Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après avoir menacé de renverser le président Gbagbo par les armes il y a trois ans, le général Mathias Doué annonce son intention de le combattre par les urnes.

Cette fois, Mathias Doué ne veut pas faire la révolution. Il veut juste se faire élire à la présidence de la République. Le général en exil ne doute de rien, et annonce qu’il va chasser Gbagbo par les urnes après avoir fanfaronné, il y a trois ans, qu’il allait le faire partir par les armes.
En Côte d’Ivoire, le « Chinois » n’effraie plus personne. Il donne des interviews, se contredit parfois, affabule un peu. Interrogé par J.A. au téléphone, il reste catégorique sur un point : sa candidature à la prochaine présidentielle. Il dit se trouver à Bruxelles, et s’apprêterait à rentrer au pays.
À Abidjan, il s’appuie sur une poignée de ressortissants de sa région, des Wobès essentiellement, originaires de Duékoué, dans l’ouest du pays. Ils ont formé un parti politique, le Congrès pour la renaissance ivoirienne (CRI), dont on ne connaît pas les effectifs. Quant au programme politique, Mathias Doué le résume en une phrase : « Nous sommes un parti social-démocrate. » Les moyens dont il dispose ? « Juste ce dont nous avons besoin. »
Très évasif, le général explique qu’il a vécu ces dernières années grâce à ses économies faites pendant qu’il était en poste en Chine et au Japon, où il a gagné aussi son surnom de « Chinois ». Mais dès qu’il évoque le passé, Doué se fait plus confus. Il explique ainsi avoir été emprisonné pendant 108 jours au début des années 1990 parce que Robert Gueï, alors chef d’état-major, le soupçonnait d’être du FPI. Il assure pourtant avoir à cette époque « infiltré » le parti de Laurent Gbagbo, sans que l’on sache finalement pour le compte de qui.
Idem pour sa fuite de Côte d’Ivoire en 2005. Il raconte d’abord avoir échappé à la mort. Puis explique qu’il a quitté le pays « le plus normalement du monde », avec sa famille, tous munis de passeports diplomatiques ou ordinaires ainsi que de billets d’avion offerts par la présidence. « J’ai beaucoup voyagé. Je me suis notamment rendu aux États-Unis, où réside ma famille, en Europe, où je me trouve actuellement, et en Afrique de l’Ouest. »
Aujourd’hui, Doué promet donc de revenir au pays faire campagne. Mais il demande des garanties. Laurent Gbagbo a beau promettre que la sécurité du général en retraite sera assurée, l’intéressé juge que ce n’est pas suffisant.
« Poltron », « traître », « kyste »… les proches du chef de l’État n’ont jamais caché le peu de considération que leur inspirait le général Doué. Lui n’épargne pas non plus le président : « Gbagbo reste le problème de la Côte d’Ivoire », lance-t-il.
Reste que l’ancien chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, qui vit à des milliers de kilomètres d’Abidjan, ne fait rien, ou pas grand-chose. Ses petites lunettes rondes, sa canne à pommeau doré et sa réserve légendaire ont suffi à bâtir sa légende. Il a longtemps été considéré comme un stratège, un soldat d’élite, un chef aimé de sa troupe, le prototype du parfait putschiste. On le disait en train de comploter. En fait, Mathias Doué « se ressourçait moralement ». Les Écritures saintes lui ont donné, dit-il, un « supplément d’âme ». Mais peut-être pas encore le petit plus qui fait d’un militaire un homme politique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Khadija Darid

Article précédent :
Kofi Annan

Côte d'Ivoire

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Côte d'Ivoire : quand Ouattara recadre ses ministres sur les frais de déplacement à l'étranger

Un voyage à 400 millions de F CFA, une assistante ministérielle défrayée à 3 000 dollars par jour... Le dernier déplacement aux États-Unis du Premier ministre ivoirien Daniel Kablan[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers