Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À Libreville, Le Komo, l’un des plus grands cinémas d’Afrique centrale, vient d’être restauré. Premières séances à la fin de novembre, après dix ans de fermeture.

« Il rouvrira fin novembre », promet Sylvain Yambangoye, le gérant du Komo. Fermée il y a plus de dix ans, la plus importante salle de cinéma de Libreville - et l’une des plus grandes d’Afrique centrale - trône de nouveau au centre-ville, sur l’avenue Félix-Éboué, restaurée de fond en comble sous la houlette de cet ancien hôtelier reconverti dans l’exploitation des entreprises culturelles. Tirant les leçons du passé, le cinéma se veut désormais « un lieu de rencontre, de débat et de communion ». En témoigne le salon de thé flambant neuf qui occupe désormais l’aile gauche du bâtiment. Et les premiers concerts qui y ont été organisés en août.

La salle sera-t-elle rentable ?

Le projet culturel de Sylvain Yambangoye s’articule sur une programmation éclectique. Il envisage de projeter principalement des longs-métrages africains, sans exclure les incontournables blockbusters américains. Quant à la programmation des productions françaises, Le Komo pourrait notamment bénéficier de l’aide du Centre culturel français Saint-Exupéry de Libreville.
À l’heure où la plupart des rares salles encore en activité sur le continent ferment les unes après les autres, la réouverture de ce cinéma librevillois de 700 places est une curiosité. Amorcée au cours des années 1990, la chute de la fréquentation des salles de cinéma a acculé la plupart des établissements à la faillite. Les exploitants n’ont pas pu faire face à l’essor de la télévision par satellite, qui a détourné les spectateurs des salles obscures. Et, en l’absence du soutien de l’État et d’une réaction efficace contre le piratage, l’invasion des DVD, illégalement dupliqués et en vente libre sur les marchés, achève de plomber gravement leurs affaires. Face aux difficultés d’exploitation et à l’augmentation des pertes, les propriétaires préfèrent louer aux Églises évangéliques ou à la grande distribution…
« Pour être rentables, 45 % de notre chiffre d’affaires devra provenir du cinéma, explique Sylvain Yambangoye. Nous comptons sur la location de la salle pour d’autres activités - comme les spectacles, le théâtre - et sur le salon de thé pour nous maintenir à flot. » Encore faut-il mettre en place une politique tarifaire attractive pour le Gabonais moyen. À Libreville, on aime bien « sortir au cinéma », mais pour pas trop cher.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Renault monte en puissance au Maroc

Article pr�c�dent :
Khadija Darid

Gabon

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Gabon : le gouvernement instaure le paiement par bons de caisse pour riposter contre les grévistes

Certains enseignants gabonais, en grève depuis plus d'un mois, ont eu mercredi la mauvaise surprise de ne pas trouver les virements de salaire sur leurs comptes bancaires. Le gouvernement a décidé de les[...]

Gabon : pourquoi les fonctionnaires sont-ils en grève depuis plus d'un mois ?

Entrés en grève début février, les fonctionnaires gabonais ont voté aujourd'hui la reconduite de la grève générale. Ils réclament des revalorisations salariales.[...]

Cyclisme : les Africains, nouveaux princes de la "petite reine"

Pour la deuxième année consécutive, un Africain a remporté la Tropicale Amissa-Bongo, au Gabon. Le continent, nouvelle fabrique de champions ? De plus en plus d'experts le pensent.[...]

Gabon : Akanda ou Beverly Hills aux portes de la jungle

Créée il y a deux ans au nord d'une Libreville surpeuplée, la commune d'Akanda grandit à vue d'oeil. Cité idéale qui promeut la mixité sociale, ou gâchis[...]

Gabon : une potiche, Sylvia Bongo Ondimba ? Jamais !

À travers sa fondation pour la famille, Sylvia Bongo Ondimba occupe le terrain de la lutte contre la pauvreté. Avec succès ?[...]

Gabon : l'assurance maladie obligatoire, ça marche !

D'abord réservé aux plus démunis, le régime d'assurance maladie a été généralisé. Avec des consultations et des actes pris en charge de 80 à [...]

Gabon - Sylvia Bongo Ondimba : la santé, "en parler, c'est déjà sauver des vies"

Ces derniers mois, la première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, a multiplié les actions de sensibilisation pour favoriser la détection précoce des cancers féminins. Elle en dresse le[...]

Gabon : une société suisse réclame 8 millions de dollars à l'État et fait saisir un Boeing

Depuis deux semaines, un avion de la République gabonaise est immobilisé à l'aéroport d'Orly, en France. Saisi par la justice française, il est au centre d'un litige entre une[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213233304 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJA20081213233304 from 172.16.0.100