Extension Factory Builder
02/01/2012 à 13:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la célébration de l'anniversaire du mouvement indépendantiste, le 27 février 2011. Lors de la célébration de l'anniversaire du mouvement indépendantiste, le 27 février 2011. © Juan Medina/Reuters

Candidat unique à sa succession, Mohamed Abdelaziz, le secrétaire général du Front Polisario, a été réélu à 96 %… pour un onzième mandat.

Le Guinness des records devrait s’en saisir : dans la nuit du 13 au 14décembre, à Tifariti, quelque part dans le no man’s land qui sépare le mur de défense marocain de la frontière algérienne, Mohamed Abdelaziz, 64 ans, a été réélu pour un… onzième mandat à la tête du Front Polisario. Les quelque 1600 délégués réunis dans cette localité fantôme à 90 km à l’ouest de Tindouf ont reconduit à 96 % celui qui est leur secrétaire général depuis trente-cinq ans. Inutile de préciser qu’il était l’unique candidat.

Un peu gêné peut-être par cette inamovibilité politiquement incorrecte en ces temps de révolutions arabes, celui qui est ipso facto, en vertu de la Constitution, le président de la République arabe sahraouie démocratique (fauteuil qu’il occupe depuis 1982) a tenu à préciser dans un discours de remerciement qu’il aurait, « à titre personnel », souhaité s’effacer. Hélas, les congressistes, manifestement rétifs à l’alternance, en ont décidé autrement. « Je m’incline devant votre choix », a conclu le « líder máximo » du Front.

Démocratie populaire

Né à Marrakech, fils d’un sous-officier de l’armée marocaine, ancien étudiant à Rabat, Mohamed Abdelaziz n’a plus remis les pieds dans le royaume depuis 1974, date à laquelle son destin croise celui du fondateur du Polisario, Mustapha El Ouali, auquel il succède en août 1976. Depuis, contre vents et marées, mais avec l’appui constant de ses hôtes algériens, ce Reguibat fait régner dans les camps de réfugiés de Rabbouni une démocratie populaire qui tient beaucoup plus de la résidence surveillée que de la jemaa autogérée.

Ni les défections, ni les frondes tribales, ni les intifadas vite réprimées qui agitent régulièrement les tentes de la hamada de Tindouf n’ont eu de prises sur cette excroissance de la guerre froide algéro-marocaine. Abdelaziz, qui a épousé une Sahraouie algérienne (fille d’un élu deTindouf) et dont deux des frères sont marocains (l’un est avocat à Agadir, l’autre médecin à Casablanca), a fait de la cause indépendantiste l’affaire de sa vie.

En 2011, la chute de Kadhafi et l’enlèvement en plein Rabbouni de trois humanitaires européens par les djihadistes d’Al-Qaïda ont quelque peu fragilisé son leadership. Pas suffisamment pourtant pour que se dissipe le microclimat qui, depuis près de quatre décennies, empêche le printemps de souffler sur cette étrange République en exil.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du doss[...]

Dans les archives de JA : la mort de Hassan II, roi du Maroc

Il y a quinze ans, le 23 juillet 1999, le Roi du Maroc Hassan II succombait à une longue maladie, deux semaines après avoir fêté ses 70 ans. Jeune Afrique réédite plusieurs articles[...]

Conflit israélo-palestinien : le médiateur égyptien marche sur des oeufs

Le Caire considère le Hamas à la fois comme une organisation terroriste et comme un rempart contre les jihadistes. Une position qui rend la médiation égyptienne difficile dans le conflit[...]

Conflit israélo-palestinien : de l'audace !

Ofer Bronchtein est président du Forum international pour la paix, ancien conseiller de Yitzhak Rabin.[...]

Libye : violents combats entre milices rivales à Benghazi et à Tripoli

À Benghazi et à Tripoli, autour de l'aéroport, les combats se poursuivaient mercredi, alors que l'entrée en fonction du nouveau Parlement (à Benghazi) a été fixée au 4[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Gaza : Israël accusé de possibles crimes de guerre par l'ONU

Alors que débute la troisième semaine de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, la haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a demandé une enquête sur les possibles[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers