, outre sur les salles de quartier, sur les multiplexes, qui proposent une offre diversifiée et sont plus rentables pour les investisseurs. Grâce à des incitations fiscales et à des avantages, notamment dans l’obtention des crédits, le CCM espère que de nombreux investisseurs privés tenteront l’aventure. Dès octobre 2009, le Colisée de Rabat deviendra un multiplexe de cinq salles, et un autre complexe cinématographique devrait ouvrir cette année à Agadir. Noureddine Saïl compte aussi sur les exploitants pour pratiquer des prix plus attractifs, avec un billet autour de 15-20 dirhams (1,37-1,82 euro).

Mais, pour un exploitant, « cette politique est insuffisante et ne peut concerner que les grands centres urbains », alors que les petites villes sont les plus touchées par les fermetures. Beaucoup doutent par ailleurs de la rentabilité des multiplexes. En marge du 10e Festival du film marocain en décembre 2008, le patron du Megarama de Casablanca – premier multiplexe du continent – et de celui de Marrakech, Jean-Pierre Lemoine, a reconnu que les 600 000 entrées annuelles de son cinéma n’étaient pas suffisantes pour assurer sa rentabilité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A l'affiche

Article précédent :
Bollywood donne l'exemple

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : Tripoli paralysée par les combats entre milices

Libye : Tripoli paralysée par les combats entre milices

La bataille pour le contrôle de l'aéroport de Tripoli a repris jeudi. Les combats ont fait 102 morts et 452 blessés depuis le 13 juillet.[...]

Gaza : entrée en vigueur d'un cessez-le-feu précaire de 72 heures

Les armes se sont tues à Gaza, vendredi matin, en théorie pour 72 heures. Le temps pour Israël et le Hamas de signer un vrai cessez-le-feu au Caire ?[...]

Vol AH5017 : une plainte déposée contre X en France

Une semaine après le crash du vol AH5017 d'Air Algérie, les parents et le frère d'une Française décédée avec son époux et ses trois enfants à bord ont porté[...]

Palestine, Tchétchénie, Nigeria... : quand les femmes se transforment en kamikazes

Plusieurs femmes kamikazes ont commis des attentats suicides ces derniers jours dans le nord du Nigeria. Inédit dans ce pays et en Afrique, le phénomène n'est pas nouveau dans le reste du monde. De la[...]

Gaza : que peut, que doit faire l'Afrique ?

La communauté internationale semble impuissante face à l’escalade de l’opération "Bordure protectrice" dans la bande de Gaza. Que dit l’Afrique ? Que doit dire l’Afrique ?[...]

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil[...]

Libye : une infirmière philippine enlevée et violée par un groupe armé à Tripoli

Une infirmière philippine a été enlevée et violée à Tripoli mercredi par un groupe armé. Elle a été libérée au bout de quelques heures.[...]

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers