Extension Factory Builder
13/12/2008 à 23:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ancien président du Mali et de la Commission de l’Union africaine

Que l’Amérique est enviable lorsqu’elle se pare des valeurs premières de générosité et de solidarité ! Que l’Amérique est belle lorsque sa jeunesse de toutes les couleurs, aux origines diverses, donne en ce jour historique du 4 novembre 2008 un sens à son éternelle quête de liberté et de changement ! Et c’est de cette Amérique-là que le monde se revendique.
La victoire de Barack Obama confirme que c’est la lutte qui paye, la longue lutte menée à travers les siècles par plusieurs générations d’Américains, d’Africains-Américains, au prix d’immenses sacrifices. Cette élection historique doit être porteuse d’espoir.
Barack Obama se doit de réussir, pour son pays, les États-Unis, pour le monde et singulièrement pour l’Afrique. Barack Obama doit aider les États-Unis à renouveler leur leadership, à réévaluer leur rôle impérial et à être plus exemplaires.
Barack Obama, citoyen américain, ne peut pas faire l’Afrique à la place des Africains. Seule une Afrique responsable, confiante en elle-même, libérée de son esprit d’assistanat et de certaines de ses valeurs rétrogrades qui privilégient les arrangements au mépris du droit peut ne pas « plomber Obama ».
L’Afrique a cependant besoin que l’Amérique affirme un autre multilatéralisme fondé sur la réforme du système des Nations unies et non sur l’élargissement d’un groupe comme le G8, fût-il puissant et informel, basé sur la cooptation. Justice doit être rendue à l’Afrique face aux institutions de Bretton Woods. Le développement du continent passe par la mise en valeur de ses ressources contrariée aujourd’hui par les fluctuations du cours des matières premières, les subventions agricoles, le culte du libéralisme et du marché sans limites.
Les États-Unis d’Amérique doivent aussi tenir leur engagement en matière d’aide publique au développement, de santé et de réalisation d’infrastructures. En ces temps de rareté des ressources, cela est-il possible sans la maîtrise des dépenses militaires, sans la taxation des transactions financières ?
Les Africains seront à la hauteur de l’événement historique qui est l’élection d’Obama s’ils continuent la lutte pour le renforcement de la démocratie, de l’État de droit, de la bonne gouvernance, s’ils mettent fin aux multiples conflits en veillant à ce que l’Afrique n’accueille pas de base militaire étrangère. L’autre apport du continent à la présidence d’Obama serait d’accélérer la construction des États-Unis d’Afrique et l’émergence de la communauté africaine.
Les Africains unis peuvent enfin accompagner Barack dans son dialogue avec le monde arabe - pour une solution juste du problème palestinien -, l’Amérique latine, avec entre autres la fin de l’embargo sur Cuba, suivant les recommandations du président Carter.
Le message de Barack Obama, fait de volonté et de détermination, doit aujourd’hui inspirer tous les Africains, notamment les jeunes. Il n’y a pas de fatalité. Yes we can, change we need.
Le combat de Barak Obama pour une autre Amérique est notre combat pour un autre monde.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Nkunda : objectif Kinshasa

Article précédent :
Soro Solo de retour sur RFI

International

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas con[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Football : indignation suite aux propos racistes de Carlo Tavecchio

Le monde du ballon rond en Italie est en pleine effervescence après des propos racistes tenus en fin de semaine par le favori au poste de président de la fédération italienne de football, Carlo[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Gaza : l'armée israélienne annonce la fin de la trêve

L'armée israélienne a annoncé dimanche matin la fin de la trêve humanitaire et la reprise de ses opérations militaires dans la bande de Gaza en réplique aux "tirs incessants de[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers