Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ancien président du Mali et de la Commission de l’Union africaine

Que l’Amérique est enviable lorsqu’elle se pare des valeurs premières de générosité et de solidarité ! Que l’Amérique est belle lorsque sa jeunesse de toutes les couleurs, aux origines diverses, donne en ce jour historique du 4 novembre 2008 un sens à son éternelle quête de liberté et de changement ! Et c’est de cette Amérique-là que le monde se revendique.
La victoire de Barack Obama confirme que c’est la lutte qui paye, la longue lutte menée à travers les siècles par plusieurs générations d’Américains, d’Africains-Américains, au prix d’immenses sacrifices. Cette élection historique doit être porteuse d’espoir.
Barack Obama se doit de réussir, pour son pays, les États-Unis, pour le monde et singulièrement pour l’Afrique. Barack Obama doit aider les États-Unis à renouveler leur leadership, à réévaluer leur rôle impérial et à être plus exemplaires.
Barack Obama, citoyen américain, ne peut pas faire l’Afrique à la place des Africains. Seule une Afrique responsable, confiante en elle-même, libérée de son esprit d’assistanat et de certaines de ses valeurs rétrogrades qui privilégient les arrangements au mépris du droit peut ne pas « plomber Obama ».
L’Afrique a cependant besoin que l’Amérique affirme un autre multilatéralisme fondé sur la réforme du système des Nations unies et non sur l’élargissement d’un groupe comme le G8, fût-il puissant et informel, basé sur la cooptation. Justice doit être rendue à l’Afrique face aux institutions de Bretton Woods. Le développement du continent passe par la mise en valeur de ses ressources contrariée aujourd’hui par les fluctuations du cours des matières premières, les subventions agricoles, le culte du libéralisme et du marché sans limites.
Les États-Unis d’Amérique doivent aussi tenir leur engagement en matière d’aide publique au développement, de santé et de réalisation d’infrastructures. En ces temps de rareté des ressources, cela est-il possible sans la maîtrise des dépenses militaires, sans la taxation des transactions financières ?
Les Africains seront à la hauteur de l’événement historique qui est l’élection d’Obama s’ils continuent la lutte pour le renforcement de la démocratie, de l’État de droit, de la bonne gouvernance, s’ils mettent fin aux multiples conflits en veillant à ce que l’Afrique n’accueille pas de base militaire étrangère. L’autre apport du continent à la présidence d’Obama serait d’accélérer la construction des États-Unis d’Afrique et l’émergence de la communauté africaine.
Les Africains unis peuvent enfin accompagner Barack dans son dialogue avec le monde arabe - pour une solution juste du problème palestinien -, l’Amérique latine, avec entre autres la fin de l’embargo sur Cuba, suivant les recommandations du président Carter.
Le message de Barack Obama, fait de volonté et de détermination, doit aujourd’hui inspirer tous les Africains, notamment les jeunes. Il n’y a pas de fatalité. Yes we can, change we need.
Le combat de Barak Obama pour une autre Amérique est notre combat pour un autre monde.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Nkunda : objectif Kinshasa

Article précédent :
Soro Solo de retour sur RFI

International

Chine : bébés en boîte

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces