Extension Factory Builder
05/02/2009 à 16:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cerbères et tourtereaux Cerbères et tourtereaux

Un autochtone et une étrangère (ou l’inverse) s’aiment d’amour tendre et souhaitent convoler. Au nom de la lutte contre l’immigration clandestine et les mariages « blancs », l’administration va s’attacher à leur rendre la vie impossible. Bienvenue chez Kafka !

«Il n’y a pas d’ambiguïté : la France ne lutte pas contre l’immigration tout court, mais contre l’immigration clandestine », jure Éric Besson, nommé ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale le 15 janvier, en remplacement de Brice Hortefeux. Un point de vue que ne partagent certes pas nombre d’immigrés « légaux », dont la situation administrative ne cesse de se détériorer depuis le début des années 2000. Et surtout pas les centaines de conjoints africains de ressortissants français. Le nouveau ministre, qui s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur en réaffirmant l’objectif de 26 000 expulsions en 2009, sera-t-il tenté de remédier à ce problème trop souvent ignoré ? Peu probable, a priori…

Dans la droite ligne de « l’immigration choisie et non subie » chère au président Nicolas Sarkozy, l’exécutif français a pour mission de favoriser l’immigration « de travail » (13 500 personnes en 2006) au détriment de celle dite « familiale » (moins de 100 000 personnes). Or les mariages « mixtes » entre un ou une Français(e) et un(e) immigré(e) représentaient, en 2006, 78,5 % de l’immigration familiale. Et près d’un mariage sur trois cette même année. C’est, de loin, la première source d’immigration légale en France. Pour les autorités françaises, la situation est d’autant plus déplaisante que la majorité des conjoints immigrés ne sont ni européens ni nord-américains – bref, occidentaux –, mais algériens (23,6 %), marocains (17 %), tunisiens (7,6 %), turcs (6,7 %), camerounais (3,5 %), chinois (3,2 %).

Reste que tout étranger, fût-il « sans papiers », a le droit de se marier en France. C’est une « liberté fondamentale » encore réaffirmée par le Conseil constitutionnel en août 2003. « La loi ne pouvant voler au secours de l’immigration choisie, c’est l’administration qui s’en charge », témoigne Nicolas Ferran, avocat et fondateur du collectif Les amoureux au ban public, créé en juin 2007 pour défendre les droits des couples mixtes.

Première des obstructions administratives auxquelles ces derniers sont confrontés : le refus – parfaitement illégal – de certains maires de procéder à un mariage quand le conjoint étranger se trouve en situation irrégulière. Mais ce n’est pas tout.

Ces mêmes maires, de même d’ailleurs que nombre de consulats, ont tendance à voir des mariages blancs partout et à saisir à tout propos le procureur de la République de Nantes afin qu’il diligente une enquête. « C’est vrai que la police et la préfecture nous mettent un peu sous pression, témoigne, sous le couvert de l’anonymat, un maire de l’Union de la majorité présidentielle (UMP), le parti de Nicolas Sarkozy. Mais il est exagéré de parler de chasse aux sorcières. »

QUESTIONS HUMILIANTES

Peut-être, mais il est bien difficile d’arrêter la machine judiciaire une fois lancée. Mandatée par le procureur, la police enquête non seulement sur la réalité de la relation amoureuse, mais aussi – on croit rêver ! – sur sa « qualité ». Les interrogatoires au commissariat (ou au consulat) constituent des épreuves particulièrement éprouvantes – voire humiliantes : « Combien de fois par semaine faites-vous l’amour ? » « Votre futur conjoint a-t-il déjà eu des aventures avec d’autres Français(es) ? » « Est-il avec vous uniquement pour obtenir des papiers ? » Et tout à l’avenant. Il est vrai qu’on peut difficilement exiger de fonctionnaires de police dans l’exercice de leurs fonctions qu’ils fassent preuve de délicatesse…

Mais le principal obstacle rencontré par les couples mixtes, c’est l’extrême lenteur du traitement des dossiers. Les délais sont si longs qu’au bout d’un certain temps l’administration conseille au conjoint étranger de regagner son pays d’origine pour y faire prolonger son visa, en omettant généralement de préciser qu’il peut en faire la demande depuis la France. « Après l’enquête du procureur, qui n’a pas demandé l’annulation de notre mariage, le visa de mon mari a été refusé par deux fois par le consulat de France au Sénégal. En mai 2007, j’ai dû accoucher seule de notre fils », témoigne Christelle, qui juge les décisions administratives « totalement arbitraires ».

Pour s’épargner ces situations douloureuses, kafkaïennes, d’innombrables couples vivent leur relation en secret, dans la peur de l’expulsion. Mais ils commencent à s’organiser grâce au collectif Les amoureux au ban public, qui regroupe déjà plus de trois cents couples mixtes. « Nous avons déposé une bonne vingtaine de recours en référé devant le Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, indique Me Ferran. À chaque fois, la situation des couples concernés a été régularisée quelques jours avant le jugement. Ce qui signifie que l’administration a peur d’être condamnée. »

« NIVEAU D’EMPLOYABILITÉ »

Pas d’illusions, pourtant. Le dernier rapport du comité interministériel de contrôle de l’immigration, en décembre 2007, préconise d’évaluer « l’intensité du lien du couple avec la France par rapport à celle de son lien avec le pays d’origine du membre étranger du couple », mais aussi le « niveau d’employabilité » [sic] de ce dernier. Si ces recommandations venaient à être appliquées, il en résulterait, bien sûr, une précarisation accrue de la situation des couples mixtes. Tandis que l’État retrouverait, selon les termes du rapport, un « pouvoir d’appréciation au nom de l’intérêt de la France » et une capacité renforcée à lutter contre les mariages « forcés » et « de complaisance ».

Car la justification première de la politique du gouvernement, c’est la lutte contre les mariages blancs, une fraude dont l’ampleur est pourtant invérifiable. Contactés par Jeune Afrique, les ministères de la Justice et de l’Immigration n’ont pas été en mesure d’avancer le moindre chiffre à ce sujet. À peine sait-on que 363 mariages ont été annulés en 2004 pour cette raison. Même discrétion concernant le nombre d’enquêtes de police diligentées pour suspicion de mariage blanc. Seuls Les amoureux au ban public avancent une estimation : moins de 1 % des enquêtes concernant la « communauté de vie » des époux aboutiraient à une annulation judiciaire.

Alors, beaucoup de bruit pour rien ? La politique du gouvernement laisse perplexe la jeune Malienne Adidiatou, qui a épousé un Français en 2007 : « Le meilleur moyen, dit-elle, de réussir sur la voie de cette intégration tant vantée par Sarkozy n’est-elle pas justement le mariage avec un Français ? » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces