Extension Factory Builder
25/01/2011 à 11:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Étalons célèbrent leur victoire devant le président rwandais Paul Kagamé (à gauche). Les Étalons célèbrent leur victoire devant le président rwandais Paul Kagamé (à gauche). © Fifa.com

Malgré sa défaite en finale face au Burkina Faso, le Rwanda est économiquement et médiatiquement le grand gagnant de la Coupe d’Afrique des nations des cadets (CAN U-17) qui s’est achevée dimanche. Le pays des milles collines organisera le Championnat d'Afrique des nations (Chan) en 2016.

Les lampions de la Coupe d’Afrique des nations des cadets (CAN U-17) se sont éteints le 22 janvier, avec la victoire (sportive) des Étalons du Burkina Faso. Mais, malgré sa défaite en finale samedi (2 buts à 1), le grand gagnant est peut-être le Rwanda.

Le pays savoure sa qualification pour le Mondial mexicain, prévu en juin, et, comme le souligne Joseph Habineza, le ministre des Sports et de la Culture, rêve maintenant de « briller sur la scène internationale ».

Ce n’était pas gagné d’avance, le pays n’étant pas connu pour ses performances footballistiques.

En prévision de la CAN U-17, l’État avait lancé un vaste plan de modernisation des infrastructures sportives. Deux stades d’une capacité de 5000 places chacun ont été entièrement refaits : celui de Nyamirando, dans les faubourgs de Kigali, et celui d’Umuganda, à Gisenyi, dans l’Ouest. Un choix particulièrement judicieux pour ce dernier : situé au bord du lac Kivu, le touristique Gisenyi dispose de bonnes infrastructures hôtelières, et sa proximité avec la RDC permet d’espérer un afflux massif de supporteurs.

Autre défi relevé : l’ouverture d’une académie de football, qui a servi de vivier pour le recrutement des joueurs. Toutes ces réalisations, auxquelles s’ajoutera la construction de dix stades sur l’ensemble du territoire à moyen terme, ont nécessité un important effort budgétaire de l’État, les sponsors internationaux ayant boudé la compétition, comme à l’accoutumée.

De leur côté, les entreprises locales ont investi à hauteur de 0,2 % du budget total, estimé à 4 milliards de francs rwandais (4,9 millions d’euros). Mais si la CAN des cadets n’est pas financièrement rentable, sa visibilité internationale constitue un atout pour un pays qui cherche à attirer touristes et investisseurs.

Classé au palmarès « Doing Business » 2011 (groupe Banque mondiale) parmi les dix économies du monde (sur 183) affichant les plus grandes améliorations dans la réglementation des affaires, le Rwanda est déterminé à faire en sorte que son nom ne soit plus associé, dans les esprits, au seul génocide de 1994. Cette opération de communication a été confiée à Ifap Sports, une agence française de marketing présente dans dix fédérations africaines de football et qui négocie les droits de retransmission de l’événement, en accord avec la Confédération africaine de football (CAF).

Pour la première fois de son histoire, la CAN U-17 a ainsi été retransmise dans plus de 160 pays, y compris au Japon et en Corée du Sud.

Pari réussi pour Kigali, qui vient de se voir attribuer l’organisation du Championnat d’Afrique des nations (Chan) 2016, selon une source proche du dossier. Sa désignation pour cette compétition (CAN réservée aux joueurs évoluant sur le continent) a été acquise face à l’Angola et l’Algérie. Elle sera officialisée le 29 janvier à Lubumbashi (en RDC).
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le g&eacu[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Une histoire du génocide rwandais (#2) : l'attentat du 6 avril 1994

Le 6 avril 1994, l'attentat contre le Falcon du président rwandais, Juvénal Habyarimana, sert de prétexte au déclenchement du génocide. Laurent Touchard* revient sur des années[...]

Génocide : un tribunal norvégien autorise l'extradition d'un suspect rwandais

La justice norvégienne a autorisé mardi l'extradition vers le Rwanda d'Eugène Nkuranyabahizi, soupçonné de complicité de génocide. Âgé de 41 ans, cet homme, qui se[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers