Extension Factory Builder
06/01/2009 à 14:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La Biat doit confirmer son statut de leader La Biat doit confirmer son statut de leader

Nouveau numéro un tunisien par le total de bilan, la filiale du groupe Mabrouk cherche de nouveaux relais de croissance pour consolider ses positions.

En cette fin de décembre, les équipes de la Biat, qui inaugurent la 120e agence de la banque, ont d’autres motifs de satisfaction. La première banque privée tunisienne dépasse par le total de bilan les deux leaders historiques et publics, la Société tunisienne de Banque (STB) et la Banque nationale agricole (BNA). « La Biat attire les déposants grâce à sa politique commerciale agressive en matière de crédits à la consommation, de prêts immobiliers, de cartes de crédit », explique Abderrahman Akkari, analyste chez Tunisie Valeurs.

Derrière ce dynamisme se cache une stratégie développée par un nouvel actionnaire, le groupe Mabrouk. Il est parvenu à tisser sa toile au sein d’un établissement à l’actionnariat très fragmenté, se portant acheteur de toutes les parts cédées depuis deux ans. Fort d’un pacte d’actionnaires le liant à l’homme d’affaires Aziz Miled (hôtellerie, transport, banque), le groupe Mabrouk contrôlerait aujourd’hui entre 35 % et 40 % du capital de la banque. Une position qui lui a permis de déployer son savoir-faire au sein de la Biat. Sur les conseils du cabinet McKinsey, sans doute poussé par le dynamisme d’un nouveau concurrent, Attijari Bank, filiale du marocain Attijariwafa Bank repreneur de la Banque du Sud, l’objectif a été mis sur la banque de détail. Le développement sur le segment des grandes entreprises a été pour l’instant écarté.

Dans cette prise de contrôle, le patron de la Biat, Chékib Nouira, a été débarqué et remplacé. Le poste de PDG a disparu à cette occasion. Tahar Sioud, ancien ambassadeur et ex-président de la Fédération tunisienne de football (FTF), préside le conseil d’administration. Slaheddine Ladjimi est directeur général. Commercial dans plusieurs banques privées dans les années 1980, il a participé à la création de Cofib Capital en 1994, l’une des deux plus importantes sociétés d’intermédiation en Bourse du pays. Discrets depuis leur prise de fonctions, les deux hommes s’emploient à réduire les coûts d’exploitation très élevés de la Biat, où les frais généraux représentaient, à la fin de 2007, 53 % du PNB (26 % pour la Banque de Tunisie, la plus rentable du pays). Les personnels sont redéployés vers les agences, dont le nombre doit progressivement atteindre 150.

L’ascension fulgurante de la Biat n’est toutefois pas aussi éclatante que cela. Première par le total des dépôts, elle n’arrive qu’à la quatrième place par le total des crédits. En termes de progression des dépôts ou des crédits, ses performances sont moins bonnes que celles du secteur (voir tableau ci-dessus). La Biat doit désormais trouver des relais de croissance dans un marché étroit qui compte vingt banques commerciales. Première issue, évoquée publiquement par le management : se développer à l’étranger, en Algérie et en Libye. Mais le premier pays semble ne plus délivrer d’agréments aux établissements étrangers, tandis que le développement d’une vraie banque de détail dans le second semble loin d’être faisable. Reste donc une seule autre possibilité : « Racheter un concurrent tunisien », suggère Abderrahman Akkari. Mais, de ce côté-là aussi, rien n’est certain : la consolidation du secteur bancaire dépend du feu vert de la Banque centrale. Et pour l’instant, nul n’évoque cette éventualité.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Tunisie

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Afflux de milliers de migrants libyens à la frontière tunisienne

Fuyant les combats entre milices à Tripoli ou à Benghazi, plusieurs milliers de Libyens tentent de passer la frontière tunisienne, ce qui pose des problèmes sanitaires et sécuritaires.[...]

Du Maroc à l'Égypte, opération barricades contre le terrorisme

Face à la menace de multiples groupes armés, les pays d'Afrique du Nord se retranchent derrière leurs frontières. Mais la nécessité de passer à l'offensive se fait de plus[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Tunisie : Ali Laarayedh... consensuel, vraiment ?

Son passage au gouvernement n'a pas laissé que des bons souvenirs aux Tunisiens, entre échec économique et complaisance envers les salafistes. Pourtant, Ennahdha a fait d'Ali Laarayedh son[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Tunisie : deux soldats tués dans un échange de tirs avec des "terroristes"

Deux soldats tunisiens ont été tués samedi dans un échange de tirs avec des "terroristes" près de la frontière algérienne, a annoncé le ministère de la[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers