Extension Factory Builder
27/01/2009 à 12:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
«Je suis prêt à devenir un martyr» «Je suis prêt à devenir un martyr»

Tailleur au chômage, Anouar Khalil Baaloucha, 37 ans, a perdu cinq de ses filles lors d’un raid israélien contre une mosquée du quartier de Jabaliya. Témoignage.

Il a commencé à être confronté à la tragédie qui a frappé sa famille lorsque le réservoir d’eau de sa maison a explosé au-dessus de sa tête pendant son sommeil. « Je n’ai pas entendu l’attaque aérienne, c’était comme si j’étais en train de rêver, quand soudainement j’ai été aspergé d’eau », raconte Anouar Khalil Baaloucha, un homme fluet de 37 ans avec une barbe noire et, sous les yeux, deux cernes tout aussi noires. Ce qui semblait être un mauvais rêve a tourné à un vrai cauchemar. Ce soir-là, lorsque l’aviation israélienne a détruit la mosquée [censée abriter des armes, NDLR] du quartier de Jabaliya, à Gaza-City, elle a aussi emporté sa maison et cinq de ses filles. Tahreir, 17 ans, Ikram, 14 ans, Samar, 12 ans, Dina, 7 ans, et Jawaher, 4 ans, sont mortes écrasées après que la mosquée s’est effondrée sur le mur de leur chambre. La petite Baraa, qui avait seulement 12 jours au début de la guerre, a survécu par miracle : le souffle de l’explosion a renversé son couffin, qui lui a servi de bouclier. « Avant, j’avais l’habitude de compter mes enfants quand nous sortions pour déjeuner ou dîner en famille pour m’assurer que les neuf étaient bien là, explique Anouar Khalil. Maintenant, cela n’est plus nécessaire. » […]

 

La colère et l’effroi

Tandis que les chars israéliens se retirent vers la frontière, les habitants de Gaza-City s’aventurent dans les rues pour essayer d’évaluer l’étendue des destructions dans leur voisinage. Anouar Khalil et sa femme, Samira, 36 ans, sont allés inspecter leur ancienne maison. C’est la première fois qu’ils y retournent depuis qu’ils ont enterré leurs filles. Ils habitent désormais dans l’appartement d’un ami avec leurs enfants survivants, trois filles et un garçon. Un logement d’une pièce avec pour seuls meubles un lit et des matelas en mousse.

« C’était tellement incroyable. J’en suis encore malade », souffle Anouar Khalil. Son épouse reste prostrée. Seuls ses yeux bougent. Comme si le reste de son visage était paralysé par l’effroi. Tailleur de son état, au chômage depuis la pénurie de tissus provoquée par le blocus israélien de Gaza, Anouar Khalil assure que si sa femme et lui tentent de se ressaisir, c’est dans le seul intérêt de leurs enfants survivants. Iman, 16 ans, qui marche difficilement en raison des blessures qu’elle a subies pendant le bombardement, explique qu’elle va étudier à l’école de médecine comme l’avait envisagé sa défunte sœur aînée.

Mais le raid israélien a bouleversé la vie d’Anouar Khalil à tous les niveaux. « Je suis prêt à devenir un martyr maintenant, murmure-t-il. Je suis prêt à participer à une opération kamikaze. » Son frère Nafez intervient : « Il n’était pas du tout politisé avant l’attaque. Il allait même travailler en Israël. Le meurtre de ses cinq filles l’a complètement transformé. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Plomb durci en chiffres

Article pr�c�dent :
L'espoir Obama

Palestine

Gaza : pessimisme sur la signature d'un accord de cessez-le-feu au Caire

Gaza : pessimisme sur la signature d'un accord de cessez-le-feu au Caire

Les négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne se poursuivaient lundi au Caire, mais les deux camps se montraient fermes sur leurs exigences, compromettant ainsi les chances d'aboutir à un acco[...]

Gaza, la cocotte-minute

Ils étaient cinq coiffeurs de Gaza - trois femmes et deux barbiers -, tous réputés pour leur agilité à manier les ciseaux. Cinq figaros qui voulaient se rendre cette semaine à[...]

Palestine : le Hamas, ou l'attente de la résurrection

En quête de reconnaissance et de leadership, le Hamas, mouvement islamiste palestinien, veut profiter de la nouvelle légitimité que lui confère le Printemps arabe pour intégrer l'OLP, quitte[...]

Bande dessinée : les BD reporters, porte-paroles des sans-voix

De plus en plus de dessinateurs se comportent en reporters, privilégiant le temps long à l’immédiateté. Même, et surtout, lorsqu’il s’agit de couvrir des conflits comme ceux qui[...]

La Palestine à l'Unesco : pourquoi huit pays africains ne se prononcent pas

Parce qu’ils n’ont pas voulu contrarier les États-Unis ou Israël, huit pays du continent n’ont pas soutenu la demande d’adhésion de la Palestine. Précisions.[...]

Libération de Gilad Shalit et Salah Hamouri : deux poids, deux mesures

Si la présidence française s'est beaucoup mobilisée pour le soldat franco-israélien Gilad Shalit, capturé par le Hamas puis libéré le 18 octobre dernier, elle a fait bien peu de cas[...]

Palestine : Mahmoud Abbas, l'anti-Arafat

En défendant le projet d’adhésion de la Palestine à l’ONU, Mahmoud Abbas, ce fedayin en col blanc, est définitivement sorti de l’ombre de Yasser Arafat.[...]

Israël - Palestine : Gilad Shalit ou les petits arrangements entre ennemis

Contre toute attente, Israël et le Hamas ont conclu un compromis historique. En échange du soldat Gilad Shalit, 1 027 détenus palestiniens doivent recouvrer la liberté. Pour le mouvement[...]

1 Israélien = 1027 Palestiniens

Imaginons qu'en échange du retour à la maison d’un soldat français détenu au Sahel, en Afghanistan ou ailleurs par un groupe d’islamistes radicaux, Nicolas Sarkozy accepte de libérer[...]

Mahmoud Abbas à l'ONU : des Israéliens pour et des Palestiniens contre l'État palestinien

Des sondages sur l'initiative de Mahmoud Abbas et la reconnaissance de l’État palestinien par l’ONU avaient révélé des opinions plus nuancées qu’on ne l’aurait[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers