Extension Factory Builder
05/02/2009 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saïdal soigne ses investissements Saïdal soigne ses investissements

Le numéro un du médicament en algérie investit 230 millions de dollars pour renforcer sa position de leader national et se développer dans les pays arabes et en Afrique subsaharienne.

Pionnier dans la production de médicaments en Algérie et coté à la Bourse d’Alger, le groupe public Saïdal a dévoilé son nouveau plan de développement le 25 janvier dernier. Et, partant, son projet de doubler le nombre de ses unités de production de médicaments d’ici à 2015. Sept nouvelles usines vont ainsi être construites à travers le pays, chacune étant dévolue à la production d’une classe thérapeutique spécifique (anticancéreux, cardiovasculaires, antidiabétiques…). Montant estimé de cet investissement : autour de 230 millions de dollars (174 millions d’euros). Voilà qui devrait permettre au fleuron de l’industrie pharmaceutique nationale d’asseoir son leadership en Algérie, dont le marché du médicament est en plein boom, avec une croissance annuelle à deux chiffres. « Le marché algérien se chiffre à 1 200 millions d’euros par an, presque trois fois plus qu’au Maroc et quatre fois plus qu’en Tunisie », selon le professeur Larbi Abid, membre du conseil scientifique de l’Institut national de santé publique.

Autre donnée cruciale, qui conforte Saïdal dans sa stratégie de développement : en octobre 2008, le gouvernement a interdit les importations de médicaments qui sont déjà fabriqués localement afin d’enrayer l’anarchie régnant dans le secteur (on parle en Algérie de « mafia du médicament ») depuis sa libéralisation en 1992. Une décision avantageuse pour les deux parties : pour Saïdal, qui, délesté d’une concurrence déloyale, ne pourra qu’accroître ses parts de marché si le groupe s’en donne les moyens. Et pour l’État algérien, qui doit d’urgence réduire sa facture d’importation de médicaments, plombée d’année en année jusqu’à atteindre un pic de 1,85 milliard de dollars en 2008 (contre 1,44 milliard en 2007, soit une hausse de 27,86 %… la facture n’était que de 500 000 dollars en 2000). Les Algériens seront eux-mêmes gagnants, grâce aux prix réduits des médicaments fabriqués localement, beaucoup moins chers que ceux importés. Par ailleurs, le gouvernement, dans le cadre de sa stratégie industrielle, a fixé un objectif aux producteurs nationaux : couvrir 65 % des besoins du pays en médicaments d’ici à 2012. Quant à Saïdal, le groupe compte porter ses parts de marché à 57 % en volume et à 34 % en valeur d’ici à 2015, selon son PDG, Rachid Zouani, à la tête de la société depuis mai 2008, qui table sur un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de dollars. Mais Saïdal ne compte pas se limiter au marché national et lorgne fortement vers le reste du continent. Outre les pays arabes (Maroc, Yémen, Égypte, Libye et Soudan), il s’intéresse aussi à l’Afrique subsaharienne (1 million de dollars à l’export en 2007). Et prévoit d’implanter une petite unité de production à Tamanrasset, dans le sud du pays, dès que la ville sera desservie en eau potable, pour fabriquer des médicaments destinés au traitement de pathologies propres au Sud (malaria, fièvre jaune, paludisme). Le Mali, le Niger, le Sénégal (où il a remporté quatre appels d’offres), le Cameroun, le Congo et le Burkina Faso (17 de ses médicaments y sont déjà enregistrés) sont au cœur de sa stratégie d’expansion.

Une stratégie ambitieuse portée par des résultats en forte hausse, qui tranchent avec le Saïdal du milieu des années 1990, un canard boiteux que l’État avait envisagé de liquider.  

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Le complexe gazier d'In Amenas redémarre, 18 mois après l'attaque terroriste

Un an et demi après une attaque terroriste qui a entraîné la mort de 40 salariés et la destruction d'une partie de ses infrastructures, le complexe gazier d'In Amenas, en Algérie, redémarre[...]

Amara Benyounes : "Bouteflika, la Constitution algérienne et nous"

Leader de la troisième force politique du pays, le ministre du Commerce revient sur le processus de révision du texte fondamental. Et détaille les amendements proposés par son mouvement.[...]

Mali : deux diplomates algériens libérés plus de 2 ans après leur rapt

Deux diplomates algériens enlevés en avril 2012 par un groupe islamiste armé au Mali ont été libérés samedi, ont annoncé les autorités algériennes en confirmant[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Mali : IBK ne veut plus de la médiation du Burkinabè Compaoré

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta soupçonne Blaise Compaoré de vouloir réintroduire dans le jeu Iyad Ag Ghaly, le chef d'Ansar Eddine.[...]

Mort d'Ebossé : ce que l'Algérie doit faire pour en finir avec les "supportueurs"

Le décès d’Albert Ebossé (24 ans), l’attaquant camerounais de la JS Kabylie, atteint mortellement par un projectile lancé par un supporteur samedi à l’issue de la rencontre[...]

Algérie : ma fortune pour un yacht !

Dernière tendance algéroise : se procurer un bateau et s'échapper en mer le week-end. Médecins, avocats... Pour quelques dizaines de milliers d'euros, ils sont de plus en plus nombreux à[...]

Algérie - Cameroun : la dépouille d'Albert Ebossé transférée vendredi à Douala

Le corps du footballauer camerounais Albert Ebossé sera transféré vendredi à Douala, au Cameroun, où il devrait arriver dans l'après-midi. Le joueur est décédé[...]

L'Algérie prépare un programme d'investissements de 260 milliards de dollars

 L'Algérie prépare le lancement d'un nouveau programme d'investissements quinquennal. D'un montant de 260 milliards de dollars, ce plan, qui court jusqu'à 2019, vise à faire de l'Algérie une[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex