Extension Factory Builder
28/01/2012 à 23:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des heurts ont éclaté à Dakar, le 27 janvier, dans la nuit. Des heurts ont éclaté à Dakar, le 27 janvier, dans la nuit. © AFP

 L’opposition sénégalaise appelle à la résistance, après la validation de la candidature de Wade par le Conseil constitutionnel.

Les heurts ont repris à Dakar et dans sa banlieue en fin de journée, samedi 28 janvier. Après avoir constaté une accalmie durant la journée, les radios locales faisaient état, vers 19 heures, d’affrontements entre des manifestants opposés à la candidature du président sortant, Abdoulaye Wade, jugée valide vendredi par le Conseil constitutionnel, et les forces de l’ordre, en plusieurs endroits de la capitale sénégalaise. Un peu plus tôt dans la journée, Fadel Barro, l’un des leaders du mouvement de jeunes « Y’en a marre », affirmait à Jeune Afrique ne plus vouloir parler, mais agir désormais. « Le temps est venu de passer à l’action. L’heure est grave », expliquait-il.

La tension est montée d’un cran lorsque les Sénégalais ont appris l’arrestation d’Alioune Tine, le leader de la Raddho (Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme) et le coordinateur du M23 (Mouvement du 23 juin), la coalition de partis et d’organisations de la société civile opposés à une nouvelle candidature de Wade. Gardé à vue à la Division des investigations criminelles (DIC) depuis le début de l’après-midi, l’une des figures de la contestation était questionnée, selon un porte-parole de la présidence, en tant que coordinateur de la manifestation de la veille, qui a dégénéré après l’annonce de la validation de la candidature de Wade. Dans la nuit, un policier a été abattu par des manifestants, a affirmé une source officielle. Des journalistes et des manifestants ont été blessés.

"Wade a déclaré la guerre au peuple"

Au lendemain de ces émeutes, le discours des opposants s’est radicalisé. Plusieurs leaders ont appelé à la résistance tout au long de la journée. Dans une déclaration lue à la presse après plusieurs heures de réunion à huis clos, les leaders du M23 ont lancé un « appel à la résistance active contre le coup d’Etat constitutionnel » d’Abdoulaye Wade. « Nous invitons toute la population à s’organiser et à se mobiliser pour faire face à Wade. Le combat ne fait que commencer », indique ce texte.

Pour Amath Dansokho, un opposant historique, « le Conseil constitutionnel, en validant la candidature de Wade, a plongé le Sénégal dans une crise sans précédent. Wade a déclaré la guerre au peuple. Dans les jours suivants, la preuve lui sera administrée que ce pays est un pays libre. »

Après leur conférence de presse, les leaders du M23 se sont rendus devant la DIC pour montrer leur solidarité avec Alioune Tine. Mais les policiers postés devant les bâtiments leur ont refusé l’accès. Ils sont repartis après quelques minutes de vaines négociations.

Youssou Ndour dénonce un "Etat policier"

En début de soirée, le chanteur Youssou Ndour, qui n’était pas présent à la réunion du M23, a lui aussi organisé une conférence de presse au siège de son mouvement, « Fekke maci bolé ». Après l’invalidation de sa candidature par le Conseil constitutionnel, « You » a déposé un recours qui sera étudié ce dimanche. Les cinq « sages » estiment que le nombre de signatures d’électeurs ayant apporté leur soutien au chanteur n’est pas suffisant. Dans leur décision, ils estiment que sur 12 936 noms, seuls 8 911 ont pu être identifiés – hors il en faut 10 000. Mais les avocats de Ndour assurent, document à l’appui, avoir déposé une liste portant 13 087 signatures. Cette « erreur » prouve le manque de « sérieux » et de « rigueur » de l’institution. C’est « une faute grave », « une décision politique », a accusé Youssou Ndour. « Ils ont tellement peur de moi, car les Sénégalais qu’ils endormaient, je les réveillés ! »

Appelant lui aussi à la résistance – « il faut marcher, manifester ! », « You » a dénoncé « un Etat policier » et a parlé de menaces contre sa personne. « Je n’ai pas peur. Je suis prêt à aller en prison. Wade ne respecte plus rien, alors nous aussi, on ne respectera plus rien », a-t-il lancé à la foule de ses partisans, des dizaines de femmes et de jeunes massés devant le siège de son mouvement au cœur du quartier populaire de la Medina.

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Au Liberia, le déclin d'Ebola pourrait n'être que provisoire

Si l'épidémie d'Ebola a considérablement reculé au Liberia, la vigileance reste de mise, après la mort d'une malade samedi.[...]

Terrorisme : le sommet contre Boko Haram se tiendra à Malabo le 8 avril

Près d’un mois et demi après avoir été évoqué une première fois, le sommet extraordinaire sur la stratégie de lutte contre Boko Haram réunissant les chefs d&r[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

"The Daily Show" : l'humoriste sud-africain Trevor Noah succèdera à Jon Stewart

La chaîne câblée américaine Comedy Central a dévoilé le nom de celui qui succédera à Jon Stewart à la tête du "Daily Show" : il s'agit de l'humoriste sud[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre [...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart p[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de l’universit&eac[...]

Tunisie : que sait-on de Lokmane Abou Sakhr, le cerveau de l'attentat du Bardo ?

Accusé d’avoir dirigé les attentats du Bardo à Tunis, le jihadiste algérien Lokmane Abou Sakhr, a été abattu samedi 29 mars par l’armée tunisienne. Le terroriste é[...]

Nigeria : vote jugé "démocratique" par l'UA, mais le dépouillement reste sujet à caution

Les premières tendances de l'élection présidentielle au Nigeria sont attendues dans la journée. Un scrutin d'ores et déjà jugé démocratique par l'Union africaine et plusieu[...]

États-Unis : Barack Obama se rendra au Kenya en juillet

Le président américain, Barack Obama, effectuera en juillet sa première visite officielle au Kenya à l'occasion de la 6e édition du sommet global de l'entrepreneuriat organisé à Nai[...]

Karim Bitar : "Au Yémen, un nouvel épisode de la confrontation irano-saoudienne"

Spécialiste du Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), Karim Bitar analyse le conflit au Yémen et l'intervention directe de l'armée saoudienne contre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20120128222308 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20120128222308 from 172.16.0.100