Extension Factory Builder
17/02/2009 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il a depuis longtemps troqué son treillis de guérillero contre un survêtement avachi de grand malade, mais Fidel Castro, bien qu’ayant transmis les rênes du pouvoir à Raúl, son frère cadet, continue de veiller aux orientations stratégiques de Cuba. Surtout, aux relations avec les États-Unis, l’affaire de sa vie (en un demi-siècle, il a connu dix présidents américains).

La question des questions est évidemment de savoir si Barack Obama va se résoudre à lever l’embargo économique, commercial et financier imposé à l’île caraïbe depuis 1962. Jusqu’ici, celui-ci a surtout servi à renforcer ce régime profondément paranoïaque qu’est la dictature castriste. Il n’est d’ailleurs que très imparfaitement respecté puisque les États-Unis sont aujourd’hui le cinquième partenaire commercial de Cuba.

Dans un premier temps, Fidel a donc salué « l’intelligence et l’honnêteté » de son « ami Obama ». Ce dernier s’est déclaré disposé à le rencontrer « sans conditions », mais en s’obstinant à exiger une démocratisation de son régime. En commençant par la libération des prisonniers politiques (un peu plus de deux cents, actuellement). Le Líder Máximo a alors reproché à Obama de n’avoir point tardé à « perdre sa virginité politique » et d’être « complice du génocide des Palestiniens », à Gaza.

Accusation absurde, mais peu importe : ce changement de ton est à l’évidence tactique. Chacun louvoie, manœuvre, joue au chat et à la souris afin d’aborder les choses sérieuses en bonne position. Première échéance : le sommet des Amériques, à Trinité et Tobago, à la mi-avril. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2510p054.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2510p054.xml1 from 172.16.0.100