Extension Factory Builder
05/02/2009 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Palerme accable Tuninter Palerme accable Tuninter

Pour le moins sévères, les réquisitions du parquet dans le procès du crash d’un ATR 72 de l’ex-filiale de Tunisair au large de la Sicile ont été accueillies à Tunis avec une stupeur teintée de consternation.

La justice italienne semble vouloir frapper fort dans l’affaire du crash de l’ATR 72 de la compagnie tunisienne Tuninter. L’accident – un amerrissage forcé – est survenu le 6 août 2005 au large de la Sicile. Il a coûté la vie à 14 passagers (tous italiens) et 2 membres d’équipage. 23 personnes ont survécu. L’appareil, qui effectuait un vol charter entre Bari et Djerba, s’était abîmé en mer après l’arrêt presque simultané de ses deux moteurs, quelques minutes seulement après le décollage. La manœuvre du pilote, un des commandants les plus expérimentés de cette compagnie, filiale de Tunisair, spécialisée dans la desserte des lignes intérieures, avait permis d’éviter que l’avion ne se disloque. Mais l’enquête a établi qu’une erreur humaine était à l’origine de la coupure des moteurs. Les équipes au sol et le mécanicien avaient malencontreusement installé une jauge d’ATR 42 sur l’ATR 72, et l’équipage du vol TUI 1153, pensant disposer de 3 000 litres de kérosène dans ses réservoirs, n’avait emporté que 240 litres lors de son ravitaillement à Bari. L’appareil était tombé en panne d’essence.

Emanuele Ravagioli et Marzia Sabella, les représentants du parquet de Palerme, se sont appuyés sur cette tragique défaillance pour réclamer un total de quatre-vingt-dix années de prison à l’encontre de neuf prévenus, tous restés en Tunisie. Les peines les plus lourdes – douze ans – ont été requises contre Chafik Gharbi, le pilote, aujourd’hui inapte, car souffrant de séquelles au dos, et Lassoued Ali Kebir, le copilote, son second. Le parquet a aussi demandé dix ans et huit mois contre le mécanicien, Nabil Chahed, et contre le directeur de la manutention. Enfin, neuf ans et quatre mois ont été requis à l’encontre de Moncef Zouari, le directeur général de la compagnie, et deux autres responsables exécutifs. Évidemment, ces réquisitions, qui remontent au 16 janvier, n’ont pas valeur de condamnation, et le procès, qui a démarré en février 2008, est encore loin de son terme. Les avocats de la défense – des professionnels du barreau de Rome, rompus à ce type de procédures, très techniques – ont commencé leurs plaidoiries le 23 janvier. Il n’empêche. Les réquisitions du parquet de Palerme, pour le moins sévères, ont été accueillies à Tunis avec une stupeur teintée de consternation.

MEPRISE « PROVOQUEE »

La compagnie, rebaptisée Sevenair en juillet 2007 après sa restructuration, a choisi de faire profil bas et de ne pas commenter les réquisitions. Mais, au sein des équipages, des langues se sont déliées. « Tuninter a commis une erreur, c’est entendu, estime un membre du Bureau de coordination des pilotes tunisiens, mais on ne peut exonérer ATR [le constructeur franco-germano-italien] de toute responsabilité. Or les procureurs italiens n’ont pas dit un mot à son sujet. Habituellement, les avionneurs font en sorte que des pièces calibrées pour un type d’appareil ne puissent être montées sur un autre type d’appareil, précisément pour prévenir les risques de méprise. Il y a donc eu à tout le moins négligence. D’ailleurs, ATR s’est empressé d’en tirer les leçons, puisqu’il a modifié ses jauges d’essence après l’accident. Pareille erreur ne serait techniquement plus possible aujourd’hui. On veut faire porter le chapeau au pilote, car c’est le chef d’équipage. Mais devait-il démonter la jauge pour vérifier qu’elle avait été bien installée ? Quant au copilote, on ne peut pas l’accuser de quoi que ce soit dans cette histoire. Alors, oui, ces réquisitions paraissent franchement excessives, et on peut espérer qu’elles ne seront pas suivies par les magistrats… »

Le syndicat tunisien des pilotes de ligne devrait faire connaître sa position dans le courant de la première semaine de février. « Nous avons pris langue avec nos collègues de la péninsule et attendons la publication de leur communiqué, qui est en préparation, avant de réagir officiellement », explique un responsable du Bureau. Affaire à suivre… 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de moyens[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex