Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À Libreville, Le Komo, l’un des plus grands cinémas d’Afrique centrale, vient d’être restauré. Premières séances à la fin de novembre, après dix ans de fermeture.

« Il rouvrira fin novembre », promet Sylvain Yambangoye, le gérant du Komo. Fermée il y a plus de dix ans, la plus importante salle de cinéma de Libreville - et l’une des plus grandes d’Afrique centrale - trône de nouveau au centre-ville, sur l’avenue Félix-Éboué, restaurée de fond en comble sous la houlette de cet ancien hôtelier reconverti dans l’exploitation des entreprises culturelles. Tirant les leçons du passé, le cinéma se veut désormais « un lieu de rencontre, de débat et de communion ». En témoigne le salon de thé flambant neuf qui occupe désormais l’aile gauche du bâtiment. Et les premiers concerts qui y ont été organisés en août.

La salle sera-t-elle rentable ?

Le projet culturel de Sylvain Yambangoye s’articule sur une programmation éclectique. Il envisage de projeter principalement des longs-métrages africains, sans exclure les incontournables blockbusters américains. Quant à la programmation des productions françaises, Le Komo pourrait notamment bénéficier de l’aide du Centre culturel français Saint-Exupéry de Libreville.
À l’heure où la plupart des rares salles encore en activité sur le continent ferment les unes après les autres, la réouverture de ce cinéma librevillois de 700 places est une curiosité. Amorcée au cours des années 1990, la chute de la fréquentation des salles de cinéma a acculé la plupart des établissements à la faillite. Les exploitants n’ont pas pu faire face à l’essor de la télévision par satellite, qui a détourné les spectateurs des salles obscures. Et, en l’absence du soutien de l’État et d’une réaction efficace contre le piratage, l’invasion des DVD, illégalement dupliqués et en vente libre sur les marchés, achève de plomber gravement leurs affaires. Face aux difficultés d’exploitation et à l’augmentation des pertes, les propriétaires préfèrent louer aux Églises évangéliques ou à la grande distribution…
« Pour être rentables, 45 % de notre chiffre d’affaires devra provenir du cinéma, explique Sylvain Yambangoye. Nous comptons sur la location de la salle pour d’autres activités - comme les spectacles, le théâtre - et sur le salon de thé pour nous maintenir à flot. » Encore faut-il mettre en place une politique tarifaire attractive pour le Gabonais moyen. À Libreville, on aime bien « sortir au cinéma », mais pour pas trop cher.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Renault monte en puissance au Maroc

Article précédent :
Khadija Darid

Gabon

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des élimina[...]

Gabon : une manifestation de l'opposition dispersée à coups de gaz lacrymogène

Un cortège de l'opposition gabonaise qui voulait se rendre au palais de justice de Libreville a été dispersé par les forces de l'ordre. Une délégation a néanmoins été[...]

Gabon : le virus Ebola au microscope

Spécialisé dans les maladies virales, le Centre international de recherches médicales de Franceville joue un rôle central dans le dépistage d'Ebola.[...]

France : l'Aston Martin plaquée or d'Omar Bongo vendue 43 500 euros aux enchères

Lors d'une vente auxs enchères à Lyon (France), dimanche, l'ancienne Aston Martin d'Omar Bongo Ondimba, ex-chef d'État du Gabon, a été vendue 43 500 euros.[...]

Le Gabon peut-il renouer avec les compagnies pétrolières ?

Pour augmenter sa production, Libreville a relancé l'attribution de permis offshore. Mais chez les opérateurs, on s'inquiète de la volonté de l'État de récupérer une plus[...]

Polémique : le Gabon porte plainte contre Pierre Péan pour diffamation

Suite à la publication du dernier ouvrage de Pierre Péan, dans lequel le journaliste s'en prend à la famille Bongo, Libreville contre-attaque.[...]

Quand les marchés des capitales africaines partent en fumée

Le marché du Mont-Bouët, à Libreville, a été détruit par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Ces dernières années, des incendies spectaculaires ont ravagé[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Gabon : petits ajustements pour grande échéance

Les piliers du gouvernement gabonais ont été maintenus dans leurs fonctions, le 3 octobre, mais ils ont senti passer le vent du boulet. Le chef de l'État Ali Bongo Ondimba est bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers