Extension Factory Builder
05/02/2009 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saïdal soigne ses investissements Saïdal soigne ses investissements

Le numéro un du médicament en algérie investit 230 millions de dollars pour renforcer sa position de leader national et se développer dans les pays arabes et en Afrique subsaharienne.

Pionnier dans la production de médicaments en Algérie et coté à la Bourse d’Alger, le groupe public Saïdal a dévoilé son nouveau plan de développement le 25 janvier dernier. Et, partant, son projet de doubler le nombre de ses unités de production de médicaments d’ici à 2015. Sept nouvelles usines vont ainsi être construites à travers le pays, chacune étant dévolue à la production d’une classe thérapeutique spécifique (anticancéreux, cardiovasculaires, antidiabétiques…). Montant estimé de cet investissement : autour de 230 millions de dollars (174 millions d’euros). Voilà qui devrait permettre au fleuron de l’industrie pharmaceutique nationale d’asseoir son leadership en Algérie, dont le marché du médicament est en plein boom, avec une croissance annuelle à deux chiffres. « Le marché algérien se chiffre à 1 200 millions d’euros par an, presque trois fois plus qu’au Maroc et quatre fois plus qu’en Tunisie », selon le professeur Larbi Abid, membre du conseil scientifique de l’Institut national de santé publique.

Autre donnée cruciale, qui conforte Saïdal dans sa stratégie de développement : en octobre 2008, le gouvernement a interdit les importations de médicaments qui sont déjà fabriqués localement afin d’enrayer l’anarchie régnant dans le secteur (on parle en Algérie de « mafia du médicament ») depuis sa libéralisation en 1992. Une décision avantageuse pour les deux parties : pour Saïdal, qui, délesté d’une concurrence déloyale, ne pourra qu’accroître ses parts de marché si le groupe s’en donne les moyens. Et pour l’État algérien, qui doit d’urgence réduire sa facture d’importation de médicaments, plombée d’année en année jusqu’à atteindre un pic de 1,85 milliard de dollars en 2008 (contre 1,44 milliard en 2007, soit une hausse de 27,86 %… la facture n’était que de 500 000 dollars en 2000). Les Algériens seront eux-mêmes gagnants, grâce aux prix réduits des médicaments fabriqués localement, beaucoup moins chers que ceux importés. Par ailleurs, le gouvernement, dans le cadre de sa stratégie industrielle, a fixé un objectif aux producteurs nationaux : couvrir 65 % des besoins du pays en médicaments d’ici à 2012. Quant à Saïdal, le groupe compte porter ses parts de marché à 57 % en volume et à 34 % en valeur d’ici à 2015, selon son PDG, Rachid Zouani, à la tête de la société depuis mai 2008, qui table sur un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de dollars. Mais Saïdal ne compte pas se limiter au marché national et lorgne fortement vers le reste du continent. Outre les pays arabes (Maroc, Yémen, Égypte, Libye et Soudan), il s’intéresse aussi à l’Afrique subsaharienne (1 million de dollars à l’export en 2007). Et prévoit d’implanter une petite unité de production à Tamanrasset, dans le sud du pays, dès que la ville sera desservie en eau potable, pour fabriquer des médicaments destinés au traitement de pathologies propres au Sud (malaria, fièvre jaune, paludisme). Le Mali, le Niger, le Sénégal (où il a remporté quatre appels d’offres), le Cameroun, le Congo et le Burkina Faso (17 de ses médicaments y sont déjà enregistrés) sont au cœur de sa stratégie d’expansion.

Une stratégie ambitieuse portée par des résultats en forte hausse, qui tranchent avec le Saïdal du milieu des années 1990, un canard boiteux que l’État avait envisagé de liquider.  

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers