Extension Factory Builder
14/01/2011 à 14:48
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Meilleur représentant du royaume, le groupe Attijariwafa Bank a ravi la deuxième place à la Banque extérieure d’Algérie. De son côté, le secteur tunisien est en pleine modernisation.

Léger changement dans le haut de notre classement. Certes, National Bank of Egypt (NBE) reste en pole position en Afrique du Nord, avec près de 47 milliards de dollars de total de bilan en 2009 (+ 18 % par rapport à 2008), mais la place de numéro deux est désormais occupée par le marocain Attijariwafa Bank (AWB), avec un total de bilan de 36,4 milliards de dollars. La Banque extérieure d’Algérie (BEA), au deuxième rang à l’issue de l’exercice 2008, est ainsi rétrogradée à la troisième place. Victime de la chute des cours des hydrocarbures, elle voit son total de bilan régresser à 30 milliards de dollars en 2009. BEA conserve toutefois un résultat net de 466 millions de dollars. Parmi les autres établissements du pays, la Banque nationale d’Algérie pointe en sixième position avec un produit net bancaire (PNB) de 576 millions de dollars, suivie de la CNEP et du Crédit populaire d’Algérie ; les filiales de Société générale et de BNP Paribas ne figurent qu’en 42e et 43e positions, mais voient leurs résultats progresser.

Pas de changement notable en Tunisie, où Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT), Société tunisienne de banque (STB) et Banque nationale agricole (BNA) restent leaders sur le marché. La filiale tunisienne d’AWB, Attijari Bank, poursuit sa progression, se plaçant à la 36e place avec près de 2,6 milliards de dollars de total de bilan et un résultat net de 35 millions de dollars. Au premier trimestre 2010, son PNB a encore augmenté de 21 %. Sur cette même période, Amen Bank a aussi connu une activité soutenue, avec un PNB en hausse de 24 %.

Les 50 premières banques d'Afrique du Nord

L’année en cours va voir la mise en œuvre d’un programme de modernisation du secteur tunisien. Le capital minimum des banques sera porté à 100 millions de dinars (environ 68 millions de dollars) avant la fin de 2014. D’ici là, le taux des créances classées devra être ramené à moins de 7 %. En outre, pour accroître la bancarisation du pays, 400 nouvelles agences devront être ouvertes. Enfin, un pôle bancaire public va être créé : Tunisie Holding assurera le suivi des activités de STB, de BNA et de la Banque de l’habitat.

En Libye, les banques commerciales ont enregistré une hausse sensible de leurs ressources. Selon la Banque centrale, les dépôts ont atteint 22,5 milliards de dollars et les bénéfices avant impôts étaient évalués à 700 millions de dollars à l’issue de l’exercice 2009. Porte-drapeau du pays, Gumhouria Bank gagne une place, avec 26 milliards de dollars de total de bilan. Mais d’autres acteurs devraient bientôt se dévoiler : alors que l’on annonce la création prochaine de deux nouveaux établissements, la banque portugaise Banco Espírito Santo (BES) a pris position, annonçant en avril 2010 l’acquisition de 40 % du capital d’Aman Bank, pour près de 40 millions d’euros.

Enfin, le Maroc reste très bien placé dans notre palmarès, avec trois établissements classés dans les dix premiers d’Afrique du Nord. Il s’agit, outre Attijariwafa, du Crédit populaire du Maroc et de BMCE Bank. AWB a eu une année 2009 particulièrement riche, avec la poursuite de son expansion au sud du Sahara. Le groupe a ainsi finalisé le rachat de plusieurs filiales du français Crédit agricole : Crédit du Congo, Union gabonaise de banque, Société ivoirienne de banque et Crédit du Sénégal, le rachat de la Société camerounaise de banque devant être finalisé en 2010. Au Sénégal, le groupe a également achevé la fusion de la Compagnie bancaire d’Afrique occidentale (CBAO), acquise fin 2007, avec Attijari Bank Sénégal. D’un point de vue financier, son PNB a progressé de 21 %, son résultat net de 26,2 % (à 576 millions de dollars) et ses fonds propres sont en hausse de 17,5 % entre 2008 et 2009.

Également présent au sud du Sahara, BMCE Bank a connu une année moins flamboyante, avec un PNB en hausse de 6,6 % et des bénéfices réduits de moitié en un an. Mais il compte profiter de sa prise de contrôle du groupe Bank of Africa (BOA) pour unifier sa stratégie africaine  ; BMCE Bank doit en acquérir la majorité du capital et, début 2011, Mohamed Bennani, directeur général délégué de BMCE Bank, succédera à Paul Derreumaux à la tête de BOA.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Libye : Le Drian sonne le tocsin contre les jihadistes...

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, tente de convaincre François Hollande et certains des alliés régionaux de la France de la nécessité d'une intervention direct[...]

Algérie : Rachid Nekkaz contre le FLN

L'homme d'affaires algérien Rachid Nekkaz passe pour un original, voire un provocateur. Son dernier "coup" ? Jouer les justiciers en portant plainte contre le patron du FLN.[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex