Extension Factory Builder
08/02/2013 à 08:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Moncef Marzouki devant le Parlement européen, le 6 février 2013. Moncef Marzouki devant le Parlement européen, le 6 février 2013. © AFP

Moncef Marzouki a prononcé un discours, le 6 février, qui fera date dans l'histoire du Parlement européen. Retour sur ce discours et sur ceux, tout aussi historiques, qui l'ont précédé.

L’émotion aura été rarement aussi intense dans l’hémicycle du Parlement européen, à Strasbourg, qu'en cette journée du 6 février 2013. Le discours du président tunisien Moncef Marzouki, en faveur de la démocratie, au lendemain de l’assassinat de l’opposant de gauche Chokri Belaïd, a ému aux larmes les eurodéputés présents, de droite comme de gauche.

Ne parvenant pas lui-même à dissimuler ses sanglots, le président tunisien a dénoncé l'« odieux assassinat d'un leader politique » et d'un « ami de longue date ». « Cet assassinat politique, c'est une menace, c'est une lettre envoyée, mais qui ne sera pas reçue », a-t-il déclaré.

 Discours intégral de Moncef Marzouki devant le Parlement européen, le 6 février 2013 à Strasbourg.

Dans son discours, le président tunisien - un laïc allié aux islamistes d'Ennahda qui dirigent le gouvernement - a promis de protéger « la Tunisie moderniste », de « défendre toutes les libertés » et de « protéger les acquis de la femme ».

"Fraternité entre les peuples"

Moncef Marzouki a profité pour de sa présence à Strasbourg pour exprimer sa gratitude au Parlement européen qui lui avait octroyé « un passeport de la liberté » symbolique, quand lui-même en était privé, sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali. « L’Union européenne nous fascine parce qu’elle a réussi de plus remarquable : la réconciliation franco-allemande. L’existence d’un tel miracle montre la possibilité de sa reproduction malgré la rareté des miracles », a-t-il ajouté, avant de saluer l’Union européenne, « un haut lieu de la démocratie, de la paix et de la fraternité entre les peuples ».

À la fin de ce discours historique, qu'il a conclu par « Que la paix soit avec vous ! », les députés de toutes tendances politiques confondues se sont levés et ont ovationné M. Marzouki. L’euro-député vert Daniel Cohn-Bendit, tout comme le chef de file des conservateurs Joseph Daul, étaient submergés par les larmes. « Cela a été un des moments les plus émouvants ici au Parlement depuis longtemps », a reconnu le président de l'institution, l'Allemand Martin Schulz. « J'ai rarement vu des collègues si durs et si forts normalement pleurer ensemble, de gauche à droite, donc c'était un moment exceptionnel », a-t-il déclaré, la voix nouée.

Moncef Marzouki entre, avec ce discours, dans l'histoire du Parlement européen, après d'illustres prédécesseurs comme Simone Weil, Anouar Al Sadate ou encore Vaclav Havel.

Retour, en images, sur ces moments forts de l'éloquence politique.

 

Quelques grands moment au Parlement européen : 

17 juillet 1979, Simone Weil est élue à la présidence du parlement et prononce son premier discours.

 

Le 10 février 1981, Simone Veil accueille le président égyptien Anouar el Sadate, prix Nobel de la paix (1978) conjointement avec Menahem Begin. 

 

Discours de Vaclav Havel, le 20 mars 1991 en session plénière à Strasbourg.

 

Discours de Lech Walesa invité le 4 avril 1991 au parlement européen. Il évoque la de la Pologne et des autres pays post-communistes, à l'entrée dans l' Union Européenne.

Le Parlement européen est aussi le lieu de joutes verbales, comme celle qui a lieu ce entre Nicolas Sarkozy et Jean-Marie Le Pen en juillet 2008 :

________

Jean-Sébastien Josset (@jsjosset)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

La Tunisie commence l'examen d'une nouvelle loi antiterroriste

La nouvelle loi antiterroriste, dont l'examen a débuté lundi, doit remplacer la législation jugée liberticide adoptée sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers