Extension Factory Builder
14/12/2008 à 12:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le chef de la délégation rwandaise au Sommet de la Francophonie revient sur les raisons qui ont conduit Kigali à choisir l’anglais comme langue d’enseignement.

Les autorités rwandaises ont décidé, le 14 octobre, de remplacer le français par l’anglais comme langue d’enseignement et d’administration. Annoncée à la veille du Sommet de Québec (17-19 octobre), cette décision a jeté un froid sur les assises de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Jeune Afrique : Cette décision a été perçue comme une nouvelle marque de rupture avec la France…
Charles Murigande : La décision de promouvoir l’anglais est dictée par la position géostratégique qui est la nôtre. Le Rwanda a adhéré à la Communauté est-africaine, qui utilise l’anglais comme langue de travail. Nous appartenons aussi au Marché commun d’Afrique orientale et australe (Comesa), qui est à 90 % anglophone. Et tous nos échanges se font avec les pays de cette organisation.

Concrètement, comment les choses vont-elles se passer ?
Nous allons d’abord aider tous les fonctionnaires de l’État à maîtriser l’anglais pour qu’ils puissent participer pleinement aux activités de la Communauté est-africaine. Mais, au-delà de ce besoin immédiat, nous avons choisi de faire de l’anglais la langue d’enseignement, de l’école primaire à l’université.

L’anglais sera-t-il la langue d’enseignement dès le début du primaire à la place du kinyarwanda ?
On a donné une instruction au ministère de l’Éducation afin d’étudier les voies et moyens pour faire de l’anglais la langue d’enseignement. Il est vrai que les pédagogues recommandent que l’enfant étudie dans sa langue maternelle pendant les trois premières années du primaire. Nous n’irons pas contre ces recommandations. Mais les enfants apprendront l’anglais dès la première année, tout comme ils apprennent aussi le français.

Que va devenir le français ?
Cette mesure concernant l’anglais ne se fera pas aux dépens du français. On va continuer à l’enseigner. Notre objectif est que les Rwandais terminent leurs études en étant parfaitement bilingues.

La Constitution ne sera pas révisée ?
Non, l’anglais, le français et le kinyarwanda restent les trois langues officielles. Nous essayons seulement d’amener l’anglais au niveau où est le français aujourd’hui. Nous avons besoin de cette langue pour mieux nous intégrer dans ce monde et mettre l’accent sur le développement scientifique et technologique.

Dans l’immédiat, le clivage entre ceux qui parlent anglais et ceux qui ne le parlent pas ne va-t-il pas s’accentuer ?
Il n’y a pas de clivage. C’est le désir de tous de parler plusieurs langues. Les francophones sont demandeurs. Ils ont envie de maîtriser l’anglais pour pouvoir mieux profiter des opportunités qu’offre l’intégration régionale.

Le Rwanda ne sera-t-il pas isolé de l’Afrique centrale ?
Pas du tout. Nous continuons à apprendre le français. Nous faisons partie de l’Afrique centrale du fait même de notre bagage francophone. On l’a, on le garde.

Votre pays restera-t-il membre de la Francophonie ?
Nous resterons membre de l’OIF. Quand bien même on arrêterait d’enseigner le français dans cinquante ans, le Rwanda compterait encore plus de francophones que l’Albanie ou le Laos.

Tout de même, l’annonce de votre décision à la veille du Sommet de Québec n’était pas fortuite…
Lorsque nous avons discuté de cette question de l’enseignement de l’anglais, nous ne nous sommes pas préoccupés de ce que la Francophonie allait en penser. Ce n’est pas une décision antifrancophone. Apprendre une autre langue ne devrait poser aucun problème à une Francophonie qui clame haut et fort la diversité culturelle et le multilinguisme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Ahmed Tidiane Souaré

Article précédent :
Arche de Zoé : la France doit payer

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces