Extension Factory Builder
17/02/2009 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il a depuis longtemps troqué son treillis de guérillero contre un survêtement avachi de grand malade, mais Fidel Castro, bien qu’ayant transmis les rênes du pouvoir à Raúl, son frère cadet, continue de veiller aux orientations stratégiques de Cuba. Surtout, aux relations avec les États-Unis, l’affaire de sa vie (en un demi-siècle, il a connu dix présidents américains).

La question des questions est évidemment de savoir si Barack Obama va se résoudre à lever l’embargo économique, commercial et financier imposé à l’île caraïbe depuis 1962. Jusqu’ici, celui-ci a surtout servi à renforcer ce régime profondément paranoïaque qu’est la dictature castriste. Il n’est d’ailleurs que très imparfaitement respecté puisque les États-Unis sont aujourd’hui le cinquième partenaire commercial de Cuba.

Dans un premier temps, Fidel a donc salué « l’intelligence et l’honnêteté » de son « ami Obama ». Ce dernier s’est déclaré disposé à le rencontrer « sans conditions », mais en s’obstinant à exiger une démocratisation de son régime. En commençant par la libération des prisonniers politiques (un peu plus de deux cents, actuellement). Le Líder Máximo a alors reproché à Obama de n’avoir point tardé à « perdre sa virginité politique » et d’être « complice du génocide des Palestiniens », à Gaza.

Accusation absurde, mais peu importe : ce changement de ton est à l’évidence tactique. Chacun louvoie, manœuvre, joue au chat et à la souris afin d’aborder les choses sérieuses en bonne position. Première échéance : le sommet des Amériques, à Trinité et Tobago, à la mi-avril. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex