Extension Factory Builder

13/12/2008 à 23:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

PDG de CGF Bourse

La publication de ses derniers résultats semestriels a considérablement fait chuter le cours du titre Sonatel à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) d’Abidjan. Il avait approché les 200 000 F CFA (305 euros) dans le courant de l’année. Le 9 septembre, il est passé sous la barre des 150 000 F CFA, et la capitalisation boursière de toute la BRVM a reculé de 6,58 %.
Si le chiffre d’affaires de Sonatel est en hausse de 12,8 %, à 259 milliards de F CFA, par rapport au premier semestre 2007, l’excédent brut d’exploitation ne progresse que de 4 %, à 140,5 milliards de F CFA, tandis que le résultat d’exploitation s’effrite de 16,3 %, à 86 milliards de F CFA. Cette régression s’explique par une réduction de la durée des amortissements et la mise au rebut de certains équipements. En prenant ces décisions, la société confirme sa volonté d’autofinancer son développement en pratiquant une politique d’endettement zéro, et ce au détriment de la rémunération à court terme des actionnaires. De quoi faire fuir les investisseurs et les épargnants, même si nombre d’analystes estimaient, il y a tout juste un an, que le cours de l’action Sonatel était largement sous-évalué.
Reste une question de fond : comment intéresser les investisseurs et les épargnants à la Bourse d’Afrique de l’Ouest ? Voici quelques pistes de réflexion. Malgré la faiblesse de la capitalisation des Bourses africaines et de la liquidité des titres qui y sont cotés, et donc des volumes qui s’y échangent, le recours au Global Depositary Receipt (GDR), certificat d’actions négociable sur des places financières de classe mondiale, constitue une solution adaptée (lire J.A. n° 2481). Le GDR a déjà fait ses preuves dans les pays émergents comme moyen d’accroître la liquidité des Bourses locales.
Reste à améliorer les règles de fonctionnement de la BRVM, handicapée par la valeur nominale des titres. À Lagos ou à Accra, certaines actions sont échangées à 1 dollar, alors qu’à Abidjan la législation de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada) impose un minimum de 10 000 F CFA (environ vingt fois plus). Ecobank, qui bénéficie d’un statut d’extra­territorialité, et les sociétés ivoiriennes créées avant l’entrée en vigueur de l’Ohada font exception. Après avoir sollicité les instances de l’Ohada pendant cinq ans, sans succès, la direction de la BRVM examine la possibilité de fractionner les titres par un aménagement technique. Mais cela aurait pour inconvénient d’annuler temporairement le droit de vote du détenteur. Or le droit de vote des actionnaires relève de la loi… La solution passera donc forcément par la révision de la législation de l’Ohada, de façon à l’accommoder à la spécificité des sociétés cotées en Bourse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Pari réussi pour le quatrième opérateur

Article pr�c�dent :
Un Malien dans la guerre des ondes

Côte d'Ivoire

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui pourra[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213233821 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213233821 from 172.16.0.100