Extension Factory Builder
19/01/2009 à 16:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Istiqlal : Abbas, en attendant le dauphin Istiqlal : Abbas, en attendant le dauphin

Le parti de la Balance reconduit à sa tête le chef du gouvernement. Mais la bataille pour sa succession ne devrait pas tarder à s’ouvrir.

Ovationné par les 4 500 congressistes, porté en triomphe à l’issue de sa réélection, félicité par le roi… Abbas El Fassi aura pu, le temps du 15e congrès de l’Istiqlal, du 9 au 11 janvier, au stade Moulay-Abdallah de Rabat, oublier les attaques de la presse et se régénérer auprès de sa famille politique. Pourtant, ces derniers mois, le secrétaire général du parti de la Balance n’avait pas réussi à contenir la fronde : scission provoquée par Ahmed Fitri, un vieil apparatchik, qui a créé le Parti de l’unité et de la démocratie (PUD) ; menace de démission de Larbi Messari, ancien ministre de la Communication ; critiques de M’Hamed El Khalifa, candidat à la succession ; foire d’empoigne entre prétendants à la direction des organisations syndicales. Mais l’ordre est vite revenu dans la maison du père fondateur, Allal El Fassi, leader de l’indépendance, décédé en 1974.

Après une adaptation des statuts, le chef du gouvernement a été reconduit à l’unanimité au poste de secrétaire général pour les quatre prochaines années. « Tout finit bien. Khalifa, qui est un ami de cinquante ans, s’est retiré avec élégance. Je comprends sa déception de ne pas figurer au gouvernement, mais je suis le Premier ministre d’une large coalition », explique El Fassi, qui a profité de la grand-messe istiqlalienne pour défendre son bilan (hausse des salaires et des allocations, promotion de l’emploi, poursuite des réformes et des grands chantiers, modernisation de l’agriculture…). Les militants, eux, n’ont pas manqué d’insister sur la faiblesse du pouvoir d’achat, la flambée des prix, notamment celui du carburant, l’insécurité dans les villes et l’iniquité de la justice.

Mais le véritable enjeu du congrès était l’élection des membres du comité exécutif, première instance dirigeante, dont le nombre de membres est passé de 22 à 24 pour faire place à du sang neuf. « Nous avons fait sauter un verrou psychologique en ramenant à un seul mandat au conseil national, contre deux auparavant, le critère pris en compte pour se présenter, explique Ahmed Khalil Boucetta, député de Marrakech. Résultat : le comité a été renouvelé à 50 %. Aujourd’hui, la nouvelle génération bouscule l’ordre établi. » Un sang neuf incarné par les jeunes ministres. « Nous sommes rodés à la vie du parti… », glissait Yasmina Baddou, titulaire du portefeuille de la Santé à son collègue des Transports, Karim Ghellab, alors que le dépouillement des premiers bulletins dans la nuit de dimanche laissait augurer leur entrée au comité exécutif. Ils y ont rejoint Nizar Baraka, ministre délégué aux Affaires économiques et générales, et Ahmed Taoufiq Hejira (Habitat et Urbanisme). Les deux grands perdants, non reconduits, sont Abdelhak Tazi, plusieurs fois ministre, et Mohamed Benjelloun Andaloussi, à qui les militants ont fait payer ses attaques contre la direction du parti après son éviction de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM).

 

Nouvelles tensions en vue

Les prochaines semaines devraient raviver les tensions, avec le renouvellement des autres instances du parti, l’élection des dirigeants des chambres professionnelles, des représentants à la chambre des conseillers, la constitution des listes électorales en vue des communales de juin. Après cette dernière échéance, on s’attend à voir débuter la bataille pour la succession. « Le secrétaire général devra préparer un dauphin », indique un membre du comité exécutif. Les noms de Nizar Baraka, gendre d’Abbas El Fassi, d’Abdelouahed El Fassi, fils d’Allal, ou d’Ahmed Taoufiq Hejira sont régulièrement cités. Mais d’autres, comme Hamid Chabat, maire de Fès, pressenti pour diriger l’UGTM, ne manquent pas d’ambitions. Le Palais, après avoir souhaité l’élection d’Abbas El Fassi en 1997 pour écarter Ahmed Douiri, pourrait encore jouer de son influence. Profil idéal du futur secrétaire général : un quadra fidèle à la tête bien faite, représentatif du Maroc moderne.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Cheikha Mozah, la princesse des sables

Article pr�c�dent :
Vu de La Haye

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2506_p051.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2506_p051.xml0 from 172.16.0.100