Extension Factory Builder
05/02/2009 à 17:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Saïdal soigne ses investissements Saïdal soigne ses investissements

Le numéro un du médicament en algérie investit 230 millions de dollars pour renforcer sa position de leader national et se développer dans les pays arabes et en Afrique subsaharienne.

Pionnier dans la production de médicaments en Algérie et coté à la Bourse d’Alger, le groupe public Saïdal a dévoilé son nouveau plan de développement le 25 janvier dernier. Et, partant, son projet de doubler le nombre de ses unités de production de médicaments d’ici à 2015. Sept nouvelles usines vont ainsi être construites à travers le pays, chacune étant dévolue à la production d’une classe thérapeutique spécifique (anticancéreux, cardiovasculaires, antidiabétiques…). Montant estimé de cet investissement : autour de 230 millions de dollars (174 millions d’euros). Voilà qui devrait permettre au fleuron de l’industrie pharmaceutique nationale d’asseoir son leadership en Algérie, dont le marché du médicament est en plein boom, avec une croissance annuelle à deux chiffres. « Le marché algérien se chiffre à 1 200 millions d’euros par an, presque trois fois plus qu’au Maroc et quatre fois plus qu’en Tunisie », selon le professeur Larbi Abid, membre du conseil scientifique de l’Institut national de santé publique.

Autre donnée cruciale, qui conforte Saïdal dans sa stratégie de développement : en octobre 2008, le gouvernement a interdit les importations de médicaments qui sont déjà fabriqués localement afin d’enrayer l’anarchie régnant dans le secteur (on parle en Algérie de « mafia du médicament ») depuis sa libéralisation en 1992. Une décision avantageuse pour les deux parties : pour Saïdal, qui, délesté d’une concurrence déloyale, ne pourra qu’accroître ses parts de marché si le groupe s’en donne les moyens. Et pour l’État algérien, qui doit d’urgence réduire sa facture d’importation de médicaments, plombée d’année en année jusqu’à atteindre un pic de 1,85 milliard de dollars en 2008 (contre 1,44 milliard en 2007, soit une hausse de 27,86 %… la facture n’était que de 500 000 dollars en 2000). Les Algériens seront eux-mêmes gagnants, grâce aux prix réduits des médicaments fabriqués localement, beaucoup moins chers que ceux importés. Par ailleurs, le gouvernement, dans le cadre de sa stratégie industrielle, a fixé un objectif aux producteurs nationaux : couvrir 65 % des besoins du pays en médicaments d’ici à 2012. Quant à Saïdal, le groupe compte porter ses parts de marché à 57 % en volume et à 34 % en valeur d’ici à 2015, selon son PDG, Rachid Zouani, à la tête de la société depuis mai 2008, qui table sur un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de dollars. Mais Saïdal ne compte pas se limiter au marché national et lorgne fortement vers le reste du continent. Outre les pays arabes (Maroc, Yémen, Égypte, Libye et Soudan), il s’intéresse aussi à l’Afrique subsaharienne (1 million de dollars à l’export en 2007). Et prévoit d’implanter une petite unité de production à Tamanrasset, dans le sud du pays, dès que la ville sera desservie en eau potable, pour fabriquer des médicaments destinés au traitement de pathologies propres au Sud (malaria, fièvre jaune, paludisme). Le Mali, le Niger, le Sénégal (où il a remporté quatre appels d’offres), le Cameroun, le Congo et le Burkina Faso (17 de ses médicaments y sont déjà enregistrés) sont au cœur de sa stratégie d’expansion.

Une stratégie ambitieuse portée par des résultats en forte hausse, qui tranchent avec le Saïdal du milieu des années 1990, un canard boiteux que l’État avait envisagé de liquider.  

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Algérie

Algérie : Bouteflika et les femmes

Algérie : Bouteflika et les femmes

Célibataire endurci, le chef de l'État fait presque figure d'exception en Afrique et dans le monde arabe. De quoi alimenter depuis toujours rumeurs et fantasmes. Cette enquête est parue dans "Jeune[...]

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine "Forbes" a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en[...]

Algérie : une manifestation anti-gaz de schiste dégénère

Une quarantaine de policiers ont été attaqués et deux bâtiments incendiés, ce dimanche, lors d'une manifestation contre le forage de puits d'exploration du gaz de schiste, à In Salah, dans[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

In Amenas : l'enquête britannique provoque la colère des familles de victimes

Selon les conclusions de l'enquête judiciaire britannique sur l'attaque du complexe gazier algérien d'In Amenas, il "est probable que la balle" qui a tué Stephen Green, l'un des sept otages, "a[...]

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Le dessinateur algérien Ali Dilem rejoint l'équipe de "Charlie Hebdo"

Le célèbre dessinateur de presse algérien Ali Dilem a rejoint la rédaction de "Charlie Hebdo", qui a sorti mercredi son second numéro depuis les attentats de janvier. Un choix audacieux[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Algérie : vaste dispositif policier pour empêcher une manifestation contre le gaz de schiste à Alger

Un important dispositif policier a été déployé mardi à l'aube autour de l'esplanade de la Grande Poste, dans le centre d'Alger, où devait se tenir une manifestation contre le gaz de[...]

Gaz de schiste : Sonatrach contre-attaque

 Pour contrer les arguments des opposants au gaz de schiste en Algérie, Sonatrach a invité des experts étrangers pour rassurer l'opinion quant aux dangers représentés par l'exploitation des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2508p067.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2508p067.xml0 from 172.16.0.100