Extension Factory Builder
22/07/2010 à 11:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. Les délestages se sont multipliés au Sénégal depuis quelques semaines. © D.R.

La capitale sénégalaise et les localités environnantes sont quasi-paralysées par des coupures d’électricité récurrentes. Pour calmer la colère des Sénégalais, le ministre de l’Énergie a présenté ses excuses à une population qui commence à s’impatienter.

Les Sénégalais sont excédés par les coupures de courant régulières qui leur sont imposées et qui handicapent l’activité économique du pays, en particulier à Dakar et ses alentours. Ces dernières semaines, la tension est montée d’un cran, les délestages quotidiens se multipliant. La hausse des températures et l’approche du ramadan ont achevé d’échauffer les esprits, à tel point que les manifestations de protestation ont donné lieu à des débordements.

Alors que certains artisans de Thiès ont appelé, la semaine dernière, à ne plus payer les factures d’électricité, une organisation de défense des droits de l’homme a accusé la police d’avoir battu à mort un jeune homme qui protestait contre les délestages. Le ministère de l'Intérieur a démenti mardi cette accusation, en promettant une enquête sur le décès, survenu le 14 juillet.

Promesse d’une évolution de la situation

Pour tenter de remettre un peu d’ordre et apaiser cette situation de crise, le ministre de l’Énergie, Samuel Sarr, s’est exprimé en session extraordinaire devant l’Assemblée nationale mercredi 21 juillet. Il a présenté ses excuses à la population, promettant une évolution rapide de la situation. Son discours a été retransmis en direct à la télévision.

Il a admis que « les ruptures plus qu'insupportables dans la distribution de l'électricité, combinées à des hausses de températures mais aussi surtout à l'appréhension des Sénégalais du mois de ramadan (qui doit débuter vers le 10 août, NDLR), justifient probablement leur colère ». « Les difficultés techniques et financières de la Senelec (la Société nationale d'électricité,), qu'elles soient structurelles ou conjoncturelles, justifient, dans la mesure où elles sont sources de rupture dans la continuité et la qualité du service, des excuses que nous présentons encore une fois au peuple sénégalais », a conclu le ministre.

Le ministre a rappelé que la situation était exceptionnelle, et tenait à une « utilisation accidentelle » de fuel contaminé. Celui-ci aurait endommagé les machines et les installations de la Senelec. « Des mesures sont prises pour que cela ne se reproduise plus », a encore affirmé Samuel Sarr.
Le Sénégal, qui produit l'essentiel de son électricité avec des machines fonctionnant au fuel, doit mettre en service dans les prochaines années une nouvelle centrale à charbon.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Des Mémoires qui agitent le Labour

Article précédent :
En noir et blanc

Réagir à cet article

Sénégal

Karim Wade à son procès : 'Profession banquier et actuellement prisonnier politique'

Karim Wade à son procès : "Profession banquier et actuellement prisonnier politique"

Le procès de Karim Wade et de ses présumés complices devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) s'est ouvert jeudi matin à Dakar dans une ambiance électrique.[...]

Sénégal : carton rouge pour la gouvernance Wade

Dans le rapport annuel qu'elle vient de transmettre à Macky Sall, l'Inspection générale d'État (IGE) dresse un tableau sans concession de la dilapidation du patrimoine de l'État sous la[...]

Sénégal : le procès de Karim Wade s'ouvre à Dakar

Accusé d'avoir acquis de manière illicite 178 millions d'euros, Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais, est jugé à partir de ce jeudi à Dakar. Un procès[...]

TNT : le jackpot contesté de Sidy Diagne

 Le groupe sénégalais Excaf, spécialisé dans l'événementiel et la télévision payante, a récemment obtenu le marché du passage au numérique pour le[...]

Sénégal : Macky Sall et le mandat de cinq ans

Macky Sall a promis de faire passer le mandat présidentiel de sept à cinq ans, mais va-t-il tenir parole ? Et si oui, quand ?[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Sénégal : dans l'affaire Karim Wade, Bibo Bourgi plaide malade

La détérioration de l'état de santé de l'homme d'affaires, soupçonné de complicité dans l'affaire Karim Wade, hypothèque la tenue du procès, le[...]

"Les Africains pourraient menacer de rompre leurs relations diplomatiques avec Israël"

En poste à Dakar depuis 2008, Abdalrahim Alfarra, ambassadeur de l'État de Palestine pour le Sénégal, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso et le Cap-Vert, a pu mesurer la[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers