Extension Factory Builder
22/07/2010 à 11:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. © D.R.

La capitale sénégalaise et les localités environnantes sont quasi-paralysées par des coupures d’électricité récurrentes. Pour calmer la colère des Sénégalais, le ministre de l’Énergie a présenté ses excuses à une population qui commence à s’impatienter.

Les Sénégalais sont excédés par les coupures de courant régulières qui leur sont imposées et qui handicapent l’activité économique du pays, en particulier à Dakar et ses alentours. Ces dernières semaines, la tension est montée d’un cran, les délestages quotidiens se multipliant. La hausse des températures et l’approche du ramadan ont achevé d’échauffer les esprits, à tel point que les manifestations de protestation ont donné lieu à des débordements.

Alors que certains artisans de Thiès ont appelé, la semaine dernière, à ne plus payer les factures d’électricité, une organisation de défense des droits de l’homme a accusé la police d’avoir battu à mort un jeune homme qui protestait contre les délestages. Le ministère de l'Intérieur a démenti mardi cette accusation, en promettant une enquête sur le décès, survenu le 14 juillet.

Promesse d’une évolution de la situation

Pour tenter de remettre un peu d’ordre et apaiser cette situation de crise, le ministre de l’Énergie, Samuel Sarr, s’est exprimé en session extraordinaire devant l’Assemblée nationale mercredi 21 juillet. Il a présenté ses excuses à la population, promettant une évolution rapide de la situation. Son discours a été retransmis en direct à la télévision.

Il a admis que « les ruptures plus qu'insupportables dans la distribution de l'électricité, combinées à des hausses de températures mais aussi surtout à l'appréhension des Sénégalais du mois de ramadan (qui doit débuter vers le 10 août, NDLR), justifient probablement leur colère ». « Les difficultés techniques et financières de la Senelec (la Société nationale d'électricité,), qu'elles soient structurelles ou conjoncturelles, justifient, dans la mesure où elles sont sources de rupture dans la continuité et la qualité du service, des excuses que nous présentons encore une fois au peuple sénégalais », a conclu le ministre.

Le ministre a rappelé que la situation était exceptionnelle, et tenait à une « utilisation accidentelle » de fuel contaminé. Celui-ci aurait endommagé les machines et les installations de la Senelec. « Des mesures sont prises pour que cela ne se reproduise plus », a encore affirmé Samuel Sarr.
Le Sénégal, qui produit l'essentiel de son électricité avec des machines fonctionnant au fuel, doit mettre en service dans les prochaines années une nouvelle centrale à charbon.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Des Mémoires qui agitent le Labour

Article précédent :
En noir et blanc

Réagir à cet article

Sénégal

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : 'J'ai dit la vérité, rien que la vérité'

Affaire Karim Wade - Cheikh Diallo : "J'ai dit la vérité, rien que la vérité"

Ex-conseiller du président Abdoualye Wade, Cheikh Diallo a connu la descente aux enfers. Soupçonné par la justice d'être un complice de Karim Wade dans l'acquisition illicite de divers biens, il aura [...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Sénégal : en attendant son procès, Karim Wade, en détention depuis un an, reste en prison

En attendant son procès, Karim Wade va rester en détention provisoire. En prison depuis un an jour pour jour, le fils de l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, sera jugé dans[...]

RDC : Abdou Diouf décoré du "Grand Cordon Kabila-Lumumba"

Arrivé à la fin de son mandat à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), Abdou Diouf a été décoré lundi soir à Kinshasa du plus haut grade de[...]

Amadou Alpha Sall : "Aucun pays n'est suffisamment éloigné pour être protégé d'Ebola"

Le virus Ebola continue de se propager en Afrique de l'Ouest. Parti de Guinée, il a notamment atteint le Liberia et des cas sont suspectés en Sierra Leone et au Mali. Interview du docteur Amadou Alpha Sall, directeur[...]

Sénégal : la déclaration choc de Karim Wade face à la Crei

En détention depuis près d'un an, Karim Wade, ex-ministre et fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, passe à l'offensive. Dans une déclaration, mercredi, il a[...]

Claude Mademba Sy, doyen des tirailleurs sénégalais, est mort

Claude Mademba Sy, ancien officier supérieur de l'armée française, est décédé mardi à l'âge de 90 ans. Il était la dernière grande figure des tirailleurs [...]

Cinéma : "Mille soleils" de Mati Diop, une affaire de famille

Dans un moyen-métrage audacieux, Mati Diop prolonge l'un des films les plus marquants du cinéma africain, Touki Bouki, signé par son oncle Djibril Diop Mambety.[...]

Sénégal : les scénarios de l'affaire Karim Wade

Alors que Karim Wade, ancien ministre sénégalais et fils d'Abdoulaye Wade, après un an d'incarcération, est à nouveau entendu par la CREI ce jeudi 3 avril, l'instruction de sa deuxième[...]

Sénégal : l'ambassade de Turquie à Dakar, le mur de trop

À Dakar, défigurée par la frénésie immobilière, la construction de la future ambassade de Turquie sur le front de mer provoque une vive indignation.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers