Extension Factory Builder
01/12/2012 à 08:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Capture d'écran de la page Facebook du M23. Capture d'écran de la page Facebook du M23. © DR

Les rebelles du M23 ont bien compris qu'en 2012 toute bataille sur le terrain se menait également sur la Toile. Possédant déjà un site internet, les hommes de Sultani Makenga ont désormais investi le réseau social Facebook pour communiquer. Alors que le nombre de leurs abonnés a presque triplé depuis la prise de Goma, dans le camp adverse des voix s'élèvent pour demander à l’équipe de Mark Zuckerberg de supprimer la page du M23.  

Mise à jour du 1er décembre à 08H00

Depuis le 30 novembre, la page Facebook du M23 n'est plus active. La firme de Mark Zuckerberg aurait pris la décision de fermer la page en raison des nombreux signalements.

Plus de 10 000 personnes en parlent sur la Toile. Avec le succès militaire sur le terrain matérialisé mardi 20 novembre par la prise de la ville de Goma, la page Facebook du M23 ne cesse de prendre de l’ampleur. Lancée timidement le 8 juillet, elle compte à ce jour plus de 7 000 fans. Les rebelles y diffusent essentiellement, en swahili, les nouvelles du front mais aussi des railleries et messages ciblés à l’attention des autorités congolaises.

La stratégie de communication du mouvement rebelle sur le réseau social est simple. Chaque jour, un ou deux « posts », teintés d’une dose de polémique. Un cocktail bien mesuré pour déclencher l’avalanche des commentaires dans tous les sens. Illustration d’un statut de la page traduit du swahili (voir capture d'écran ci-dessous) : « Jean-Marie Runiga, le président [coordonnateur politique, NDLR] du M23, vient de déclarer que nos troupes sont prêtes à se retirer de la ville de Goma mais sous certaines conditions. Il y en deux principalement : l’arrestation de John Numbi et la liberté de mouvement à Tshisekedi. Est-ce que Kabila acceptera ces exigences ? »

Capture d'écran d'un post sur la page Facebook du M23.

Si au front, les FARDC ne parviennent pas à résister aux rebelles du M23, certains internautes congolais sont décidés à leur barrer la route sur le terrain virtuel. Des tweets et des groupes se multiplient sur Twitter et Facebook pour « signaler » la page du M23 comme étant « un contenu qui ne devrait pas apparaître » sur le réseau social. « Je ne peux pas comprendre que les rebelles qui ont déplacé des populations et qui se sont rendus responsables de plusieurs exactions sur des civils puissent avoir une page facebook », s’insurge Kambala Musavuli, porte-parole de Friends of Congo, une ONG basée à Washington. Et l’ambassade de la RDC n’hésite pas à relayer le message sur son compte twitter.

Ces signalements suffiront-ils pour fermer le compte du M23 sur Facebook. Pas évident, le réseau social américain n'a pas la réputation de se laisser dicter sa politique de gestion des contenus.

___

Trésor Kibangula (@Tresor_k)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui devrai[...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

RDC : le camp militaire Tshatshi attaqué, Kinshasa appelle au calme

Des tirs ont été entendus mardi après-midi au camp militaire Colonel Tshatshi dans la ville de Kinshasa. Selon nos informations, il s'agirait d'une attaque à la machette d'un groupe de personnes qui[...]

RDC : Tshisekedi toujours "pas actif"

L'opposant historique Étienne Tshisekedi, leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), était toujours hospitalisé mi-juillet. Les détails sur son état de[...]

RDC : Cour constitutionnelle, mode d'emploi

Le président Kabila a nommé, le 7 juillet dernier, les neuf membres de la Cour constitutionnelle de RDC. Juge pénal du président de la République et du Premier ministre, cette juridiction est[...]

Festival d'Avignon : tous en choeur avec Serge Kakudji

Le contre-ténor congolais a fait l'unanimité au Festival d'Avignon. Il y présentait une oeuvre à la croisée du baroque et des sonorités africaines.[...]

RDC : une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

La coalition des forces politiques et sociales de l’opposition a lancé mercredi une pétition pour que le président congolais, Joseph Kabila, soit traduit devant la CPI pour crimes contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers