Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après avoir menacé de renverser le président Gbagbo par les armes il y a trois ans, le général Mathias Doué annonce son intention de le combattre par les urnes.

Cette fois, Mathias Doué ne veut pas faire la révolution. Il veut juste se faire élire à la présidence de la République. Le général en exil ne doute de rien, et annonce qu’il va chasser Gbagbo par les urnes après avoir fanfaronné, il y a trois ans, qu’il allait le faire partir par les armes.
En Côte d’Ivoire, le « Chinois » n’effraie plus personne. Il donne des interviews, se contredit parfois, affabule un peu. Interrogé par J.A. au téléphone, il reste catégorique sur un point : sa candidature à la prochaine présidentielle. Il dit se trouver à Bruxelles, et s’apprêterait à rentrer au pays.
À Abidjan, il s’appuie sur une poignée de ressortissants de sa région, des Wobès essentiellement, originaires de Duékoué, dans l’ouest du pays. Ils ont formé un parti politique, le Congrès pour la renaissance ivoirienne (CRI), dont on ne connaît pas les effectifs. Quant au programme politique, Mathias Doué le résume en une phrase : « Nous sommes un parti social-démocrate. » Les moyens dont il dispose ? « Juste ce dont nous avons besoin. »
Très évasif, le général explique qu’il a vécu ces dernières années grâce à ses économies faites pendant qu’il était en poste en Chine et au Japon, où il a gagné aussi son surnom de « Chinois ». Mais dès qu’il évoque le passé, Doué se fait plus confus. Il explique ainsi avoir été emprisonné pendant 108 jours au début des années 1990 parce que Robert Gueï, alors chef d’état-major, le soupçonnait d’être du FPI. Il assure pourtant avoir à cette époque « infiltré » le parti de Laurent Gbagbo, sans que l’on sache finalement pour le compte de qui.
Idem pour sa fuite de Côte d’Ivoire en 2005. Il raconte d’abord avoir échappé à la mort. Puis explique qu’il a quitté le pays « le plus normalement du monde », avec sa famille, tous munis de passeports diplomatiques ou ordinaires ainsi que de billets d’avion offerts par la présidence. « J’ai beaucoup voyagé. Je me suis notamment rendu aux États-Unis, où réside ma famille, en Europe, où je me trouve actuellement, et en Afrique de l’Ouest. »
Aujourd’hui, Doué promet donc de revenir au pays faire campagne. Mais il demande des garanties. Laurent Gbagbo a beau promettre que la sécurité du général en retraite sera assurée, l’intéressé juge que ce n’est pas suffisant.
« Poltron », « traître », « kyste »… les proches du chef de l’État n’ont jamais caché le peu de considération que leur inspirait le général Doué. Lui n’épargne pas non plus le président : « Gbagbo reste le problème de la Côte d’Ivoire », lance-t-il.
Reste que l’ancien chef d’état-major des forces armées ivoiriennes, qui vit à des milliers de kilomètres d’Abidjan, ne fait rien, ou pas grand-chose. Ses petites lunettes rondes, sa canne à pommeau doré et sa réserve légendaire ont suffi à bâtir sa légende. Il a longtemps été considéré comme un stratège, un soldat d’élite, un chef aimé de sa troupe, le prototype du parfait putschiste. On le disait en train de comploter. En fait, Mathias Doué « se ressourçait moralement ». Les Écritures saintes lui ont donné, dit-il, un « supplément d’âme ». Mais peut-être pas encore le petit plus qui fait d’un militaire un homme politique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Khadija Darid

Article précédent :
Kofi Annan

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

Côte d'Ivoire : un audit révèle des abus dans la passation des marchés publics

L'examen de 60 contrats publics accordés entre 2011 et 2013 montre que dans 95 % des cas les motifs avancés pour justifier que ces marchés soient passés de gré à gré ne sont pas fon[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat à New York organisé le 23 septembre par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Justice : Tournaire, Sarkozy, Bolloré et... la Côte d'Ivoire

Serge Tournaire l'Africain ? Le juge français qui enquête sur un financement présumé de Sarkozy par Kadhafi pour la campagne présidentielle de 2007 s'intéresse de plus en plus au continent.[...]

L'anniversaire de la BAD à Abidjan reporté ?

Prévu pour début novembre dans la capitale économique de la Côte d'Ivoire, le 50e anniversaire de la Banque africaine de développement pourrait être reporté. En cause :[...]

Côte d'Ivoire : Bédié annonce son ralliement à Ouattara pour la présidentielle de 2015

Le leader du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié, a annoncé ce mercredi lors d’un meeting tenu dans son fief à Daoukro le ralliement de sa formation[...]

Côte d'Ivoire : Youssouf Bakayoko, un diplomate peu consensuel

La reconduction à la tête de la Commission électorale indépendante de Youssouf Bakayoko n'est pas du goût de tous. Et pour cause : il occupait déjà ce poste lors de la[...]

Côte d'Ivoire : "L'Afterwork" de Radio Nostalgie ou les Guignols de l'info

Imitant les chefs d'État africains, les trublions ivoiriens de la quotidienne L'Afterwork sur Radio Nostalgie passent en revue l'actualité du continent. Rendez-vous le 15 septembre pour la[...]

Côte d'Ivoire : Amara Essy, le recours du PDCI pour la présidentielle ?

Plusieurs dirigeants du PDCI cherchent un candidat de consensus dans leurs rangs pour éviter une candidature unique avec le RDR à la présidentielle de 2015. Leur choix s'est porté sur Amara Essy.[...]

Côte d'Ivoire : le japonais Mitsubishi investit dans un champ pétrolier offshore

La maison de commerce japonaise Mitsubishi Corporation a racheté plus d'un tiers (20 % du total) des parts détenues par l'américain Anadarko dans le champ pétrolifère offshore CI-103 au large des[...]

Du changement chez Bolloré en Côte d'Ivoire

Abidjan Terminal, société détenue en commun par le groupe Bolloré Africa Logistics (BAL, 60 %) et Maersk (40 %), a changé de direction. Décryptage.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex