Extension Factory Builder
22/07/2010 à 11:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. © D.R.

La capitale sénégalaise et les localités environnantes sont quasi-paralysées par des coupures d’électricité récurrentes. Pour calmer la colère des Sénégalais, le ministre de l’Énergie a présenté ses excuses à une population qui commence à s’impatienter.

Les Sénégalais sont excédés par les coupures de courant régulières qui leur sont imposées et qui handicapent l’activité économique du pays, en particulier à Dakar et ses alentours. Ces dernières semaines, la tension est montée d’un cran, les délestages quotidiens se multipliant. La hausse des températures et l’approche du ramadan ont achevé d’échauffer les esprits, à tel point que les manifestations de protestation ont donné lieu à des débordements.

Alors que certains artisans de Thiès ont appelé, la semaine dernière, à ne plus payer les factures d’électricité, une organisation de défense des droits de l’homme a accusé la police d’avoir battu à mort un jeune homme qui protestait contre les délestages. Le ministère de l'Intérieur a démenti mardi cette accusation, en promettant une enquête sur le décès, survenu le 14 juillet.

Promesse d’une évolution de la situation

Pour tenter de remettre un peu d’ordre et apaiser cette situation de crise, le ministre de l’Énergie, Samuel Sarr, s’est exprimé en session extraordinaire devant l’Assemblée nationale mercredi 21 juillet. Il a présenté ses excuses à la population, promettant une évolution rapide de la situation. Son discours a été retransmis en direct à la télévision.

Il a admis que « les ruptures plus qu'insupportables dans la distribution de l'électricité, combinées à des hausses de températures mais aussi surtout à l'appréhension des Sénégalais du mois de ramadan (qui doit débuter vers le 10 août, NDLR), justifient probablement leur colère ». « Les difficultés techniques et financières de la Senelec (la Société nationale d'électricité,), qu'elles soient structurelles ou conjoncturelles, justifient, dans la mesure où elles sont sources de rupture dans la continuité et la qualité du service, des excuses que nous présentons encore une fois au peuple sénégalais », a conclu le ministre.

Le ministre a rappelé que la situation était exceptionnelle, et tenait à une « utilisation accidentelle » de fuel contaminé. Celui-ci aurait endommagé les machines et les installations de la Senelec. « Des mesures sont prises pour que cela ne se reproduise plus », a encore affirmé Samuel Sarr.
Le Sénégal, qui produit l'essentiel de son électricité avec des machines fonctionnant au fuel, doit mettre en service dans les prochaines années une nouvelle centrale à charbon.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Des Mémoires qui agitent le Labour

Article précédent :
En noir et blanc

Réagir à cet article

Sénégal

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également re[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex