Extension Factory Builder
09/03/2009 à 14:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cette Cour qui fait peur à tout le monde Cette Cour qui fait peur à tout le monde

« La justice internationale ne semble appliquer les règles de la lutte contre l’impunité qu’en Afrique, comme si rien ne se passait ailleurs », a lancé Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine (UA), en apprenant, le 4 mars, qu’un mandat d’arrêt avait été émis contre Omar el-Béchir.

La plupart des dirigeants du continent partagent son avis. Oubliant opportunément que le bureau de Luis Moreno-Ocampo, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), suit aussi de très près la situation en Colombie et cherche à faire aboutir une procédure contre Israël…

Pour certains, l’inculpation d’un chef d’État africain charrie même de forts relents de colonialisme, comme si on déniait aux habitants du continent la capacité de se juger entre eux.

Sans aucun doute, cette capacité existe. Mais la volonté fait défaut : depuis que l’UA a décidé, en juillet 2006, d’organiser le procès d’Hissein Habré au Sénégal, l’ex-dictateur tchadien continue de jouir d’une retraite dorée à Dakar.

Mais le populisme – rien de mieux qu’un épouvantail pour faire diversion – et la crainte de connaître le même sort qu’Omar el-Béchir ne suffisent pas à expliquer la réaction des membres du « syndicat des chefs d’État », comme certains surnomment l’UA. « L’UA se sent dessaisie du dossier sur le Darfour et le prend très mal », explique Adam Thiam, porte-parole d’Alpha Oumar Konaré lorsque celui-ci présidait la Commission.

En 2004, l’organisation est parmi les premières à tirer la sonnette d’alarme – notamment lors d’une réunion du Conseil de paix et de sécurité, en mai –, alors que la situation du Darfour n’émeut pas encore la planète et les stars de cinéma. Maintenant que le dossier est entre les mains de la CPI, ceux qui, au sein de l’UA, avaient fait part de leur inquiétude ont le sentiment de passer injustement pour des irresponsables.

L’ouverture d’une enquête sur le Darfour n’a pas davantage fait l’unanimité hors du continent. En mars 2005, lorsque le Royaume-Uni soumet une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies pour que l’affaire soit déférée au procureur de la CPI, la Chine, qui achète 70 % des exportations soudanaises de pétrole, s’abstient de voter.

Aujourd’hui, la Russie, informée de l’intérêt porté par le bureau du procureur au conflit qui l’a opposée à la Géorgie en août 2008, qualifie l’émission d’un mandat contre El-Béchir de « dangereux précédent ».

La France, elle, a louvoyé. Si elle n’a pas formellement présenté la résolution de mars 2005 au Conseil de sécurité, elle en a eu l’initiative. Mais lorsque, en juillet 2008, Moreno-Ocampo a annoncé qu’il requérait un mandat d’arrêt contre le président soudanais, Paris a tenté de convaincre Khartoum de donner des signes d’apaisement pour que la procédure soit suspendue.

En revanche, s’ils ne reconnaissent pas la CPI, les États-Unis ont toujours approuvé une procédure qui sert leur guerre contre un président soupçonné de soutien à l’islamisme.

Des soutiens à géométrie variable qui n’ont pas empêché le bureau du procureur de constituer un volumineux dossier d’accusation comportant des preuves remises par des proches d’El-Béchir, dont un général soudanais. Elles ont été obtenues grâce à plusieurs voyages à Khartoum – mais, pour des questions de sécurité, jamais au Darfour – et, pour une meilleure protection des témoins, dans les pays voisins, notamment au Tchad.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Soudan

Soudan : Khartoum interdit les activités des partis politiques

Soudan : Khartoum interdit les activités des partis politiques

Dans un décret relatif aux activités des formations politiques rendu public lundi tard dans la nuit, le président soudanais Omar el-Béchir a interdit aux partis d'organiser des réunions, y compri[...]

Darfour : les autorités annulent une visite humanitaire dans un camp de déplacés

Une délégation de l'ONU et de l'Union européenne attendue jeudi dans le plus grand camp de déplacés soudanais au Darfour a finalement annulé sa visite. Une recommandation des[...]

Soudan : un employé du CICR tué au Darfour

Un employé soudanais du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été tué au Darfour, a annoncé l'organisation vendredi, alors que les violences s'aggravent dans cette[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Les coulisses de la défense africaine (février-mars 2014)

Satellites, avions, chars, bâtiments, stratégie, communication... L'actualité de la défense a été particulièrement riche depuis février sur le continent. Laurent Touchard*[...]

Soudan : nouvelle manifestation contre la présence française en Centrafrique

Environ 200 fondamentalistes musulmans se sont rassemblés vendredi pour une deuxième manifestation hebdomadaire dans le centre de Khartoum afin de dénoncer le rôle de la France dans le conflit en[...]

Trafic d'êtres humains : Khartoum - Le Caire, l'axe du mal

Human Rights Watch dénonce la collusion entre les trafiquants et les autorités soudanaises et égyptiennes dans l'un des plus grands scandales humanitaires contemporains.[...]

Darfour : plus de 40 000 civils fuient des violences "intercommunautaires"

La mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) a indiqué dimanche que plusieurs milliers de civils ont fui les violences à Saraf Omra, une ville située à une centaine de kilomètres[...]

Soudan : à Karthoum, des manifestants dénoncent la présence française en Centrafrique

"La France est le premier criminel en Centrafrique", ont dénoncé près de 300 fondamentalistes musulmans vendredi à Karthoum, au Soudan.[...]

Darfour : 20 000 déplacés, des Casques bleus interdits d'accès à des villages détruits

Près de 20 000 personnes ont été déplacées ces derniers jours par une résurgence de combats au Darfour, dans la partie ouest du Soudan. Alertés, les Casques bleus n'ont pas pu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers