Extension Factory Builder
05/12/2008 à 10:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

DG de la Sodécoton

En 1997, la firme qu’il dirigeait était l’un des fleurons de l’agro-industrie nationale. Dix ans plus tard, Mohamed Iya est toujours directeur général de la Société de développement du coton du Cameroun. Mais avec un chiffre d’affaires de 146 millions de dollars en 2007 (soit un niveau équivalent à celui de 1997), la compagnie cotonnière a chuté du deuxième au onzième rang des entreprises camerounaises. Pire, elle est déficitaire, et ses perspectives de redressement semblent limitées. À 59 ans, Mohamed Iya a consacré l’essentiel de sa carrière à cette entreprise. Économiste de formation, ce cadre issu du secteur bancaire est entré à la Sodécoton en 1981. Nommé trois ans plus tard à la direction générale, il a fortement contribué au développement de la filière dans le Nord et l’extrême Nord du pays, plaçant le Cameroun dans le peloton de tête des pays africains producteurs de fibre au cours des années 1990.

Mais cette époque faste est aujourd’hui révolue. Depuis le début des années 2000, le marché mondial est déséquilibré par les subventions que certains pays développés (Europe et États-Unis) accordent à leurs producteurs. Ainsi les planteurs américains reçoivent près de 4,5 milliards de dollars d’aides gouvernementales, ce qui leur permet de vendre leur récolte sur les marchés internationaux en deçà de leur prix de revient, qui est estimé à 900 F CFA. Conséquence de cette concurrence déloyale, le coton africain se vend mal, les agriculteurs délaissent peu à peu cette culture et la Sodécoton connaît un déficit structurel qui menace sa survie. Sur les quatre dernières années, la production est passée de 306 000 à 114 000 tonnes, alors que le prix du kilo de coton chutait de 1 000 F CFA à 600 F CFA. Le chiffre d’affaires a chuté de 40 % et le résultat est désormais négatif.

Cette situation, préoccupante pour la compagnie, dont la privatisation semble compromise, est une menace pour l’ensemble de la population des provinces septentrionales. La Sodécoton qui emploie chaque année 2 000 saisonniers, fournit du travail à 3 500 salariés en période de pointe. Et encadre quelque 500 000 paysans. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Yves Lambelin


Article précédent :
Cheikh Tidiane Mbaye

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers