Extension Factory Builder
05/02/2009 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Palerme accable Tuninter Palerme accable Tuninter

Pour le moins sévères, les réquisitions du parquet dans le procès du crash d’un ATR 72 de l’ex-filiale de Tunisair au large de la Sicile ont été accueillies à Tunis avec une stupeur teintée de consternation.

La justice italienne semble vouloir frapper fort dans l’affaire du crash de l’ATR 72 de la compagnie tunisienne Tuninter. L’accident – un amerrissage forcé – est survenu le 6 août 2005 au large de la Sicile. Il a coûté la vie à 14 passagers (tous italiens) et 2 membres d’équipage. 23 personnes ont survécu. L’appareil, qui effectuait un vol charter entre Bari et Djerba, s’était abîmé en mer après l’arrêt presque simultané de ses deux moteurs, quelques minutes seulement après le décollage. La manœuvre du pilote, un des commandants les plus expérimentés de cette compagnie, filiale de Tunisair, spécialisée dans la desserte des lignes intérieures, avait permis d’éviter que l’avion ne se disloque. Mais l’enquête a établi qu’une erreur humaine était à l’origine de la coupure des moteurs. Les équipes au sol et le mécanicien avaient malencontreusement installé une jauge d’ATR 42 sur l’ATR 72, et l’équipage du vol TUI 1153, pensant disposer de 3 000 litres de kérosène dans ses réservoirs, n’avait emporté que 240 litres lors de son ravitaillement à Bari. L’appareil était tombé en panne d’essence.

Emanuele Ravagioli et Marzia Sabella, les représentants du parquet de Palerme, se sont appuyés sur cette tragique défaillance pour réclamer un total de quatre-vingt-dix années de prison à l’encontre de neuf prévenus, tous restés en Tunisie. Les peines les plus lourdes – douze ans – ont été requises contre Chafik Gharbi, le pilote, aujourd’hui inapte, car souffrant de séquelles au dos, et Lassoued Ali Kebir, le copilote, son second. Le parquet a aussi demandé dix ans et huit mois contre le mécanicien, Nabil Chahed, et contre le directeur de la manutention. Enfin, neuf ans et quatre mois ont été requis à l’encontre de Moncef Zouari, le directeur général de la compagnie, et deux autres responsables exécutifs. Évidemment, ces réquisitions, qui remontent au 16 janvier, n’ont pas valeur de condamnation, et le procès, qui a démarré en février 2008, est encore loin de son terme. Les avocats de la défense – des professionnels du barreau de Rome, rompus à ce type de procédures, très techniques – ont commencé leurs plaidoiries le 23 janvier. Il n’empêche. Les réquisitions du parquet de Palerme, pour le moins sévères, ont été accueillies à Tunis avec une stupeur teintée de consternation.

MEPRISE « PROVOQUEE »

La compagnie, rebaptisée Sevenair en juillet 2007 après sa restructuration, a choisi de faire profil bas et de ne pas commenter les réquisitions. Mais, au sein des équipages, des langues se sont déliées. « Tuninter a commis une erreur, c’est entendu, estime un membre du Bureau de coordination des pilotes tunisiens, mais on ne peut exonérer ATR [le constructeur franco-germano-italien] de toute responsabilité. Or les procureurs italiens n’ont pas dit un mot à son sujet. Habituellement, les avionneurs font en sorte que des pièces calibrées pour un type d’appareil ne puissent être montées sur un autre type d’appareil, précisément pour prévenir les risques de méprise. Il y a donc eu à tout le moins négligence. D’ailleurs, ATR s’est empressé d’en tirer les leçons, puisqu’il a modifié ses jauges d’essence après l’accident. Pareille erreur ne serait techniquement plus possible aujourd’hui. On veut faire porter le chapeau au pilote, car c’est le chef d’équipage. Mais devait-il démonter la jauge pour vérifier qu’elle avait été bien installée ? Quant au copilote, on ne peut pas l’accuser de quoi que ce soit dans cette histoire. Alors, oui, ces réquisitions paraissent franchement excessives, et on peut espérer qu’elles ne seront pas suivies par les magistrats… »

Le syndicat tunisien des pilotes de ligne devrait faire connaître sa position dans le courant de la première semaine de février. « Nous avons pris langue avec nos collègues de la péninsule et attendons la publication de leur communiqué, qui est en préparation, avant de réagir officiellement », explique un responsable du Bureau. Affaire à suivre… 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Le musée du Bardo de Tunis rouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi, et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2508p043.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2508p043.xml0 from 172.16.0.100