Extension Factory Builder
09/01/2013 à 12:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Politiciennes aguerries, businesswoman débutante et artiste engagée... Zoom sur quatre battantes, qui ne sont pas toujours là où on les attend.

 

  • Bassima Hakkaoui, seule et fière de l'être

Ministre de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social

Depuis janvier 2012, l'unique femme du gouvernement de Benkirane prend beaucoup de coups. Du temps où elle était simple députée du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste), elle en rendait beaucoup. Un goût de la castagne acquis au sein de la Jamaa Islamiya, ancêtre du PJD, lorsqu'elle était étudiante à l'université Mohammed-V de Rabat. Élue en 2002, réélue en 2007 et en 2011, Bassima Hakkaoui, 52 ans, s'est distinguée au Parlement par son sérieux. Elle a aussi beaucoup croisé le fer avec les féministes au moment du « plan d'action pour la femme », première tentative de réformer le code de la famille sous le gouvernement d'Abderrahmane Youssoufi, avant de se plier, comme tous ses frères islamistes, à l'arbitrage royal, en 2004. Son foulard très strict et sa djellaba - « à 400 dirhams » (35 euros), persiflent ses détracteurs - lui ont valu bien des railleries le jour de sa nomination au gouvernement. Mais l'enseignante, diplômée en psychologie sociale, s'en moque. Elle cultive sa fibre populaire.

  • Nabila Mounib : gauche dure et gants de velours

Secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU)

Comme un pied de nez à la présence minimale de la gent féminine au gouvernement, Nabila Mounib a été élue à la tête du Parti socialiste unifié (PSU) en janvier 2012. Une première pour cette formation héritière du mouvement marxiste-léniniste et refuge des déçus de la gauche de gouvernement. Professeur de biologie à l'université Hassan-II de Casablanca et militante du Syndicat national de l'enseignement supérieur (SNESup), Mounib défend les positions radicales du PSU, dont le boycott du référendum constitutionnel, puis celui des législatives, en 2011. En jeans et baskets ou en version glam à la une des magazines féminins, elle s'impose logiquement comme l'égérie de cette « nouvelle gauche » marocaine. Celle qui dit non. Au risque de ne pas être entendue quand elle défend la monarchie parlementaire ou la laïcité.

  • Kenza Bennis : sois belle et lance-toi

Fondatrice de Fronesis et Blooming Box

Après avoir touché à la diplomatie lors d'un stage à l'ONU en 2006, titulaire d'un master en finance de l'EMLyon Business School, en France, et d'un MBA de l'université Jiaotong de Shanghai, en Chine - où elle aura le déclic -, Kenza Bennis (27 ans) rumine son idée de start-up tout en travaillant pour une banque d'investissement marocaine. En octobre 2011, elle crée sa société, Fronesis, pour lancer Blooming Box, la première boutique en ligne marocaine spécialisée dans les produits cosmétiques et basée sur les souscriptions. En mars 2012, pour la Journée de la femme, des coffrets beauté sont envoyés en avant-première à 200 VIP. Le concept fait mouche. Les abonnements aux box découverte mensuelles suivent. Pour compléter le dispositif, la boutique en ligne a ouvert en novembre, avec déjà douze marques haut de gamme. Et l'envie, pour Kenza, de faire fleurir d'autres e-projets. Elle sait que la pente de l'entrepreneuriat est ardue, mais pressent que l'autoroute de l'internet est droite et prometteuse.

  • Fatym Layachi, à son corps défendant

Actrice

Elle s'élève contre toutes les entraves à la création. À commencer par l'autocensure. Révélée au cinéma en 2005 dans Marock, de Laïla Marrakchi, une bluette qui fit grand bruit dans le royaume pour avoir été la cible des islamistes de tout poil, Fatym Layachi, 29 ans, semble abonnée aux créations iconoclastes. L'an dernier, dans Un film, une production à petit budget de Mohamed Achaour, elle campe l'épouse d'un réalisateur paumé. Une mise en abyme dont le langage et certaines scènes ont valu au film un retrait des salles quatre jours après sa sortie. Membre du collectif Culture libre, créé en février, et en réaction à « l'art propre » prôné par les islamistes du PJD, la comédienne a posé en mai pour une photo choc, allongée dans une décharge publique de Casablanca. Depuis sa sortie fin novembre dans les salles marocaines, le film de Lahcen Zinoun, Femme écrite, une invitation à explorer la symbolique du corps tatoué en pays amazigh, où elle incarne le premier rôle féminin, vaut encore une fois à Fatym Layachi bien des critiques. Et des milliers de coups de chapeau.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Maroc : les régularisations à l'heure du bilan

Un premier bilan de l'opération de régularisation des migrants clandestins au Maroc a été présenté par le CNDH à Rabat, le 7 février.[...]

Maroc, Tunisie : le bras de fer avec la CAF ne fait que commencer

Durement sanctionné après son refus d'organiser la CAN Orange 2015, le Maroc n'a pas l'intention de se laisser faire. Tout comme la Tunisie, elle aussi visée.[...]

Moi, Aïssatou, Guinéenne régularisée au Maroc, mais toujours en sursis

Aïssatou Barry est une migrante guinéenne qui a survécu à l'enfer du tristement célèbre camp de Gourougou, dans le nord du Maroc, qui abrite les migrants clandestins voulant rallier [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20130104103911 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20130104103911 from 172.16.0.100