Extension Factory Builder
19/01/2009 à 16:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Istiqlal : Abbas, en attendant le dauphin Istiqlal : Abbas, en attendant le dauphin

Le parti de la Balance reconduit à sa tête le chef du gouvernement. Mais la bataille pour sa succession ne devrait pas tarder à s’ouvrir.

Ovationné par les 4 500 congressistes, porté en triomphe à l’issue de sa réélection, félicité par le roi… Abbas El Fassi aura pu, le temps du 15e congrès de l’Istiqlal, du 9 au 11 janvier, au stade Moulay-Abdallah de Rabat, oublier les attaques de la presse et se régénérer auprès de sa famille politique. Pourtant, ces derniers mois, le secrétaire général du parti de la Balance n’avait pas réussi à contenir la fronde : scission provoquée par Ahmed Fitri, un vieil apparatchik, qui a créé le Parti de l’unité et de la démocratie (PUD) ; menace de démission de Larbi Messari, ancien ministre de la Communication ; critiques de M’Hamed El Khalifa, candidat à la succession ; foire d’empoigne entre prétendants à la direction des organisations syndicales. Mais l’ordre est vite revenu dans la maison du père fondateur, Allal El Fassi, leader de l’indépendance, décédé en 1974.

Après une adaptation des statuts, le chef du gouvernement a été reconduit à l’unanimité au poste de secrétaire général pour les quatre prochaines années. « Tout finit bien. Khalifa, qui est un ami de cinquante ans, s’est retiré avec élégance. Je comprends sa déception de ne pas figurer au gouvernement, mais je suis le Premier ministre d’une large coalition », explique El Fassi, qui a profité de la grand-messe istiqlalienne pour défendre son bilan (hausse des salaires et des allocations, promotion de l’emploi, poursuite des réformes et des grands chantiers, modernisation de l’agriculture…). Les militants, eux, n’ont pas manqué d’insister sur la faiblesse du pouvoir d’achat, la flambée des prix, notamment celui du carburant, l’insécurité dans les villes et l’iniquité de la justice.

Mais le véritable enjeu du congrès était l’élection des membres du comité exécutif, première instance dirigeante, dont le nombre de membres est passé de 22 à 24 pour faire place à du sang neuf. « Nous avons fait sauter un verrou psychologique en ramenant à un seul mandat au conseil national, contre deux auparavant, le critère pris en compte pour se présenter, explique Ahmed Khalil Boucetta, député de Marrakech. Résultat : le comité a été renouvelé à 50 %. Aujourd’hui, la nouvelle génération bouscule l’ordre établi. » Un sang neuf incarné par les jeunes ministres. « Nous sommes rodés à la vie du parti… », glissait Yasmina Baddou, titulaire du portefeuille de la Santé à son collègue des Transports, Karim Ghellab, alors que le dépouillement des premiers bulletins dans la nuit de dimanche laissait augurer leur entrée au comité exécutif. Ils y ont rejoint Nizar Baraka, ministre délégué aux Affaires économiques et générales, et Ahmed Taoufiq Hejira (Habitat et Urbanisme). Les deux grands perdants, non reconduits, sont Abdelhak Tazi, plusieurs fois ministre, et Mohamed Benjelloun Andaloussi, à qui les militants ont fait payer ses attaques contre la direction du parti après son éviction de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM).

 

Nouvelles tensions en vue

Les prochaines semaines devraient raviver les tensions, avec le renouvellement des autres instances du parti, l’élection des dirigeants des chambres professionnelles, des représentants à la chambre des conseillers, la constitution des listes électorales en vue des communales de juin. Après cette dernière échéance, on s’attend à voir débuter la bataille pour la succession. « Le secrétaire général devra préparer un dauphin », indique un membre du comité exécutif. Les noms de Nizar Baraka, gendre d’Abbas El Fassi, d’Abdelouahed El Fassi, fils d’Allal, ou d’Ahmed Taoufiq Hejira sont régulièrement cités. Mais d’autres, comme Hamid Chabat, maire de Fès, pressenti pour diriger l’UGTM, ne manquent pas d’ambitions. Le Palais, après avoir souhaité l’élection d’Abbas El Fassi en 1997 pour écarter Ahmed Douiri, pourrait encore jouer de son influence. Profil idéal du futur secrétaire général : un quadra fidèle à la tête bien faite, représentatif du Maroc moderne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Cheikha Mozah, la princesse des sables

Article précédent :
Vu de La Haye

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers