Extension Factory Builder
10/03/2009 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Paradoxe marocain Paradoxe marocain

Depuis une dizaine d’années, le septième art occupe une place centrale dans le paysage culturel marocain. La production cinématographique nationale, qui s’élève à une quinzaine de films par an – comme la Belgique ou la Suisse – a gagné en qualité. En 2008, comme les années précédentes, les films marocains se sont classés en tête du box-office. Le pays, qui organise le Festival international de Marrakech, accueille aussi chaque année des dizaines de tournages internationaux.

Mais, dans le même temps, les salles de cinéma ferment les unes après les autres. Entre 1995 et 2007, le nombre d’entrées est passé de 15 millions à 4 millions par an et le royaume ne compte plus que 94 écrans, contre 300 dans les années 1980, selon les statistiques du Centre cinématographique marocain (CCM). Une hécatombe qui s’explique en partie par la concurrence des DVD piratés et de la télévision satellitaire, que reçoivent 10 millions de Marocains. Mais les exploitants ont aussi leur part de responsabilité : incapables de s’adapter aux nouvelles normes technologiques, ils ont laissé leurs salles se délabrer et ont manqué d’originalité dans leur programmation.

 

Programme ambitieux

Selon Noureddine Saïl, directeur du CCM, « les salles sont la condition sine qua non pour créer un marché national et faire exister le cinéma marocain ». Il a donc lancé un programme ambitieux pour créer jusqu’à deux cents écrans à l’horizon 2012. Il mise, outre sur les salles de quartier, sur les multiplexes, qui proposent une offre diversifiée et sont plus rentables pour les investisseurs. Grâce à des incitations fiscales et à des avantages, notamment dans l’obtention des crédits, le CCM espère que de nombreux investisseurs privés tenteront l’aventure. Dès octobre 2009, le Colisée de Rabat deviendra un multiplexe de cinq salles, et un autre complexe cinématographique devrait ouvrir cette année à Agadir. Noureddine Saïl compte aussi sur les exploitants pour pratiquer des prix plus attractifs, avec un billet autour de 15-20 dirhams (1,37-1,82 euro).

Mais, pour un exploitant, « cette politique est insuffisante et ne peut concerner que les grands centres urbains », alors que les petites villes sont les plus touchées par les fermetures. Beaucoup doutent par ailleurs de la rentabilité des multiplexes. En marge du 10e Festival du film marocain en décembre 2008, le patron du Megarama de Casablanca – premier multiplexe du continent – et de celui de Marrakech, Jean-Pierre Lemoine, a reconnu que les 600 000 entrées annuelles de son cinéma n’étaient pas suffisantes pour assurer sa rentabilité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le même sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
A l'affiche

Article précédent :
Bollywood donne l'exemple

Maghreb & Moyen-Orient

Égypte : 78 adolescents pro-Morsi condamnés à de la prison ferme

Égypte : 78 adolescents pro-Morsi condamnés à de la prison ferme

Soixante-dix-huit mineurs ont été condamnés mercredi en Égypte à des peines de 2 à 5 ans de prison parce qu'ils avaient manifesté pour réclamer le retour de l'ancien pr&eac[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Carrefour fait son retour en Algérie

 Cinq ans après l'échec d'une précédente implantation, la marque Carrefour fait son retour en Algérie et prépare l'ouverture d'un hypermarché en mars prochain à Alger,[...]

Algérie : un des assassins du Français Hervé Gourdel a été tué par l'armée

Le ministre algérien de la Justice a annoncé mercredi qu'un des assassins d'Hervé Gourdel avait été tué dans une opération de l'armée. Le touriste français avait[...]

La Tunisie à la pointe de la chirurgie modifiant la couleur des yeux

Changer la couleur de ses yeux, ce serait aussi simple qu'un coup de bistouri ? C'est ce que vante BrightOcular, une méthode américaine dont la Tunisie est devenu un eldorado alors qu'elle reste interdite aux [...]

Gouvernement mauritanien : comment faire du neuf avec du vieux

Pas de jeunes, peu de femmes ou de nouveaux visages... Le gouvernement Hademine ressemble à s'y méprendre au précédent. À quelques exceptions près.[...]

L'ambassade de France en Libye s'installe à La Marsa, en Tunisie

L'ambassade de France en Libye vient de s'installer... dans une jolie villa de La Marsa, près de Tunis. Sise dans l'hôtel Radisson, la représentation diplomatique de ce pays à Tripoli a en effet été fermée le [...]

Présidentielle tunisienne : Marzouki et Essebsi polémiquent au sujet de la Constitution

Les quelques lignes adressées par Mohamed Moncef Marzouki, le président sortant, à son rival Béji Caïd Essebsi, chef du parti majoritaire à la nouvelle Assemblée, pour lui demander[...]

Abdel Fattah al-Sissi à Paris : la Libye, les affaires et le dilemme des droits de l'homme

Après l'Italie, la France accueille mercredi Abdel Fattah al-Sissi pour une visite de deux jours à Paris. Malgré son lourd bilan en matière de droits de l'homme, le président égyptien[...]

Le Maroc hôte du deuxième Forum mondial des droits de l'homme

Du 27 au 30 novembre, le Maroc organise le Forum mondial des droits de l'homme. Un événement chargé de symboles pour un pays qui sort d'un passé marqué par de nombreuses violations des droits[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers