Extension Factory Builder
05/08/2011 à 12:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Égyptiens suivent le procès d'Hosni Mubarak sur écran géant au Caire, le 3 août 2011. Des Égyptiens suivent le procès d'Hosni Mubarak sur écran géant au Caire, le 3 août 2011. © AFP

Le monde arabe se passionne pour le procès de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak. Beaucoup parlent d’une « grande leçon » pour « ceux qui s’accrochent au siège ».

De l’ouverture de son procès au Caire le 3 août 2011, le monde entier a retenu l’image forte d’Hosni Moubarak allongé sur une civière dans une cage grillagée. Dans le monde arabe, tous, du Maroc à la Jordanie, ont suivi ce moment mémorable en direct, via les réseaux sociaux Facebook et Twitter ou la télévision.

« Chaque Arabe espère que ce procès historique sera une leçon pour tous ceux qui s’accrochent à leur siège, pour qu’ils écoutent les revendications de leurs peuples qui demandent liberté, démocratie et justice sociale », souligne le quotidien Al-Quds.

Dans cette région du monde où les dirigeants ont été tout-puissants, sans rendre de comptes pendant des années, la photo du « dernier pharaon » qui a été diffusée partout est lourde de symboles. « Ce jour s’est transformé en quelque chose qui ressemble à un rêve parce que personne n’imaginait qu’un autocrate puisse s’asseoir derrière les barreaux », affirme le quotidien palestinien.

"La maladie n'empêche pas de rendre des comptes"

Hosni Moubarak est le premier dirigeant du Moyen-Orient à être jugé en personne depuis le début du « printemps arabe », qui s’est transformé en répression sanglante et même en guerre, en Syrie et en Libye.

Aucune réaction officielle n'a émané de Ryad en Arabie Saoudite, autrefois proche alliée d’Hosni Moubarak et soupçonnée par de nombreux Égyptiens d'avoir fait pression pour lui éviter cette « humiliation ». Mais la presse locale, qui exprime généralement un point de vue proche de celui des autorités, a salué un procès « civilisé ». Sous le titre « la primauté de la magistrature », le quotidien Al-Jazira écrit qu' « il n'y a pas d'exception » devant la justice.

« La maladie [de Moubarak] n'empêche pas un accusé de rendre des comptes et sa longue contribution à l'action nationale ne peut pas le placer dans l'impunité », poursuit-il.
« C'est un procès civilisé où ont été respectés les droits du procureur et de la défense », renchérit le journal Al-Riyadh, en rendant hommage au tribunal pour avoir fait preuve d' « indépendance et d'impartialité ».

Processus de démocratisation

« Le procès historique de Moubarak est la preuve que le peuple d'Égypte a vaincu la dictature », s'enthousiasme pour sa part le quotidien indépendant jordanien Al-Arab Al-Yawm, tandis que son compatriote Al-Ghad juge que ce spectacle va « donner aux révoltes arabes un coup de fouet pour surmonter les obstacles ».

« Ce procès est une victoire de la volonté des peuples de la région en faveur du processus de démocratisation », commente de son côté le quotidien marocain Al-Tajdid, pour qui ce procès adresse un message particulier au Maroc  où « la corruption perdure, malgré les promesses d'en venir à bout ». Le rédacteur en chef du quotidien palestinien Al Hayat al-Jadida, Hafez al-Barghouti, tempère toutefois cet enthousiasme.

« C'est très bien que le peuple ait été capable de renverser et de juger tout un régime mais cela devrait être fait sans les sentiments de vengeance », « qui vident la révolution de son contenu », estime-t-il en se demandant « comment un vieil ancien président a pu rester vivant avec tout ce qu'il a enduré ces derniers mois ».

Syrie silencieuse

À Damas, la presse gouvernementale n’a pas dit un mot du procès, à l’exception de l’organe du parti au pouvoir Al-Baath qui s’est contenté d’évoquer son report au 15 août. Le président déchu tunisien Zine El-Abidine Ben Ali, chassé du pouvoir le 14 janvier par une révolte populaire, est actuellement en procès mais par contumace. L’ex-président irakien Saddam Hussein a lui aussi été jugé mais après une invasion étrangère. « Nous ne vivrons probablement pas un « ZABA trial » (procès de Ben Ali, ndlr) et la Tunisie n’a toujours pas suspendu ses relations avec l’Arabie Saoudite », où il s’est réfugié, regrette sur Twitter Amira Yahyaoui, une militante tunisienne.

(Avec AFP)

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Egypte

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

Égypte : plus de 500 islamistes arrêtés après les heurts avec la police

La manifestation commémorative de l'anniversaire de la révolte de 2011 a dégénéré lundi en affrontements sanglants entre policiers et islamistes au Caire. Plus de 500 personnes ont é[...]

Triste anniversaire de la révolution en Égypte: onze morts et un enterrement

Onze personnes ont été tuées lors d'affrontements entre les manifestants islamistes et la police dimanche en Égypte, tandis qu'une militante socialiste morte la veille était enterrée.[...]

Égypte: une manifestante tuée à la veille de l'anniversaire de la révolution de 2011

Une manifestante a été tuée samedi soir au Caire lors de heurts avec la police durant une rare manifestation d'un mouvement de gauche, a indiqué un responsable à la veille du quatrième[...]

Égypte : une révolution en perdition

Au jour du 4e anniversaire de la révolution, l’Égypte est plus que jamais déchirée entre une passion pour son nouveau dirigeant Abdel Fattah al-Sissi et la peur de voir la révolution[...]

Égypte : les deux fils de Moubarak sont libres, mais...

Un tribunal égyptien a ordonné aujourd'hui la libération d'Alaa et de Gamal Moubarak, les deux fils de l'ex-président Hosni Moubarak. Mais un nouvel épisode judiciaire les attend.[...]

Au tribunal, Morsi répète qu'il reste le "président" égyptien

À l'audience de l'un de ses procès pour lesquels il encourt la peine de mort, l'ex-président islamiste égyptien Mohamed Morsi, destitué en 2013 par l'armée, a répété[...]

Décès de l'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe

L'actrice égyptienne Faten Hamama, icône du cinéma arabe et ex-femme du célèbre acteur Omar Sharif, est décédée samedi à l'âge de 83 ans, a indiqué son[...]

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de "Charlie Hebdo"

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a "mis en garde" contre la publication d'un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le[...]

Égypte : Moubarak reste en prison en attendant d'être rejugé pour corruption

Hosni Moubarak sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention, mais son éventuelle remise en liberté dépend d'une nouvelle décision de la justice.  [...]

Homosexualité en Égypte : verdict inédit de la justice pour les 26 hommes accusés de "débauche"

Les 26 hommes accusés de "débauche" pour avoir organisé et participé à des "orgies homosexuelles" dans un hammam public ont été acquittés lundi par la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20110805113037 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20110805113037 from 172.16.0.100